Unités de l'aéronautique militaire, 1912-1920

© Travaux de Pierre-François Mary (Mise à jour 16 mai 2016)

(version 20160526)

Nouvelle mise à jour. Je pensais continuer sur ma lancée et m'attaquer à l'année 1916, mais la période allant de la signature de l'Armistice à la réorganisation de l'aéronautique militaire le 1/1/1920 que j'avais déjà développée s'est révélée beaucoup trop approximative, sinon inexacte, il était donc préférable de la traiter en priorité: au cours de mes recherches, je suis allé voir ce que disait une petite monographie consacrée au terrain d'Habsheim sur les escadrilles françaises stationnées sur ce terrain après l'Armistice: surprise, le présent site y était cité en référence… Il y a là matière à réflexion !

 

Pour suivre une suggestion qui m'avait été faite, j'ai complété chaque chapitre "escadrille" par un paragraphe consacré à l'année 1919, pour plus de cohérence. Par conséquent, l'ancienne partie consacrée à l'après 11 novembre 1918 a été complètement refondue sous une forme plus synthétique ne concernant que l'année 1919, découpée en quatre trimestre.

L'intérêt pour les semaines qui suivent l'Armistice et pour l'année 1919 peut paraître anecdotique, après la fin des combats, mais il n'est pas inintéressant de voir comment l'aéronautique militaire gère la démobilisation de la majeure partie de ses effectifs, ainsi que la manière dont elle commence à mettre en place l'organisation qui sera la sienne à partir de 1920. On notera que l'ouvrage "Les armées françaises dans la Grande Guerre" (désormais disponible sur Gallica) s'arrête le 11/11/18 et n'est d'aucune utilité ici… L'exploration des JMO des grandes unités terrestres a permis de reconstituer assez précisément le déplacement des aéronautiques de corps d'armée, en remarquant cependant qu'elle se sépare très souvent de leur corps de rattachement dès la fin 1918: les états-majors des corps d'armée sont alors très mobiles pour aller prendre le commandement des troupes stationnées dans une région. Pour les division d'infanterie, quelques mentions dans les JMO permettent de penser que le lien entre les escadrilles et les DI disparaissent au début 1919; en ce qui concerne les escadrilles d'artillerie lourde, une exploration des JMO des RAL sera nécessaire en traîtant l'année 1918. L'ordre de bataille du 19/3/19 "miraculeusement" conservé a été d'une immense utilité, laissant imaginer ce que pourrait apporter la découverte de quelques autres exemplaires… Pour les unités de chasse, aucun indice n'est apparu des les CCC pour confirmer l'hypothèse de MM. Danel et Cuny quant à la formation d'un groupement de chasse en mai 1919 : au contraire, les rédacteurs de ces documents continuent à employer le terme "escadre" jusqu'à l'automne. Par contre, on voit apparaître au début novembre 1919 des groupements de bombardement numérotés, préfiguration des régiments de 1/1920.

Un documents de mai 1919 confirme l'existence d'escadrilles réduites isolées, stationnées à la fin du printemps 1919 avec les écoles: il n'est pas certain qu'elle soient alors encore dotées d'avions, après être passées par le dépôt du personnel technique de l'aéronautique, déplacé en avril du Plessis-Belleville à Villemaur sur Vanne sur un site qui ne possède de piste d'envol (l'une d'entre-elles est signalée par son CCC être affectée à des travaux d'intérêt général…).

 

Les notices consacrées aux escadrilles d'outre-mer (Balkans, Italie, colonies, …) ont également été mises à jour, mais présentées de manière plus succinctes, sans rentrer dans le détail des aérodromes de stationnement qui sortent du cadre d'origine de ce travail; seules les terrains de Belgique et d'Allemagne sont nommés. Pour les escadrilles stationnées dans les Balkans, je me suis basé sur les remarquables notices publiées par Albin Denis avec l'aide de David Méchin, ainsi que sur la très bonne série d'articles publiée par ce dernier dans le Fana de l'Aviation, en mentionnant les différence présentées par l'ouvrage du SHAA.

Dernier point, j'ai éliminé un certain nombre de liens hypertextes qui ne paraissaient pas indispensables.

 

A quoi tout ceci est-il utile, comme je l'écrivais dans l'introduction à la précédente mise à jour ? Je suis arrivé à ce projet par l'intermédiaire d'un intérêt pour l'histoire des lieux aéronautiques. Travaillant en parallèle sur l'histoire de l'aéronautique en Seine Maritime, l'activité des clubs, le déroulement des manifestations aériennes, etc, m'ont convaincu - s'il était besoin, que l'on ne pouvaient dissocier l'histoire des infrastructures de celle de leurs utilisateurs: l'histoire aéronautique locale est le récit de l'irruption de l'aviation dans une ville ou une région, intrusion physique - les infrastructures, mais aussi intrusion dans le domaine social ou économique. Enfin, en rassemblant ou en synthétisant les travaux à travers toute la France, comme ici, on peut parler d'une histoire de "l'environnement aéronautique", qui s'attacherait au quotidien, plantant un décor - le terme est un peu péjoratif - pour les événements. Avec le recul de nombreuses années de lecture, exacerbé par ma participation aux publications de l'équipe de l'Aérobibliothèque, c'est dans ce domaine que les auteurs commettent le plus d'erreurs et d'anachronismes, non sur les faits mais sur le contexte.

 

Le but ce qui suit est donc de donner un cadre hiérarchique et géographique à l'activité de l'aéronautique militaire française entre 1912 et 1920. Faut-il encore le répéter, il y a certainement des erreurs, que ce soit de transcription ou d'interprétation des sources, mais le format "site web" permet de facilement les corriger, si on me les signale. Sujet longtemps délaissé dans notre pays, l'histoire des lieux aéronautiques s'est rapidement développée avec l'apparition de l'Internet à haut débit, en permettant à de nombreuses personnes de rentrer en contact par l'intermédiaire des forums, des messages électroniques et des sites web créer par des particuliers, tout en ayant accès aux banques de données mises en ligne, qu'elles soient privées ou institutionnelles. Si le cadre associatif garde son intérêt, c'est un nouveau mode de communication ouvert qui s'est mis en place, permettant de toucher un très grand nombre de personnes et ainsi de multiplier les chances pour le plus grand nombre de chercheurs d'accéder à des informations inédites dans des domaines très variés (les Aéroforums reçoivent plus de 1500 visiteurs par jour…).

N'hésitez pas à me contacter à l'adresse: aerodromes.pfm@orange.fr, et me faire part de vos remarques.

 

P.F. Mary, janvier 2016.

 

1912-1914

Les escadrilles apparaissent en 8/1912 avec les textes d'application de la loi du 29/3/1912. Elles forment les unités de base des troupes "pour la manœuvre et la mobilisation", troupes rassemblées au sein de compagnies ou de sections, suivant le cas; les compagnies formant les "portions centrales" des groupes, les sections d'aéronautique étant quant à elles des "fractions détachées" dans un centre militaire.

Lors des manœuvres du Poitou, les appareils participant sont regroupés en escadrille, comme prévu par les textes d'application de la loi votée au printemps 1912. Après la Revue de Villacoublay qui a lieu le 27/9, quatre d'entre-elles rejoignent leur centre d'affectation.

En temps de paix, le corps d'armée est l'unité de plus grande taille constituée; le 16/4/1913, un arrêté inspiré par les travaux de la commission supérieure de l'AM a modifié l'organisation de l'Inspection permanente, en plaçant sous les ordres des gouverneurs militaires ou des commandant de corps d'armée les unités stationnées sur leur territoire [Etév./vc p 98].

HF 1

D'après Étévé, elle est créée au début 1912 à Mourmelon, mais il est probable qu'il évoque la création d'un section expérimentale, car il faut attendre que six HF.16 de Mourmelon forment l'esc. n° 1 lors des manœuvres du Poitou en 9/1914, se rendant ensuite à Toul après la Revue de Villacoublay, pour voir véritablement créée la HF 1.

Toul1 [20e CA en 1913]. HF 1.

(1) Passage à Mourmelon en 1913 ?

MF 2

Six MF.7 de Toussus forment l'esc. n° 2 lors des manœuvres du Poitou en 9/1914, se rendant ensuite à Verdun après la Revue de Villacoublay.

Verdun1 [6e CA en 1913]. 1. MF 2.

(1) Passage à Toussus en 1914 ? …

BL 3

Méchin, David  "L'envol des Cigognes"  in Fana 514  9/2012

Six Bl XI de Pau1 participent aux manœuvres du Poitou sous les ordres de Bellenger, qui est alors en charge de l'aménagement d'Avord. Partent ensuite former la BL 3 à Belfort2, après sa participation à la revue de Villacoublay. Dédoublée en 9/1913 pour former la BL 10.

Belfort [7e CA en 1913] (manœuvres à Mailly en 3/1913, puis manœuvres du SO en 9/1913, stationnée à Agen). BL 3.

(1) D'après D. Méchin [source?], Bellenger choisit lui-même les meilleurs pilotes pour former une future escadrille BL 3 – donc peut-être des pilotes d'Avord, ce qui n'est pas incompatible avec le fait que les avions arrivent de Pau… C'est Bellenger qui évoque le passage par la revue de Villacoublay. Dans [pe p 208], Bellenger ne parle que des mécaniciens qui eux sont plutôt les plus mauvais éléments dont se débarrassent les autres Centres…

(2) D'après Bellenger, en quittant l'escadrille après la revue de Villacoublay, il demande à ses hommes d'être les "cigognes de la France", désignation qui continuera à circuler au sein des escadrilles n° 3 et n° 10, jusqu'à être entendue par le Cne Brocard en 3/1915 [Bell./pe p 215].

D 4

Six Deperdussin T 1912 de Saint Cyr participent aux manœuvres du Poitou en 9/1912, formant l'esc. n° 4, mais semblent rentrer à Saint Cyr pour ne former la D 4 qu'un peu plus tard.

Formée à Saint Cyr le 4/12/121 (Dep. T/TT), puis transférée à Maubeuge1. D 4.

(1) Source ?

(2) Manœuvres au camp de Mailly en 5/1913, puis passage à Étampes la même année ?

MF 5

Six MF.7 de Saint Cyr aux manœuvres du Poitou en 9/1912 (esc. n° 4), puis partent à Épinal pour former la MF 5 après la Revue de Villacoublay.

Formée à Dogneville à l'automne 1912 [7e CA]. MF 5.

D 6

Créée en 12/19121 à Bétheny (Dep. T/TT). D 6.

(1) Existence confirmée le 26/5/1913 [A. Denis/1913]. Passage à Étampes en se rendant dans les SO pour les manœuvres du SO en 9/1913 ?

HF 7

Créée en 2/1913 à Verdun. HF 7.

MF 8

Créée en 12/1912 à Villerss les Nancy. MF 8.

Avec la BLC 2, elle doit être transférée à Malzéville, inauguré en 7/1914, mais elle semble rester à Villers.

BO/BL 9

Créée fin 1912 à Dogneville (Borel), devient BL 9 en 19141 (Bl XI-2). BL 9.

(1) à la fin 1913, il est question de supprimer l'escadrille Borel, donc elle existe encore.

BL 10

Créée en 1913 à Belfort par dédoublement de la BL 3, stationnée sur le même terrain. BL 10.

C 11

Créée à Bétheny en 2/1913, puis transférée le 10/6/1913 à Douai (Caudron G.II). Le 31/7/14, elle est à Montmédy1. C 11.

(1) D'après SHAA, elle rentrerait à Douai dès le 1/8, pour être affectée à la V° A., mais cela ne colle pas avec la suite.

N 12

Créée en 12/1912 à Bétheny (Nieuport VI M), après la victoire du constructeur lors du Concours de l'année précédente. N 12.

HF 13

Créée en 1912/13 à Mourmelon (HF.20). HF 13.

V 14

Créée en 19131 (où ?), puis transférée à Mourmelon en 1914 (Voisin LA). V 14.

(1) CCC 1T/1914 mentionne que l'escadrille est "formation" le 2/8/1914…

REP 15

Créée à la fin 1912 à Bétheny (REP type K).REP 15.

MF 16

Créée par le Cne Étévé au début 1913 (?) au camp de Mailly, où elle assure l'instruction des officiers d'EM observateurs [Etév./vc p 13-14]. Transfert à Mourmelon par la suite ? Elle y est mobilisée le 2/8: MF 16.

BR 17

Créée le 16/2/13 à Etampes1 (Br U1). Dijon2 4/14-(8-9/8/14) (Br U1). BR 17.

(1) À la fin 1913, il semble prévu de supprimer cette escadrille [lettre MG 24/11/1913 > CTP].

(2) elle arrive à Dijon avec 6 Br U-1 équipés de Salmson/CU M9 de 80/90 cv (la voilure souple n'a qu'un seul longeron). Elle conserve en plus quelques modèles anciens venant d'Etampes (dont un propulsé par un CU de 110 cv, transformé à Villacoublay avec une voilure bi-longeron). 5 appareils U-2 (S/CU 110/130 cv) sont en commande, mais considérés comme dangereux après plusieurs accidents, ils resteront à Dijon où ils seront démontés. 2 ou 3 appareils anciens restent à Dijon après le départ de l'unité pour le front (2e Réserve) [Icare 193].

BL 18

Créée en 1913 à Avord, elle est transférée à à Dijon en 4/19141. BL 18.

(1) Le CCC 4T/14 mentionne que l'escadrille est créée le 2/8/14 avec la 18e section…

HF 19

Créée en 5/19131 à Bron (HF.20). Transférée le 19/4/1914 à Dijon en échange de la MF 20. HF 19.

(1) date de sa création officielle, mais elle a dû être constituée auparavant [A. Denis 29/6/09].

MF 20

Créée en 12/1913 à Longvic (MF.7). Transfert à Bron1 en 4/1914, en échange de la HF 19. MF 20.

(1) la SLHADA la place à Bron dès 1913, participant aux manœuvres du mois d'août, mais aucun avion de la MF 20 n'y est signalé. Confusion possible entre HF.20 (avion) et MF 20 (esc.).

V 21

Créée à Mourmelon avant les manœuvres du SO auxquelles elle participe en 9/1913. V 21.

Esc. Dorand

Nicolaou, Stéphane  "L'aéronautique de la IV° armée et la IX° armée en 8-9/1914"  in Icare 199  12/2006  (4a/9a).

Présentée au Gal Joffre sur le terrain de Villacoublay le 6/6/14. Escadrille expérimentale, elle n'est pas mobilisée avant le 6/8/14, par décision du ministre de la Guerre, devenant la DO 22 [Nic./4a].

Escadrilles d'artillerie

Étévé, dans "La victoire des cocardes, mentionne en 1913 l'existence d'escadrilles de cavalerie et d'artillerie équipées de Blériot monoplaces démontables… [Etév./vc p 98]. Quel rapport avec les Blériot de Vincennes, que Estienne est autorisé à prendre avec lui en 1914 ? Voir Esc. HF A.

Escadrilles de cavalerie

Étévé, dans "La victoire des cocardes, mentionne en 1913 l'existence d'escadrilles de cavalerie et d'artillerie équipées de Blériot monoplaces démontables… [Etév./vc p 98]. Une BLC 8 est projeté, mais ne sera jamais formée.

BLC 2, créée le 15/6/1914 à Toul (2e division de cavalerie de Lunéville),

BLC 4, créée le 15/6/1914 à Bétheny (4e division de cavalerie),

BLC 5, créée le 15/6/1914 à Bétheny (5e division de cavalerie).

Voir après le début de la guerre.

1914-1918

 

Escadrilles

Groupes

            Combat  GC

            Bomb.  GB

 

Transition 11/1918-12/1919

Escadres

Division Aérienne

Armées, groupes d'armées

Corps d'Armée

            Reconnaissance

            Infanterie/Artillerie

 

Mobilisation française à partir du 1/8/1914, déclaration de guerre par l'Allemagne le 3/8/1914 (GB déclare la guerre à l'Allemagne le 4/8). La date du 1/8 est retenue ici (normalement…).

 

En dehors des Groupes de bombardement formés dès la fin 1914, la plupart des escadrilles restent indépendantes jusqu'en 1916, quand certaines unités de chasse sont rassemblées au sein de divers Groupements (tout en restant administrées par leur unité de rattachement), en profitant des enseignement des batailles de Verdun puis de la Somme, avant la généralisation des Groupe de Combat. Les escadrilles d'Armée et de Corps d'armées resteront indépendantes. La gestion administrative est assurée par les deux Groupes d'Aviation (plus un troisième pour les unités d'outre-mer).

Quatre réorganisations de la numérotation ont lieu de 1915 à 1917. La dernière, le 1/7/1917, restera en effet jusqu'en 1920 : Front Ouest : 1 à 300; Escadrilles de l'intérieur (DCA et côtières) : 401 à 500; TOE : 501 à 600.

 

Les Escadrilles de cavalerie BLC (Blériot Cavalerie) qui ont été créées dans la hâte en 7-8/1914 sont dissoutes au cours de 1915.

Une Escadrille C.M. est formée en août 1914 à Mourmelon avec des monoplaces Caudron (d'où son nom), à l'initiative du Lt Vuillemin qui obtient de former une petite escadrille après la dissolution de l'école de Reims, avec Gérard, Muiron et Carus.

"Ils partent avec leur avion Caudron monoplace d'école (50 à 60 CV) et leurs mécaniciens, avec mission de se mettre à la disposition de l'armée la plus proche de Reims". "Le groupe reçoit le nom d'escadrille C.M. (Caudron monoplace)." Les avions tombent entre les mains des Allemands lors de leur offensive, mais ils n'y touchent pas… [Voir la biographie de Vuillemin, par Angot et Lavergne; corrections et précisions apportées par Claude Thollon-Pommerol, 26/2/07].

Des Sections d'avions-canons (SAC) sont créées au début 1915. Voir détails.

Il ne faut pas confondre les Sections d'artillerie lourde (S.A.L.) avec les escadrilles SAL volant sur Salmson. Elles sont créées au début 1916, numérotées entre 201 et 228 (avec des trous) et initialement sont rattachées à une autre escadrille d'observation. Elles ne deviennent escadrilles qu'à partir d'octobre 1916. Il existe aussi des SAL n° 1  et n° 2 avec l'Armée d'Orient.

Des Détachements de nuit sont créés à la fin de la guerre et attachés à une Armée, devenant pour la plupart escadrilles VR de reconnaissance de nuit pour la même Armée.

Escadrilles Côtières rattachées à la Marine : liées à une base et créées en 3/1917, V 551 à V 555 – re-numérotées 481 à 485 en juin et V/G 486 à 491 – re-nommées plus tard "Esc. côtières de (base d'affectation)", sauf la 486 qui devient LET 486 de Marseille en 7/1917.

 

A partir du 15/9/16, un certain nombre d'escadrilles font partie de l'Aéronautique rattachée aux Groupes d'Armées et au G.Q.G., prête à intervenir sur un théâtre d'opérations particulier sans pour autant être rattachées aux Armées (On trouvera quelques informations à ce sujets dans partie aéronautique des "Armées françaises dans Grande Guerre" – p 38, mais sans citer précisément les unités concernées).

La Division Aérienne, créée le 14/5/18, sera mise à la disposition des différents Groupes d'Armée.

Aviation d'armée, groupes d'armées

Au fur et à mesure de la création de nouvelles escadrilles, un grand nombre de celles-ci restent affectées directement à une armée. Certaines vont se spécialiser dans la chasse, mais la plupart restent des unités d'observation ou de reconnaissance. Au fil des mois, on trouve des affectations temporaires à un Corps d'armée ou une division d'infanterie. D'après l'exemple de la VI° A. dans la Somme au cours de l'été 1916, il semble que les escadrilles d'armée détachées passent sous les ordres de l'EM du CA concerné.

 

Le 1/10/1914, un groupement provisoire du Nord rassemble plusieurs armées opérant dans le nord de la France, prélude à un regroupement plus systématique à partir de juin 1915. La constitution de grandes unités aéronautiques en 1918 intervenant sur un secteur important donne à ces groupes d'armées une signification supplémentaire.

 

1914

           

 

1915

           

1916

           

1917

           

1918

           

 

1914

I° A.

II° A.

III° A.

IV° A.

V° A.

VI° A.

 

VIII° A.

IX° A.

X° A.

A. Alsace

A. Lorraine

GDR

GDT

DAV

CRP

 

 

 

 

 

Des Centres d'information aérienne sont créé le 2/8 pour assurer les reconnaissances pendant la phase de concentration des armées, phase qui se termine le 13/8. Ces CIA fournissent des observateurs aux escadrilles qui travaillent au profit du QG régionaux des armées.

 

Formation d'un Groupe provisoire du nord (GPN) le 4/10/14: X° A., II° A. et GDT (intégré à la II° A. dès le 8/10), puis le DA Belgique/VIII° A. à partir du 22/10/14 (et le groupement de Nieuport créé le 14/12), c'est-à-dire toutes les armées françaises jusqu'au nord de l'Oise.

Les autres armées dépendent toujours directement du GQG.

 

Après la constitution du GB 1, la VB 3 est directement sous les ordres du GQG à la Vidamée, pour la protection de celui-ci, tandis que les autres esc. du GB 1 sont dans les Flandres avec la VIII° A. La VB 4 est également aux ordres du GQG, mais plus mobile.

I° A.

Parc n° 2: Dogneville. Parc n° 6: Belfort. Réserve n°5: Belfort, fin/9/14 > Gray.

Nicolaou, Stéphane  "L'aéronautique de la première armée en 8-9/1914"  in Icare 193  2/2005  (1a).

JMO centre d'information d'Epinal (21e CA), puis service des reconnaissances aériennes auprès de l'EM de la I° A. [26N 24/6 - MH/I° A./génie].

2/8-21/9

Lorraine-Vosges: Belfort, Dogneville. Terrains de campagne: Angeot, Bult, Burnhaupt, Corcieux, Galfingen, Haillanville, Heimsbrünn, Lorquin, Moriviller (II° A.), Moyemont, Rambervillers, Rehaincourt.

11-22/8/18: armée d'Alsace autour de Belfort.

Armée: BL 3 (pl. Belfort >11/8), 28/8-5/9, MF 5> (pl. Belfort 30/8-14/9), BL 9> , BL 10 (pl. Belfort >11/8), 28/8-5/9, BR 17 8/8>, BL 18 9/8>.

21/9-17/10

Vosges-Lorraine: Belfort, Croix de Metz, Dogneville, Lérouville, Villers les Nancy. Terrains de campagne pour les détachements auprès de l'artillerie: Courcelles aux Bois1, Gironville, Jouy sous la Côte, Mesnil la Tour, Minorville (fin septembre).

(1) Courcelles en Barrois.

Armée: MF 5 > , BL 9 >. BR 17 >14/10, BL 18 >, MS 31 >.

17/10-31/12

Lorraine: Croix de Metz, Lérouville, Villers les Nancy. Terrains de campagne pour les détachements auprès de l'artillerie: Aulnois sous Vertuzey, Courcelles aux Bois1, La Fourasse, Jouy sous la Côte, Malzéville, Minorville.

(1) Courcelles en Barrois.

Armée: MF 5 > , BL 9 >25/12/14, BL 18 >, MS 31 >. C 17 5/12>25/12.

2e GDR: BL 9 25/12/14 >.

Corps d'armée: C 17 (31e CA/73e DI) 25/12>. ½ MF 5 (8e CA) 25/12>.

Bombardement: VB 3 [le reste du GB 1 avec les X° A. et II° A.].

II° A.

Nicolaou, Stéphane  "L'aéronautique de la deuxième armée en 8-9/1914"  in Icare 195  4/2005  (2a).

2/8-21/9

Au début 9/1914, au moment où s'engage la bataille du Grand-Couronné, la seule MS 23 est attachée entièrement à l'EM de la II° A.; les autres esc. sont scindées en deux: une moitié avec l'armée, l'autre avec un CA ou le GDR: 1/GDR, 8/20e CA, 19/15e CA et 20/16e CA. Aucune indication connue de la persistance de cette organisation par la suite (la MF 20, affectée en partie au 16e CA part tout  de même avec la II° A. quand ce dernier est transféré à la I° A. qui reste en Lorraine…).

Lorraine: Bayon, Croix de Metz, Lérouville, Lunéville, Malzéville, Neufchâteau, Pont Saint Vincent, Varangéville, Villers le Nancy.

Réorganisation du front le 13/9, le 16/9 > Oise: Beauval, Breuil le Sec,

Armée: BLC 2 (2e DC) >3/9, HF 1> 9/9. MF 8, HF 19 8/8>, MF 20 8/8>, MS 23 16/8>.

21/9-17/10

AFGG signale des éléments détachées à la cavalerie le 5/10: quid ?

Oise: Beauval, Breuil le Sec, puis Somme: Caix, Corbie, Doullens, Forceville, Millencourt, Péronne, Salouel, Vauchelles et Picardie: Esquennoy, Montdidier.

Armée: MF 8, HF 19. MF 20. MS 23, MS 26 23/9>, V 14 29/9-5/10, BLC 2 (CC Conneau/1e CC), REP 27 (dét. de la VI° A. ?) 23/9>, BLC 5 (CC div./1e CC).

17/10-31/12

Somme: Heilly, Herlin le Sec (GB 1), Hénencourt, Hermaville, Léalvillers*, Péronne, Salouel, Treux*, Vauchelles, Vaux sur Somme*, Villers-Bret.* et Picardie: Montdidier*.

Armée: MF 8, HF 19. MF 20. MS 23, BLC 2 (1e CC) >22/10, HF 28 18/10>. BLC 5 (1e CC) >22/10.

Bombardement: GB 1 (VB 1, VB 2) 15-30/12 [partagé avec X° A.].

 (*) Cinq terrains occupés le 31/12/14.

III° A.

Nicolaou, Stéphane  "L'aéronautique de la troisième armée en 8-9/1914"  in Icare 197  6/2006  (3a).

2/8-21/9

Pendant la période de concentration, la HF 7 dépend du CIA de Verdun et la MF 2 est en couverture. Les quatre esc. passent officiellement à la III° A. le 13/8. Le 3e GDR devient "subdivision de la III° A. sur la droite de celle-ci le 17/8, puis armée de Lorraine les 22-27/8 (dissoute, le 3e GDR revient à la III° A., tandis que l'EM sert à constituer la VI° A.).

Bataille des Ardennes les 22-24/8, puis repli dans l'Argonne. Offensive allemande les 20-29/9 qui conduit à la formation du saillant de Saint Mihiel; après cela, le front bougera peu jusqu'au début 1916 quand s'engage la bataille de Verdun.

Argonne: Béhonne, Cheppy, Maulan, Vaubecourt, Verdun, Vraincourt.

Armée: HF 7, MF 2, MF 16 8-28/8, MF 25 5/9>, HF 13 8/8>.

21/9-17/10

Argonne: Verdun.

Armée: HF 7, MF 2, MF 25, HF 13.

IV° A.

Nicolaou, Stéphane  "L'aéronautique de la IV° armée et la IX° armée en 8-9/1914"  in Icare 199  12/2006  (4a/9a).

2/8-21/9

Ardennes/Belgique: Montmédy, Vraincourt, Wiseppe. Terrains de campagne: le Chesne, Rethel. 28/8 > Champagne: Brienne, Châlons, Saint Dizier, Sissonne. Terrains de campagne: Arzillères, Cauroy, la Grande Romanie, Monthois, Perthes, St Aère, Sivry sur Meuse, Suippes.

Il y a un MF.11 qui suit l'EM de l'armée, utilisé pour les longues reconnaissances [Nic./4a]. Egalement dét. aérien du 22e RAC, commandé par Estienne.

Armée: BLC 4> 28/8, C 11 >, V 14 >, V 21 >, DO 22 16/8>.

21/9-17/10

Champagne: Châlons, la Grande Romanie, Mourmelon.

Armée: C 11 > , V 14 > 29/9, V 21 >, DO 22 >.

17/10-31/12

Champagne: Châlons, Mourmelon.

Armée: C 11 > , V 21 >, DO 22 >.

Bombardement: GB 1 (VB 1, VB 2, VB 3) 30/12>.

V° A.

Nicolaou, Stéphane  "L'aéronautique de la cinquième armée en 8-9/1914"  in Icare 201  6/2007  (5a).

JMO aviation V° armée, 8/1914-3/1916 [SHD/MH].

2/8-21/9

Dès le 7/8, de Rose arrive à l'EM avec un Blériot qu'il utilise pour assurer des reconnaissances au profit de l'armée avec Roisin, jusqu'à ce que l'avion soit détruit par la tempête du 12-13/9; il vole ensuite avec l'esc. CM avant de tenter sans succès, dans la deuxième quinzaine de septembre, de mettre sur pied un "élément d'esc. Schmidt". Des avions sont régulièrement détachés à proximité de l'EM de l'armée.

Ardennes: Aubenton, Autrécourt, Laigny, Mouzon, Rethel, Signy le Petit, Tournes, Villers-Semeuse, Wiseppe; 28/8 > Aisne: Chevresis-Monceau, Corbeny, Laon, plateau de Nesles,  Roucy, Sissonne, Vailly, Vervins; 1/9 > Champagne: Bétheny, Champaubert, Champfleury, Chantemerle, Château-Thierry (Nesles/les Grèves), Courcy, Courgivaux, Les Essarts, Fère-Champenoise, Lhéry, Maizy, Muizon, Nogentel, Orbais, ferme de Plénois, Recoule (?), Romilly, Roucy, St Martin aux Champs, Sézanne, Trigny.

Armée: CM, C 111, D 4, D 6, N 12, V 24, REP 15 >28/8, BLC 4 26-28/8>.

(1) Affectée à la V° A., elle est transférée à la IV° A. dès le 10/8.

21/9-17/10

Aisne-Champagne: Branscourt, Chevreux, ferme du Faîté, ferme Hurtebise, Lhéry, ferme de Luternay, Maizy, Muizon, Ville en Tardenois, Villers-Allerand.

Armée: CM, BLC 4, D 4, D 6, N 12, V 24.

17/10-31/12

Aisne-Champagne: Bouvancourt, Merval, Muizon, Ville en Tardenois, Villers-Allerand.

Armée: CM, BLC 4 >22/10, D 4, D 6, N 12, V 24.

VI° A.

Nicolaou, Stéphane  "L'aéronautique de la sixième armée et du CRP en 8-9/1914"  in Icare 229  6/2014  (6a).

2/8-21/9

28/8: Somme >Île de France: Compans, Creil, Écouen, Marines, Nanteuil le H., Péronne, Persan, Saint Soupplets, Senlis, Tracy le Mont, Tremblay les G., Verberie, Vincennes. 12/9 > Aisne: Pisseleux, Vauciennes Picardie (aile gauche) Péronne.

Parc n° 2: créé 1/9 Persan, 2/9 Sarcelles, 3/9 Vincennes, 7/9 Compans, 10/9 St Soupplets, 11/9 Bargny, 12/9 St Soupplets, 13/9 Villers-Cotterêts (Pisseleux ?).

Armée: REP 15 28/8>, MF 16 31/8>. MS 26 26/8>. REP 27 15/9>, BLC 5 (CC div.) 30/8-21/9.

21/9-17/10

Aisne: Pisseleux, Vauciennes, Cravançon, Vaubéron.

Parc n° 2: Villers-Cotterêts (Pisseleux ?).

Armée: REP 15> 7/10. MF 16 >, MS 26 >23/9, REP 271 >7/10, BL 30 25/9>, BL 3 5/10>, BL 10 5/10>.

(1) Dét. GDT à partir du 23/9 ?

17/10-31/12

Aisne: Pisseleux, Vauciennes, Cravançon, Lesges, Vaubéron.

Parc n° 2: Villers-Cotterêts (Pisseleux ?).

Armée: MF 16> , BL 30 >, BL 3 >. BL 10 > [sur quatre terrains à l'est de la zone de l'armée à la fin de l'année: Vauciennes, Vaubéron, Cravançon et Lesges; aucune escadrilles dans la région de Compiègne…].

VIII° A.
17/10-31/12

22/10: DA Belgique, 16/11 > VIII° A. Flandres: Estaires, Hazebrouck, Lys en Lannois, Merville, Saint Pol sur Mer (divers terrains Belgique).

Armée: BLC 2 <23/11 >, BLC 4< 23/11 >, V 14 (23/11 > VB 1), MS 26, MS 33 15/11> , esc./MF 35, DM 36 18/11 >.

1e CC (22/10-<12/11): BLC 2, BLC 4, BLC 5.

Bombardement: GB 1 (VB 1, VB 2) 23/11-16/12.

IX° A.

Nicolaou, Stéphane  "L'aéronautique de la IV° armée et la IX° armée en 8-9/1914"  in Icare 199  12/2006  (4a/9a).

JMO aviation IX° A. et X° A. [26N 57/MH].

Détachement d'armée Foch créé le 29/8/14 (sans aviation propre - assistée par celle de la IV° A.), devenant IX° A. le 5/9, avec cette fois un service d'aviation, lequel suit Foch au début octobre lors de la constitution de la X° A. en Artois, dont la direction est celle de la IX° A. qui vient d'être dissoute.

(5/9)-21/9

29/8 (DA Foch, 5/9 > IX° A.): Aisne/Champagne: Châlons sur Marne, Fagnières, Méry sur Seine, Les Monts Fournois, Mourmelon, Plancy, Pleurs, Vandeuvre (?).

Armée: BL 3, BL 10, HF 1, V 29.

21/9-17/10

Aisne/Champagne: Châlons sur Marne, Mourmelon, Fagnières, Les Monts Fournois, Les Petites Loges, Vandeuvre (?), Verzy.

Dissoute le 7/10.

Armée: HF A (>déb./11), BL 3 > 5/10, BL 10 > 5/10, HF 1 > 5/10, V 29 > 6/10.

X° A.
21/9-17/10

Créée le 5/10 en Artois à partir du DA Maud'hui (1/10, san aviation), intégrée au GPN (Foch). Si les esc. arrivent de toute les zones, la direction de l'aviation de l'armée est celle de la IX° A. qui vient d'être dissoute.

Le 9/10/14, le JMO de l'aviation de la X° A. "range" ses escadrilles en quatre groupes : 1er groupe: V 29, V 14; 2ème groupe: R 15, R 27; 3ème groupe: HF 32; 4ème groupe: HF1, MF 33 [Blake, Pages 1418].

Terrains: Doullens/Ransart, Herlin le Sec.

Armée: HF 1, REP 15, REP 27 5/10>, HF 32, MF 33, V 29, V 14.

17/10-31/12

Artois. Une série d'offensives locales est lancée à partir du 17/12 jusqu'au début de janvier 1915 dans la région de Souchez, au SO de Liévin: le JMO aéro X° A. décrit une organisation des esc. le 18/12 avec une esc. d'armée (V 29), plus une "aviation d'artillerie" en quatre regroupement sur des terrains "inédits":

         Groupement Gigout (R 15 et VB 2) sur un terrain au sud de Noeux les Mines,

         Groupement Beyl (HF 1 et VB 1) sur un terrain à l'est de Haute Avesnes,

         Artillerie du 10e CA (2 av. HF 32 et 2 av. BLC 5), Arras (Duisans).

         21e CA (R 27), (reste à Béthune ?).

Pour quelle durée cette organisation est-elle conservée ? Aucune autre mention jusqu'à la fin de l'année dans le JMO, mais une source non identifiée la ferait durer les 19-20/12… (la météo ne favorise pas les opérations aériennes par la suite…).

Terrains: Herlin le Sec, Béthune, Bruay/Haillicourt, Hazebrouck, Tincques.

Armée: HF A déb./11>, HF 1, REP 15, REP 27, HF 32, MF 33 >15/11, V 29, V 14 >25/10.

1e CC: BLC 2 <12/11-<23/11, BLC 5 < 12/11 >.

Bombardement: GB 1 (VB 1, VB 2) 15-30/12 [partagé avec GQG/II° A.].

(1) Un lien avec la mention "Arras" par le SHAA pour la BLC 5 dans la même période ?

Armée d'Alsace
2/8-21/9

11-28/8. Vosges-Alsace: Belfort. Terrains de campagne: Burnhaupt le Haut, Fontaine.

Armée: BL 3 et BL 10.

Armée de Lorraine
2/8-21/9

22-27/8. Argonne-Lorraine. Détachements d'escadrilles de la III° A. (?).

Groupe des divisions de réserve
2/8-21/9

26/8 > Artois. Aucune escadrille affectée.

Groupe des divisions territoriales
2/8-21/9

Formé 19/8 >Flandres. 26/8 > Somme > Vexin: Gournay en Bray> Somme Salouel.

REP 27: 13-15/9. HF 28: 17/9>.

21/9-17/10

Somme: Arras, Aubigny, Doullens, Salouel. Dissout 22/10.

REP 27: 23/9-5/10 (dét. ?). HF 28: >18/10.

Détachement d'armée des Vosges
17/10-31/12

Vosges. Créé 8/12/14, à droite du 2e GDR. Terrains: Belfort.

Armée: DO 14 18/12>.

Camp retranché de Paris

Voir groupe.

1915

I° A.

II° A.

III° A.

IV° A.

V° A.

VI° A.

VII° A.

VIII° A.

 

X° A.

DA Gérard

DAL

DAV

RFV

2e GDR

CRP

Gpt Pétain

Italie

 

 

 

Le GPN rassemble toujours les armées françaises au nord de l'Oise: DA Belgique/VIII° A. (> 36e CA le 22/5), X° A. et II° A.

Dans l'est de la France, un groupement provisoire de l'est (GPE) voit le jour à son tour le 5/1/15: III° A., DA Gérard, I° A., 2e GDR/DA Lorraine et DA Vosges (VII° A. le 4/4). [Argonne > Suisse].

Les deux groupements perdent leur dénomination "provisoire" le 13/6.

 

 

GAN

GAC

GAE

13/6/1915

Transformation des GPN et GPE en GAN et GAE,

23/6/1915

Création du GAC.

36e CA

X° A.

II° A.

 

[Flandres/Somme]

VI° A.

V° A.

IV° A.

 

[Oise/Champagne]

III° A.

I° A.

DA Lorraine

VII° A.

[Argonne/Suisse].

20/7/1915

 

36e CA

X° A.

II° A.

 

[Flandres/Somme]

VI° A.

V° A.

IV° A.

III° A.

[Picardie/Argonne]

I° A.

DA Lorraine

VII° A.

 

[Verdun/Suisse]

2/8/1915

 

36e CA

X° A.

II° A. (>2-11/8)

VI° A.

[Flandres/Soissons]

V° A.

IV° A.

II° A. (2-11/8>)

III° A.

[Soissons/Argonne]

RF Verdun (10/8>)

I° A.

DA Lorraine

VII° A.

[Verdun/Suisse]

Aéronautique GPE/GAE

Bombardement: GB 1 (VB 101, VB 102, VB 103) 2/4->> (voir IV° A. en 10/1915). Malzéville.

I° A.

JMO centre d'information d'Epinal (21e CA), puis service des reconnaissances aériennes auprès de l'EM de la I° A. [26N 24/6 - MH/I° A./génie] (> 26/7/15).

1/1-20/7

Argonne. Décalage vers le nord de Verdun (Meuse) à l'occasion du passage du 2e GDR directement sous les ordres du GPE. DA Gérard 4-23/4 devant Verdun, intégré à la I° A. puis dissout. La place de Verdun directement sous le commandement du GPE 4-15/4/15, puis retour I° A. Sous les ordres du GPE (GAE le 13/6).

Terrains: Ancemont, Croix de Metz, Lérouville, Pierrefitte sur Aire, Verdun, Villers les Nancy.

Armée: BL/C 18> 18/2 (65e DI). MS 31. C 17 >14/4. HF 7 13-20/1. MF 5/1> 18/3, (65e DI) 15/6>. MF 22 31/3-18/6 (DA Gérard1 4-21/4). C 11 31/3-(22/4). MF 44 5-15/4. EPA 20/6>. MF 70 1/10-10/11 (> DAL).

CA: MF 5/2 (8e CA). HF/MF 7 (6e CA) 20/1>. C 18 (pl. Verdun) 18/2>. MF 5/1 (12e CA) 1/4-15/6. C 17 (73e DI) 14/4>. MF 44 (31e CA) 15/4>. C 11 (2e CA) (22/4)>.

2e GDR: BL 9 >8/1 [> GPE].

Bombardement: GB 1 (VB 1 18/1-8/2, VB 2 18/1-8/2, VB 3 12/1-7/2).

(1) La MF 22 arrive à Verdun le 31/3 et n'apparaît pas dans le JMO SRA I° A. avant le 22/4, elle doit donc être affectée au DA Gérard jusqu'à cette date.

20/7-31/12

Argonne. Terrains: Croix de Metz, Lérouville, Verdun. Création le 10/8 de la région fortifiée de Verdun, qui repousse vers le sud l'aile gauche de la I° A.; plusieurs escadrilles passent alors à la RFV.

Armée: MF 5/1 (65e DI). MS/N 31. EPA >26/8 (> MF 63/RFV).

CA: MF 5/2 (8e CA). MF 7 (6e CA) >3/9. C 18 (pl. Verdun) >10/8. MF 44 (31e CA).

II° A.
1/1-2/8

Occupation du front, réduit de l'Oise à Roye le 1/7/15. Relevée progressive par les Britanniques à partir du 20/7 jusqu'au 2/8.

Somme: Beauquesne, Léalvillers, Marieux, Mondicourt, Moreuil, Petit Camon, Salouel, Treux, Vauchelles, Vaux sur Somme, Villers-Bretonneux et Picardie: Montdidier.

Armée: MS 23, HF/C 28 >27/7, C 43 9/4-2/8, VB 1101 26/4-21/5, BLC 5 25/5-5/72, C 513 9/6-1/8, MF 224 18/6-12/7. BLC 5 x/5>.

CA5: MF 8 (11e CA), HF/MF 19 (13e CA) >1/7, MF 20 (14e CA).

N 68.

(1) Détachement du GB 4 stationné en Artois.

(2) Dates extrêmes connues. Stationnement inconnu.

(3) 1e CAC au repos dans la région.

(4) 12e CA au repos dans la région.

(5) Date d'affectation définitive inconnue – au cours du printemps.

2/8-31/12

Dépourvue d'unités opérationnelles, la II° armée est re-formée en Champagne est, initialement baptisée "Groupement Pétain" pendant sa constitution du 10/8 au 20/9. Champagne: Ambonnay, Auve, Châlons, La Croix en Champagne, Fagnières, Mailly, Orbéval, Ste Menehould, Somme-Vesle, Tilloy.

Armée: MS/N 23, MF 60 9/8>, MF 35 20/8-26/12, C 61 22/8>, N 68 23/9-fin/10, MF 40 29/10-20/12, C 64 24/11>, VC 110 1/12>. BLC 5 >25/8. AFGG: manque une V le 20/9 (dét. GB ?) et une C le 26/12

CA: MF 8 (11e CA), C 51 (1e CAC), MF 20 (14e CA) >28/10, C 13 (15e CA) 10-20/8, puis 16/12>, MF 50 (16e CA) 10/8-15/12, MF 40 (4e CA) 29/10-23/11 et 20/12>.

III° A.
1/1-20/7

Argonne. Le 8/1/15, elle ses déplace vers l'ouest, entre l'Aisne (IV° A.) et la Meuse (I° A.), avec le GPE - devenant GAE le 13/6. Terrains: Clermont en Argonne. Sainte Menehould. Verdun. Verrières.

Armée: MF 2 > 6/2. MF 25. MS 37 5/2>.

CA: HF 7 (6e CA) >13/1. HF/C 13 (15e CA). MF 2 (5e CA) 6/2>. MF 41 (32e CA) 8/4>.

20/7-31/12

Argonne. Après une extension vers l'ouest en mai, sa limite ouest revient sur l'Aisne avec l'introduction de la II° A. entre elle et la IV° A. le 10/8. Deuxième bataille d'Argonne à la fin septembre. Le 7e CA est au repos dans sa zone à la fin de l'année, mais son escadrille ne l'accompagne pas. Terrains: Béhonne, Clermont en Argonne. Laheycourt. Lisle en Barrois. Sainte Menehould. Verrières.

Armée: MF 25. MS/N 37 (ch. ?).

CA: MF 2 (5e CA). MF 41 (32e CA)> 20/8. C 13 (15e CA)> 22/8. MF 32 (10e CA) 8/8>.

IV° A.
1/1-20/7

Champagne. Terrains: Auve, Châlons, Cuperly, Melette, Mourmelon, ferme de Piémont, Saint Dizier, Somme-Bionne, Somme-Tourbe, Vitry le François.

Armée: C 11 > x/3. V 21. MF 22 > 31/3. MS 38 6/2>. V 21 bis >11/3. AFGG 20/4: + 1 MS et 1 V.

CA: C 11 (2e CA) x-31/3. C 11bis/C 51 (1e CAC) x/3-8/6. V 21 bis/MF 50 (16e CA) 11/3>. MF 40 (4e CA) 1/4>. BLC 5 (1e CC) 5/2-x/5.

Bombardement: GB 1 (VB 1/101, VB 2/102) 6-18/1, puis (VB 1/101, VB 2/102, VB 3/103) 7/2-21/3.

20/7-31/12

Champagne. Terrains: ferme d'Alger, Ambonnay, Auve, Bussy le Ch., Châlons, La Cheppe, Cuperly, Fagnières, Matougues, Melette, Mourmelon, La Noblette, Vinets, Vitry la Ville.

Armée: V 21. MS/N 38. N 67 24/9-29/10. C 46 10/12>. C 64 >24/111. C 28 20/9>. MF 55 20/8>.

CA: MF 50 (16e CA) >10/8. C 46 (7e CA) 19/8-10/12. MF 40 (4e CA) >29/10. MF 7 (6e CA) 5/9>. MF 41 (32e CA) 20/8>.

Bombardement: VB 112 16/7-4/11, VB 1142 30/7-22/10. GB 102 (VB 104, VB 105, VB 106) 18/9-6/11. GB 1 (VB 101, VB 102, VB 103) 1-19/10. GB 4 (VB 110, VB 111, VB 112) 22/9-5/11. Escadre Michelin à Plivot le 20/9/15, mais probablement aux ordres du GAC ou du GQG.

(1) Transfert ordonnée le 4/11 mais

(2) Affectation à la IV° A. à confirmer.

V° A.

JMO aéronautique V° A. 1A 271/1 [MH].

1/1-20/7

Aisne-Champagne. Terrains: Baslieux les Fismes, Bouvancourt, Merval, Muizon, Rosnay, Villers-Allerand.

Armée: CM/C 39> 21/6, V 24. N/MS 12 (ch.).

CA: D/C 4 (3e CA) >10/5. C 39 (38e CA) 21/6>. D/C 6 (18e CA). C 53 (1e CA) 13/5>.

20/7-31/12

Aisne-Champagne. Attaques en Champagne à partir du 24/9. Terrains: Baslieux les Fismes, Hourges, Mareuil sur Ay, Plivot, Rosnay, Villemontoire, Villers-Allerand.

Armée: V 24. MS/N 12 (ch.).

CA: C 39 (38e CA). C 6 (18e CA). C 53 (1e CA). C 30 (37e CA) 4/8>. C 13 (15e CA) 27/8-16/12. MF 50 (16e CA) 15/12>.

AFGG 26/12: Mentionne 2 x F (seule MF 50 connue), mais pas la V 24…

VI° A.
1/1-20/7

Au début de l'année, la VI° A. est stationnée au NE de l'Oise, entre Roye (80) et Soissons (02). Avec l'arrivée des Britanniques en Artois pendant l'été, elle étend sa zone dans la Somme jusqu'à Albert après le retrait de la II° A. Terrains: ferme de Cravançon, Lesges, Méry la Bataille, Montdidier, Montgobert, Palesne, ferme de Vaubéron, Vauciennes, Vez, Villemontoire.

Armée: MF 16> 20/5. BL/C 30 >x/6. BL/MS 3. BL/C 10 >x/3. C 46 >x/6.

CA: C 30 (37e CA) x/6>. C 10 (35e CA) x/3>. C 46 (7e CA) x/6>. MF 19 (13e CA) 1/7>.

20/7-31/12

Somme-Oise-Aisne. 4/8 > Somme-Oise. Terrains: Breuil le Sec, Esquennoy, Estrées St Denis, Méry la Bataille, Montdidier, Montgobert, Moreuil, Palesne, Tricot, Vauciennes, Villemontoire, Villers-Bretonneux.

Armée: MS/N 3. MF 62 9/8>.

CA: C 30 (37e CA) >4/8. C 10 (35e CA). MF 19 (13e CA). C 46 (7e CA) >9-17/8. C 47 (2e CAC/13e CA) 7/11>. C 43 (62e DI) 4/8>. C 13 (15e CA) 22-27/8. MF 33 (9e CA) 25/7-25/8, C 4 (3e CA) 24/10>. MF 20 (14e CA) 4-9/8. MF 8 (11e CA) 2-6/81.

Bombardement: GB 3 (VB 107, VB 108, VB 109) 7/11>.

(1) Affectation très courte de la moitié de l'esc.: une moitié est à Meaux depuis le 30/7; l'esc. est au complet à Châlons dès le 6/8, "hors de portée" de la VI° A.

VII° A.
1/1-20/7

DA Vosges devient VII° A. le 4/4. Vosges. Terrains: Belfort, Chavannes, Corcieux, Dogneville, Lachapelle sous Rougemont, Lure/La Verrerie, Saint Léonard, Sentheim (dét.).

Armée: DO/MF 14. C 34. C 47 11/4>. MS 49 22/4>. Dét. GB 1 (VB 101, VB 102, VB 103) 20/4-2/5 (reco.).

Bombardement: GB 3 (VB 107, VB 108, VB 109) >13/5. MF 29 4/6>. GB 1 (dét. 2 avions reco.) 20/4-2/5.

20/7-31/12

Vosges. Terrains: Belfort, Chavannes, Corcieux, Dogneville, Fontaine, Romagny sous Rougemont (dét.).

Armée: MF 14. C 34. C 47 >5/8. MS/N 49. MF 59 28/7>.

CA: MF 20 (14e CA) 28/10>.

Bombardement: VB 101 (dét. GB 1) 3-19/10. MF 29. C 61 23/11>. GB 4 (MF 29, C 61) fin/12>.

VIII° A./DA Belgique/36e CA
1/1-20/7

DA Belgique devenu VIII° A en Flandre le 16/11/1914 avec les 9e, 16e et 20e CA, aux ordres du groupement provisoire du Nord, qui contrôle également le groupement de Nieuport créé le 14/12.

Elle redevient DA Belgique le 4/4/1915, prenant sous son commandement le groupement de Nieuport (7/4) et la place de Dunkerque (20/4), mais perdant progressivement ses CA (le dernier le 9/5). Le 22/5, elle devient le 36e CA, passant au GAN le 13/6 lors de la création ce dernier à la place du GPN. Le groupement de Nieuport est considéré dès le début comme un "secteur", rejoint à partir du 7/6 par un "secteur sud" intercalé entre les Belges et les Britanniques sur l'Yser entre Steenstraate et Ypres.

Terrains: Furnes (B), Hondschoote, Poperinghe (B), Saint Pol sur Mer.

Armée: BLC 2> 10/1. BLC 4 >10/1. MS 26. DM/MF 36. MF 52 28/4. MF 55 12/5>.

CA: MF 33 (9e CA) >20/4, Esc. mixte/MF 35 (20e CA) >3/5.

Bombardement: GB 2/102 (VB 4/104, VB 5/105, VB 6/106) 29/1-6/5 [initialement rattaché à la place de Dunkerque, la VB 6 n'arrive que le 16/3].

20/7-31/12

A partir du 15/8, la région fortifiée de Dunkerque est assimilée au 36e CA.

Terrains: Coxyde/ferme Boggaerde (B), Furnes (B), Hondschoote, Saint Pol sur Mer.

Armée: MS/N 26. MF 36. MF 52. MF 55.

X° A.
1/1-20/7

Artois, 2e bataille d'Artois en 5-6/15. A cette occasion apparaissent des "avions-canons" Voisin (S.A.C. ?), mais aussi un groupe provisoire de bombardement qui deviendra GB 104 (première forme) et un groupe provisoire d'escadrilles de chasse. De Rose prend le commandement à partir du 1/6 d'une escadre qui ne dit pas son nom, constituée des trois GB et du groupe de chasse provisoire, mais le JMO  aéro X° A. n'en parle plus par la suite…

Terrains: Avesnes le Comte, Béthune, Bruay, Croisette, Duisans, Gouves, le Hameau, Herlin le Sec, Hermaville, Humières, Ferme de Neuville/Brias, Savy, Tincques, Verquin, Villers-Châtel.

Armée: HF/MF 1> 25/2 (>33e CA). V 29> 9/5. REP/MS 15. MF/mixte 32 >2-3/15. MF 54 10/5>. N 57 13/5>. MF 16 21/5>.

CA: REP 15 (21e CA) déb./1915. REP/C 27 (21e CA). MF 35 (20e CA). BLC 5 (1e CC) >16/2. MF 1 (33e CA) 25/2>. MF 32 (10e CA) 2-3/15>. MF 33 (9e CA) 20/4>. MF 35 (20e CA) 3/5-18/7. C 4 (3e CA) 9/5>. C 56 (17e CA) 14/5>.

Bombardement: GB 102 (VB 104, VB 105, VB 106) 6/5-24/6. GB 3/103 (VB 107, VB 108, VB 109) 13/5-14/7, GP/GPB (V 29, VB 111, VB 110 21/5>) 9-28/5. GB 104 (VB 110, VB 111, VB 112) 28/5-16/7.

20/7-31/12

Artois, 3e bataille d'Artois du 25/9 au 13/10.

Terrains: Avesnes le Comte, La Bellevue, Berles, Béthonsart, Bruay, le Hameau, Hermaville, Humières, Mondicourt, Moreuil, ferme de Neuville/Brias, Savy, Tincques, Villers-Bretonneux, Villers-Châtel.

Armée: MS/N 15. MF 54. N 57. MF 16. BLC 5 28/7-19/8. N 69 14/10>.

CA: MF 1 (33e CA). C 27 (21e CA). MF 33 (9e CA) >25/7, puis 25/8>. MF 32 (10e CA)> 25/7. C 4 (3e CA)> 24/10. C 56 (17e CA). C 28 (56e DI) 27/7-17/9. MF 22 (12e CA).

Bombardement: GB 3 (VB 107, VB 108, VB 109) 3/9-7/11.

Détachement d'armée Gérard
1/1-20/7

4-23/4 Argonne. Créé avec les 1e et 2e CA devant Verdun, au sein du GPE, puis rattaché directement à la I° A. avant d'être dissout le 23/4. Verdun.

DA Gérard: MF 22 4-22/4 (> I° A.).

Détachement d'armée de Lorraine
1/1-20/7

11/3/15: 2e GDR> DA Lorraine devant Nancy. Lorraine. GPE puis GAE. Un seul CA attaché, le 20e CA, donc une seule esc. d'armée (le CCC 4T/1915 de la C 42 précise qu'elle devient "esc. d'armée" en décembre…). Terrains: Chenevières/Saint Clément, Jolivet, Lunéville, La Madeleine, Malzéville, Saint Clément, Villers les Nancy.

Armée: C 9 (68e DI ?). C 42 25/3>. MF 45 12/4>. MS 48 21/4>. MF 58 26/5>.

Bombardement: GB 1 (VB 101, VB 102, VB 103) 22/3-2/4. GB 102 (VB 104, VB 105, VB 106) 27/6>. GB 3 (VB 107, VB 108, VB 109) 16/7>.

20/7-31/12

Lorraine. Terrains: Ceintrey, Chenevières/Saint Clément, Jolivet, Lunéville, La Madeleine, Malzéville, Saint Clément, Villers les Nancy.

Armée: C 9 (68e DI ?). C 42. MF 45. MS/N 48. MF 58, dét. de chasse/N 65 (ch.) 2/8>. C 66 24/10>. N 68 28/10>.

CA: MF 35 (20e CA) 26/12>.

Bombardement: GB 1 (VB 101, VB 102, VB 103) 21/3>. GB 102 (VB 104, VB 105, VB 106, CEP 115). GB 3 (VB 107, VB 108, VB 109) >3/9. GB 4 (VB 110, VB 111, VB 112) >20/9, puis 5-28/11.

Détachement d'armée des Vosges
1/1-20/7

Vosges. 4/4/15 = VII° A. Terrains: Belfort. Dogneville.

Armée: DO/MF 14. C 34 6/2>.

Bombardement: GB 3 (VB 107, VB 108, VB 109) 22/3-13/5.

Région fortifiée Verdun

JMO service aéronautique RFV 23/8/15-31/10/15 et 1/11/15-29/2/16 [26N 71/5-6].

20/7-31/12

Formée le 10/8. Argonne. Ancemont. Verdun.

Armée: MF 63 1/9>. N 67 >29/10.

CA: C 18 (sect. nord), C 11 (2e CA/sect. sud).

2e groupe des divisions de réserve
1/1-20/7

Attaché le 15/12/14 à la I° A., il passe directement sous les ordres du GPE le 8/1/15. Lorraine. 11/3 = DA Lorraine. Terrains: Villers les Nancy.

BL/C 9 >11/3.

Camp retranché de Paris

Voir groupe.

Groupement Pétain

Appellation temporaire de la II° armée reconstituée en Champagne du 10/8 au 20/9.

Italie

Après l'entrée en guerre de l'Italie au coté des alliés, quelques hydravions de la Marine partent pour former un CAM à Venise. Ils sont rejoints par une escadrille de chasse N 92/I qui est stationnée à Mestre puis au Lido. Une escadrille de Brindisi, formée de 3 hydravions Nieuport surveille le canal d'Otrante à partir de septembre, mais faute de cibles, ils partent au début 1916 pour la Grèce.

 

1916

I° A.

II° A.

III° A.

IV° A.

V° A.

VI° A.

VII° A.

36e CA

 

X° A.

RFV

DAL

CRP

Italie

 

 

 

 

 

 

 

 

GAN

GAC

GAE

1/1/1916

 

36e CA

X° A.

VI° A.

 

[Flandres/Soissons]

V° A.

IV° A.

II° A. (>5/1)1

III° A.

[Soissons/Argonne]

RF Verdun

I° A.

DA Lorraine

VII° A.

[Verdun/Suisse]

1/2/1916

Début bataille de Verdun le 21/2.

 

36e CA

X° A. (>16/2-14/3)2

VI° A.

 

 

[Flandres/Soissons]

V° A.

IV° A.

III° A. (>28/2)3

RF Verdun (>26/2)1

II° A. (26/2>28/2)1 3

 [Soissons/St Mihiel]3

I° A.

DA Lorraine

VII° A.

 

 

[St Mihiel/Suisse]

12/4/1916

 

36e CA

VI° A.

X° A.

 

[Flandres/S Laon]

V° A.

IV° A.

III° A. (2/5>26/6)3

II° A. (2/5>)3

[S Laon/St Mihiel]

I° A.

DA Lorraine

VII° A.

 

[St Mihiel/Suisse]

30/6/1916

Début de la bataille de la Somme.

36e CA

VI° A.

X° A.

III° A.

[Flandres/Soissons]

V° A.

IV° A.

II° A.

 

[Soissons/St Mihiel]

I° A. (> 26/10)

DA Lorraine

VII° A.

 

[St Mihiel/Suisse]

29/10/1916

 

36e CA

VI° A.

X° A.

I° A.

[Flandres/Soissons]

V° A.

IV° A.

II° A.

 

[Soissons/St Mihiel]

DA Lorraine

VII° A.

 

 

[St Mihiel/Suisse]

15/11/1916

36e CA

VI° A. (>12/12)

X° A.

III° A.

I° A.

[Flandres/Soissons]

V° A.

IV° A.

II° A.

 

 

[Soissons/St Mihiel]

DA Lorraine

VII° A.

 

 

 

[St Mihiel/Suisse]

(1) retrait de la II° A. le 5/1/1916 > GQG, puis montée le 26/2 dans la région de Verdun, où elle absorbe la RF.

(2) La X° A. est progressivement mise en réserve dans la région de Noailles entre le 16/2 et le 14/3 (GQG à partir du 14/3/16), puis reviens au GAN le 12/4, mais dans l'Oise, au sud de la VI° A.

(3) Du 28/2/1915 au 2/5/1916, les II° A. et III° A. sont rassemblées comme groupement Pétain, au ordres du GQG (la limite du GAC est reportée à l'est de la Champagne). La III° A. quitte l'Argonne le 26/6 pour être insérée au sud de la X° A. dans l'Oise à partir du 30/6.

Aéronautique GAN

La V 21 est mentionnée comme affectée au GAN par le JMO aéro/VI° A. le 8/4 (une seule fois)…

15/9: 1 GC. 15/11: 2 GC.

Aéronautique GAC

 

Aéronautique GAE

15/9: 1 GB.

 

I° A.
1/1-12/4

Lorraine/Argonne.

71.

CA: HF 1 (33e CA) 11/4>.

12/4-30/6

Lorraine.

CA: HF 1 (33e CA).

30/6-29/10

Lorraine. 26/10 > Picardie.

CA: HF 1 (33e CA) >12/8.

29/10-15/11

Picardie-Oise.

15/11-31/12

Picardie-Oise.

CA: HF 1 (33e CA) 20/11>.

II° A.
1/1-12/4

5/1. Argonne.

72.

CA: HF 1 (33e CA) 8/3-11/4.

12/4-30/6

Argonne.

30/6-15/11

Argonne.

15/11-31/12

Argonne.

III° A.
1/1-12/4

Argonne.

12/4-30/6

Argonne. 26/6> Oise.

30/6-29/10

Oise.

15/11-31/12

Somme.

IV° A.
1/1-12/4

Champagne. Terrains: Mailly le Camp.

Bombardement: VB 104 1/1-??.

12/4-30/6

Champagne.

30/6-29/10

Champagne.

29/10-15/11

Champagne.

15/11-31/12

Champagne.

V° A.
1/1-12/4

Aisne-Champagne.

12/4-30/6

Aisne-Champagne.

30/6-29/10

Aisne-Champagne.

29/10-15/11

Aisne-Champagne.

15/11-31/12

Aisne-Champagne.

VI° A.

JMO aéro VI° A. 26 N 42/3-4.

1/1-12/4

Somme-Picardie-Oise. Parc aéro à Rantigny, puis Blangy-Tronville à partir du 10/4.

Terrains:

Armée: C 43, MS/N 3 (ch.), V 211.

AL: SAL MF 202 15/3>, SAL MF 2032< 14/3-12/4, SAL MF 205 2/3>, SAL 208 5/3-3/4.

CA: HF 1 (33e CA) 29/2-8/3, MF 22 (12e CA) 14/3-1/4, C 10 (35e CA), C 47 (2e CAC), C 51 (1e CAC), MF 33 (9e CA) 3-12/4, MF 62 (dét. 1e CAC ?).

(1) Détachée du GAN ?

(2) En subsistance avecc la MF 22 pandant la période 14/3-1/4 [JMO VI° A.].

12/4-30/6

Somme-Picardie; 26/6 > Somme. Parc aéro n° 2 à Blangy-Tronville, réserve du parc à Beauvais (gare régulatrice à Creil). QG aéro VI° A. passe de Clermont à Boves (EM VI° A. à Dury). Parc n° 2 et 102 à Saint Fuscien à partir du 25/6/1916.

Terrains: (60) Breuil le Sec, Palesne, Tricot. (80) Cachy, Le Hamel, Villers-Bret., Démuin, Marcelcave, Mesnil St Georges, Moreuil, Rouvrel.

Armée: N 3 (ch.), MF/N 62 (1e CC; 4/5 > ch.), C 21 (ALGP) 17/6>, C 43 (A.) 17/6>, MF 54 (1e CC) 18/4-15/6, N 26 (ch.) 16/6>, N 103 (ch.) 19/6>, C 106 (ALGP) 21/6>, C 11 (2e CA2) 27/6>, C 46 (A.) 26/6/>. GB 31.

AL: SAL V 207 (1e CAC) 5/5>, SAL MF 204 (20e CA) 8/6>, SAL MF 202 (1e CAC) 10/6>, SAL MF 203 (1e CAC) 18/6>, SAL MF 205 (35e CA) 16/6>,SAL 208 (20e CA) 3/6>, SAL MF 215 (30e CA/35e CA) 15/6>, SAL MF/F 201 (30e CA) 15/6>.

CA: C 51 (1e CAC), MF 35 (20e CA) 29/4>, C 10 (35e CA) 20/5>, MF 52 (A.-1e CAC) 8/6>, F 24 (A.-20e CA) 9/6>, MF 54 (A.-30e CA) 15/6>, F 60 (A.-35e CA) 16/6>, C 18 (30e CA) 16/6>.

(1) Bombardements, interdiction avec les avions-canons et reconnaissances dans la zone de la VI° A. à partir du 16/4/1916 (escorte assurées à l'occasion par l'aviation de l'armée). Les comptes-rendus d'opérations mentionnent régulièrement l'activité du groupe, ce qui semble prouver qu'il est rattachée à la VI° A.

(2) Le 2e CA ne participe pas aux combats de la Somme avant le 23/7: la C 11 est surtout utilisée par l'aviation d'armée [JMO aéro/VI° A. 7/1916].

 

Début des bombardements préparatoires le 26/6 – activité importante de toutes les escadrilles à partir de la veille [p 160]. Tout au long des cinq jours qui précèdent le début de l'offensive, les escadrilles de CA sont actives (mais peu de détails dans les documents VI° A.), requérant à l'occasion la couverture d'avions de Cachy; elles assurent en particulier la surveillance des drachens allemands. Les appareils de Cachy, dont le rassemblement au sein d'un "groupe Brocard" apparaît le 27/6, sont chargées de mission de reconnaissance (elles possèdent quelques appareils biplaces), de couverture, de chasse au drachens (un avion armé de fusée Le Prieur par patrouille), recherchant le combat de manière agressive à partir du 30/6 seulement. Au sein des escadrilles d'armées, la C 21 est chargée des réglages pour l'ALGP (sous les ordres directs de l'EM de la VI° A. tandis que l'AL est répartie dans les CA), couverte par la C 106 renforcée par les avions de Cachy et de la C 43 (deux appareils de celle-ci régulièrement détachés pour la journée à Rouvrel). La C 43 apparaît comme l'escadrille à tout faire de la VI °A.: photo, escorte, liaison TSF et même missions de chasse. Le GB 3 se cantonne à des vol de surveillance avant de prévoir des missions de bombardement à partir du 28/6, annulées par le mauvais temps – il rejoint alors la X° A.

De manière générale, les escadrilles Caudron semble avoir une mission très offensive avec ses G.IV, premier "destroyer" bimoteur de l'AM, puis ses R.IV. Il est probable que l'apparition de la nouvelle génération des chasseurs allemands (Pfalz, Albatross, etc) à la fin de l'automne modifiera la situation.

 

1/7-29/10

Somme: Parc n° 2 et 102 à Saint Fuscien à partir du 25/6/1916. QG aéro VI° A. passe de Clermont à Boves (EM VI° A. à Dury). Voir carte région [photos]. Le 10/7 QG aéro à Méricourt.

Terrains: Cachy*, Le Hamel*, Villers-Bret., Démuin*, Marcelcave, Rouvrel*, Chipilly*, Morlancourt*, Sailly-Laurette*, Treux*.

(*) terrains au 30/9.

État des unités au début de l'offensive:

Cachy

Le Hamel

Villers-Bret.

Démuin

Marcelcave

Rouvrel

Groupe Brocard

20e CA

VI °A + 2e CA

1e CAC

35e CA

ALGP VI° A.

N 3

N 62

N 26

N 103

F 24 (dét. A.)

F 35 (20e CA)

F 204 (AL)

F 208 (AL)

C 43 (A.)

C 46 (A.)

 

C 11 (A./2e CA)

C 51 (1e CAC)

C 52 (dét. A.)

C 202 (AL)

F 203 (AL)

C 207 (AL)

F 60 (dét. A.)

C 10 (35e CA)

F 205 (AL)

F 201 (AL)

F 215 (AL)

C 21 (A.)

C 106 (A.)

 

Dét. C 43 (A.)

Moreuil: terrain passé à la X° A. le 28/6.

 

Armée3: N 3 (ch.) >5/8*, N 62 (ch.) > 5/8*, C 43 (A.) >23/7, N 26 (ch.) >5/8*, N 103 (ch.) >5/8*, C 11 (A./2e CA1)> 5/8, C 46 (A.) >23/7, MF 32 (ALGP2) 5-16/7, N 65 (ch.) 6/7>5/8*, N 37 (ch.) <8/7>5/8*, C 17 (A.) 14/9>, C 66 (dét. GB 2) 25-28/95>, N 112 (bomb. ?) 28/9>.

(*) Groupe de Cachy (VI° A./GAN): N 3 (ch.) 5/8>, N 62 (ch.) 5/8>, N 26 (ch.) 5/8>, N 103 (ch.) 5/8>, N 65 (ch.) 5/8>, N 37 (ch.) 5/8>, N 73 (ch.) 15/8>, N 67 (ch.) 26/8>.

ALGP: C 21 (ALGP), C 106 (ALGP/bomb.).

AL: SAL V 207 (1e CAC) >24/8 (33e CA) 24/8>, SAL MF 204 (20e CA) >21/8 (1e CA) 21/8>, SAL MF 202 (1e CAC) >5/8, SAL MF 203 (1e CAC) >24/8 (33e CA) 24-27/8, SAL MF 205 (35e CA) >5/8,SAL 208 (20e CA) >21/8 (1e CA) 21/8>, SAL MF 215 (35e CA) >23/7 (7e CA) 23/7-25/9 (??) 25/9>, SAL MF/F 201 (35e CA) >5/8, SAL V 211 (7e CA) 9/8-25/9 (??) 25/9>.

CA: C 51 (1e CAC) >24/8, MF 35 (20e CA) >27/8, C 10 (35e CA) >5/8, MF 52 (A.-1e CAC) >5/8, F 24 (A.-20e CA) >21/8 (A.-1e CA) 21/8>, MF 54 (A.-30e CA) >12/7, F 60 (A.-35e CA) >5/8, C 18 (30e CA) >12/7, C 11 (A./2e CA1) >5/8, MF 72 (7e CA) 21/7>, C 43 (A.-7e CA) 23/7>, C 46 (A.-1e CAC) 23/7-24/8 (A.-33e CA) 24/8>, C 53 (1e CA4) 8/8-16/10, MF/F 1 (33e CA) 19/8>, MF/F 2 (5e CA) 8/9>, MF/F 7 (6e CA) 9/9>, F 33 (9e CA) 26/9>.

(1) Le 2e CA ne participe pas aux combats de la Somme avant le 23/7: la C 11 est surtout utilisée par l'aviation d'armée [JMO aéro/VI° A. 7/1916]. Passe complètement au 2e CA à l'occasion de la réorganisation du 23/7.

(2) La MF 32 est normalement attachée au 10e CA, mais celui-ci est à l'instruction dans la région de Saint Omer en Chaussée.

(3) A partir du 8/7, les escadrilles d'armée autres que celles du groupe Brocard sont rassemblées au sein d'un "groupe de Villers-Bretonneux": C 11, C 43 et C 46 [Aéro/VI° A. p 15-16].

(4) Le 1e CA n'arrive sur le front que le 20/8, la C 53 est attachée au 20e CA jusqu'à cette date.

(5) A Moreuil dès le 25/9 ?

 

Ordre de bombardement de nuit le 1/7 (en particulier par la C 11, employée par l'aéro VI° A. tant que le 2e CA n'est pas en première ligne); début de mention d'avions de liaison ou avions d'infanterie "repérant les feux d'infanterie" en volant très bas dans les CA [p 2, 4].

Première mention d'un "groupe de Villers-Bret." le 4/7, à propos des esc. d'armée. Les détachements de la C 43 à Rouvrel pour l'ALGP continuent.

Détachements d'avions de Cachy sur les terrains de CA à partir du 6/7 (ce qui n'exclut pas des demandes au dernier moment). Le 7/7, il est rappelé par l'EM de l'aéro VI° A. qu'il est interdit aux Nieuport de chasse de sortir seuls, rappel fait après une telle sortie par Guynemer… [p 13]. En principe, chaque patrouille compte un avion équipé de fusées Le Prieur pour les drachens [p 15-16].

Comme au mois de juin, toutes les escadrilles d'armée effectuent des missions de protection (aviation de CA, reconnaissance, ALGP,…). Il est rappelé le 7/7 de ne pas embarquer d'observateur dans ce cas [p 13]. A partir du 8/7, un biplace de Cachy est détaché sur chaque terrain de CA (Le Hamel, Démuin et Marcelcave) comme avion de guet: le observateurs doivent appeler le Cne Brocard pour l'informer de la situation et du meilleur moment pour envoyer les patrouilles de protection [p 15-16].

Réorganisation le 23/7: seules les esc. de Nieuport restent directement affectées à la VI° A.; les autres esc. du "groupe de Villers-Bret." sont réparties dans les CA (voir ci-dessus; les C 21 et C 106 sont donc considérées comme appartenant à l'ALGP) [p 56].

Nouveau changement le 5/8: on parle enfin d'un "groupe de chasse de Cachy; il dépend de la VI° A. du point de vue de l'administration, de la surveillance technique et de la discipline, mais opérationnellement, il est aux ordres du GAN sur le front des VI° et X° A. armées (quid des esc. de chasse de la X° A. ?): chasse contre les avions et les ballons, mais aussi reconnaissance à longue portée et photographie en complément des esc. d'armée [aéro/VI° A. p 86].

A partir du début 8/1916, on trouve des missions de mitraillage au sol confiées aux esc. du groupe de Cachy [Aéro/VI° A. p 95+].

Le 13/9, apparition dans les CA d'un avion de "surveillance rapprochée du champ de bataille" [Aéro/VI° A. p 183].

 

État le 30/9 (fin aéro/VI° A. conservé).

Cachy

Le Hamel

Démuin

Rouvrel

Chipilly

Morlancourt

Sailly-L.

Treux

Groupe de chasse

9e CA

VI° A.

 

VI° A.

1e CA

33e CA

5e CA

N 3

N 26

N 103

N 65

N 37

N 73

N 67

F 33

C 46 (A.)C 21

C 66 (dét. GB 2)

(ALGP)

F 7 (6e CA)

F 41 (32e CA)

C 43 (A.)

N 62 (ch./div.)

N 112 (dét. GB 1)

F 211 (AL)

F 215 (AL)

C 53

F 24 (dét. A)

F 204 (AL)

208 (AL)

 

F 1

V 207 (AL)

F 2

C 17 (dét. A)

 

29/10-15/11

Somme.

 

15/11-31/12

Somme. 12/12> Somme (repos).

VII° A.
1/1-12/4

Vosges.

12/4-30/6

Vosges.

30/6-15/11

Vosges.

15/11-31/12

Vosges.

X° A.
1/1-12/4

Artois. 14/3> Picardie (repos).

CA: HF 1 (33e CA) >29/2.

12/4-30/6

Picardie-Oise.

30/6-29/10

Picardie.

29/10-15/11

Somme.

CA: HF 1 (33e CA) 11/11>.

15/11-31/12

Somme.

CA: HF 1 (33e CA) >20/11.

36e CA
Région fortifiée Verdun

JMO service aéronautique RFV 23/8/15-31/10/15 et 1/11/15-29/2/16 [26N 71/5-6].

1/1-12/4

Argonne.

Détachement d'armée Lorraine
1/1-12/4

Lorraine.

12/4-30/6

Lorraine.

30/6-15/11

Lorraine.

15/11-31/12

Lorraine. 2/1/17 = VIII° A.

Camp retranché de Paris

Voir groupe.

Italie

En 6/1916, la N 92/I est rebaptisée N 392. Au cours de l'été, le CAM perd progressivement ses avions à bout de souffle et ses équipages qui rentrent en France; il faut attendre le 21/9 pour voir arriver les premiers avions d'un lot important de FBA type H.

1917

I° A.

II° A.

III° A.

IV° A.

V° A.

VI° A.

VII° A.

VIII° A.

 

X° A.

CRP

Italie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GAN

GAR

GAC

GAE/Gpt Foch1

1/1/1917

Création du GAR.

 

36e CA

X° A. (>5/2)

III° A.

I° A. (>22/3)

[Flandres/Soissons]

VI° A. (1/1>)

X° A. (10/2>)

V° A.

 

[Soissons/E Reims]

IV° A.

II° A.

 

 

[E Reims/St Mihiel]

DAL/VIII° A.

VII° A.

 

 

[St Mihiel/Suisse]

21/4/1917

 

36e CA

III° A.

VI° A. (24/4>)

[Flandres/Coucy2]

VI° A. (>24/4)

X° A.

V° A.

[Coucy2/E Reims]

IV° A.

II° A.

 

[E Reims/St Mihiel]

VIII° A.

VII° A.

 

[St Mihiel/Suisse]

(1) Le GAE est dissous le 2/1, remplacé par le groupement Foch à partir du 21/1, en prévision d'une éventuelle violation de neutralité suisse par les armées allemandes. Dans l'intervalle, les deux armées relèvent directement du GQG. Le GAE est reconstitué le 31/3.

(2) déplacé vers l'est le 24/4, lors du passage de la VI° A. du GAR au GAN.

 

 

GAN

GAC

GAE

8/5/1917

Dissolution du GAR.

36e CA (>16/6)2

III° A.

VI° A.

X° A. (>28/10)3

I° A. (10/5>12/6)1

[Flandres2/Berry au Bac]

V° A.

IV° A.

II° A.

 

 

[Berry au Bac/St Mihiel]

VIII° A.

VII° A.

 

 

 

[St Mihiel/Suisse]

1/12/1917

Dissolution du GAC

III° A.

VI° A.

V° A.

IV° A.

[Somme/Ste Menehould]

-

II° A.

I° A. (16/12>) rés.

VIII° A.

VII° A.

[Ste Menehoud/Suisse]

(1) En réserve avec le GAN à partir du 10/5. Le 12/6, la I° A. passe directement sous les ordres du GQG, mise à la disposition du commandement britannique.

(2) A son tour, le 36e CA quitte le GAN qui cesse d'être responsable du secteur de Nieuport. La limite du GAN est reportée dans la Somme.

(3) La X° A. part en Italie.

Aéronautique GAN

15/2: 1 GC. 15/4: 1 GB. 15/5: 3 GC, 1 GB. 15/6: 2 GC, 1 GB. 15/7: 1 GB. 15/9: 1 GC, 1 GB. 15/10: 1 GB. 15/12: 1 GC, 2 GB.

Aéronautique GAC

15/6: 1 GB. 15/7: 1 GC, 1 GB. 15/8: -. 15/10: 1 GB.

Aéronautique GAE

15/1: 1 GB. 15/2: 1 GC, 1 GB. 15/4: 2 GB. 15/5: 3 GB.

Aéronautique GAR

30/3/18: 4 Esc. 4/18: 5 Esc. 25/5/18: Div. Aé. (5 Esc., A Gpmt). 24/6/18: Div. Aé. (4 Esc.). 17/7/18: 1 GB. 14/8/18: 1 Gpmt (2 GB),
Div. Aé. (4 Esc., 1 Gpmt). 11/9/18: 1 EB, 1 Gpmt. 13/10/18: 1 GC. 3/11/18: 1 GC. 7/11/18: 1 GC, 1 EB.

I° A.
1/1-21/4

Picardie-Oise.

CA: HF 1 (33e CA) >22/3.

21/4-31/12

Formée le 11/7 avec la RF Dunkerque. Flandres. 13/12 > Lorraine (repos).

II° A.
1/1-21/4

Argonne.

21/4-31/12

Vosges.

III° A.
1/1-21/4

Somme.

CA: HF 1 (33e CA) 22/3>.

21/4-31/12

Picardie.

CA: HF 1 (33e CA) >20/5.

IV° A.
1/1-21/4

Champagne.

21/4-31/12

Champagne.

V° A.
1/1-21/4

Aisne-Champagne.

21/4-31/12

Champagne (Reims).

VI° A.
1/1-21/4

Aisne.

21/4-31/12

Aisne.

CA: HF 1 (33e CA) 20/5-7/8.

VII° A.
1/1-21/4

Vosges.

21/4-31/12

Vosges.

CA: HF 1 (33e CA) 7/8>.

VIII° A.
1/1-21/4

Formée le 2/1/17 à partir du DA Lorraine. Lorraine.

21/4-31/12

Vosges.

X° A.
1/1-21/4

Somme. 5/2 > repos.

21/4-31/12

Aisne. 28/10> Italie.

Camp retranché de Paris

Voir groupe.

Italie

En mai, arrivée de l'escadrille "Espinasse", pour assurer les réglages du détachement français d'ALVF, escortés par des Nieuport de la N 561, qui récupère quelques uns de ses Sopwith lors de son départ pour la France en juillet. En juin, la N 392 est re-numérotée N 561, tandis que le CAM de Venise est dissout le 27/6.

A partir de l'été, les SOP 36, 208 et 221 se succèdent en Italie (deux à la fois, alignant chacune 10 avions, ce qui fait un total français de 38 avions avec la N 561, soit 10 % des effectifs italiens).

Ces unités doivent être directement sous les ordres de commandements italiens, puis sont rattachées à la X° A. qui arrive en renfort à la suite de la défaite de Caporetto. L'aviation de la X° A. française compte 130 avions:

SPA 69, N 82 (Ni 24 bis et Ni 27), plus la N 561 qui lui est rattachée,

AR 14, AR 22 (12e CA), AR 44 (31e CA) et AR 254 (12e CA),

SOP 36, SOP 206, SOP 214 et SOP 221.

Aérodromes: Ghedi, Verona, Nové, Castello di Godego, Castellogamberto. Les avions arrivent démontés par voie ferrée à Milan, sont assemblés à Brescia pour rejoignent le parc aéronautique à Verona.

AFGG: le 26/11, 4 AR, 4 SPA, 4 SOP et 1 N…

 

1918

I° A.

II° A.

III° A.

IV° A.

V° A.

VI° A.

VII° A.

VIII° A.

IX° A.

X° A.

CRP

1e A. US

DAN

CIACB

CIRNLP

CIACN

Italie

 

 

 

 

 

(Flandres)

GAR

GAN

GAE

1/1/1918

-

(EM dès le 31/1)

-

III° A.

VI° A.

V° A.

IV° A.

[Somme/Ste Meneh.]

II° A.

I° A.2

VIII° A.

VII° A.

[Ste Meneh./Suisse]

23/3/1918

X° A. de retour d'Italie: 13/4 > GB, puis 1/6 en rés. GAR.

 

DA Nord (GQGA)

(12/4-6/7)

I° A. (26/3>)

III° A.

X° A. (1/6>)

 

[Somme/Noyon]

VI° A.

V° A. (29/3-29/5 > GQG/rés.)

IV° A.

 

[Noyon/Ste Meneh.]

II° A.

I° A. (>26/3)

VIII° A.

VII° A.

[Ste Meneh./Suisse]

 

GA Flandres1

GAR

GAC

GAE

6/7/1918

Le GAN devient GAC3.

IX° A. formée avec GQG.

-

I° A.

III° A.

X° A.

 

 [Somme/Attichy]

VI° A.

IX° A. (17/7>)

V° A.

IV° A.

[Attichy/Ste Meneh.]

II° A.

VIII° A

VII° A.

 

[Ste Meneh./Suisse]

21/7/1918

 

I° A.

III° A.

X° A.

VI° A.

[Aisne/Chât.-Th.]

IX° A. (>25/7)4

V° A.

IV° A.

 

[Chât.-Th./Ste Meneh.]

II° A.

VIII° A

VII° A.

 

[Ste Meneh./Suisse]

30/8/18

 

I° A.

III° A.

X° A.

VI° A. (>8/9)6

[Aisne/Chât.-Th.]

VI° A. (8-9/9)6

V° A.

IV° A.

II° A.

[Chât.-Th./Verdun]5

             VIII° A

VII° A.

 

 

[Moselle/Suisse]5

12/9/1918

Formation du GA Flandres

AF Belgique (15/10>)6

Div. CA

 

 

[Belgique]

I° A.

III° A. (>14/9)

X° A.

 

 [Aisne/Chât.-Th.>]

III° A. (23-27/10)7

V° A.

IV° A.

II° A. (>22/9)8

[Chât.-Th.>/Verdun]

VIII° A

VII° A.

 

 

[Moselle/Suisse]

27/10/1918

AF Belgique (15/10>)6

Div. CA

2e CC

[Belgique]

I° A.

III° A.

X° A. (>6/11)9

 [Wassigny/Sissonne]

V° A.

IV° A.

 

[Sissonne/Vouziers]

VIII° A.

X° A. (6/11>)

VII° A.

[Moselle/Suisse]

11/11/18

II° A. sous les ordres GQG après commandement américain.

AF Belgique

I° A.

III° A.

VIII° A. (18/11>)

X° A. (18/11>)

 

V° A.

IV° A. (>13/11)

IV°A. (13/11>)

VIII° A. (18/11>)

X° A. (18/11>)

II° A.

VII° A.

21/11/18

 

GA Fayolle

VIII° A. (Saverne)

X° A. (Mainz)

VII° A. (St Avold)

GA Maistre

V° A. (Sedan)

I° A. (Rocroi)

III° A. (Laon)

GA Castelnau

IV° A. (Sélestat)

II° A. (Mulhouse)

(1) Dissout le 18/11/1918.

(2) Au repos depuis le 16/12, il est insérée entre les II° A. et VIII° A. le 5/1.

(3) Conséquence logique de la création d'un GAR au nord du GAN… Aussi connu comme GA Maistre.

(4) Dissoute le 7/8.

(5) Insertion de la I° A. US le 30/8.

(6) La VI° A. est retirée du front le 7/9. Elle passe au GAC le 8/9 puis au GQG le 9/9, avant d'être reconstituée le 15/10 comme armée française de Belgique (ou "AF des Flandres") au sein du GAF.

(7) En réserve du GQG depuis le 14/9, elle passe au GAR le 27/10.

(8) Position défensive pour la I° A. US, le secteur sous les ordres de celle-ci à partir du 22/9.

(9) En cours de transfert vers la Lorraine.

 

G.Q.G.

SPA 509 NE (prot.) (1918>).

Reconnaissance pour le GQG

Une esc. au printemps pendant quelques jours, puis les esc. de reconnaissances de la II° A. (BR 243 et V 290) pendant que cette armée passe sous commandement américain en Argonne à l'automne.

BR 45 (26/3>6/4). BR 243 (II° A.) (22/9>11/11), V 290/nuit (II° A.) (5/11>11/11).

Service géographique

 BR 227 (dét. III° A.).

Défense contre les avions

Quatres agglomérations protégées chacun par une escadrille: Dunkerque, Besançon, Le Creusot et Lyon:

SPA 313 (Dunkerque): voir DAN.

SPA 412 (Besançon): voir VII° A. puis II° A.

SPA 441 (Le Creusot).

SPA 442 (Lyon, sous les ordrs du gouv. mil. de Lyon).

Escadrilles côtières

Esc. 481 à 491, dissoute de 11/18 à 12/18, sauf les trois suivantes. Aux ordres de la Marine (?).

Esc. 485 (Eu/Hermitage), esc. 486 (Marseille/Borély), V 487 (Lion sur Mer).

 

Division aérienne

La (1ère) division aérienne étant sous les ordres du GQG qui l'affecte aux différents groupes d'armée suivant les besoin, elle repasse certainement sous les ordrs directs du GQG après l'Armistice; c'est le cas dans l'OB du 19/3/19. Sa composition au 11/11/18 est la suivante, également sans changement le 19/3/19:

1ère brigade = EC n° 1 (GC 15, GC 18, CG 19) et EB n° 12 (GB 5, GB 6, GB 9).

2e brigade = EC n° 2 (GC 13, GC 17, GC 20) et EB n° 13 (GB 2, GB 3, GB 4).

Détail des escadrilles dans les notices consacrées aux différents groupes de combat et de bombardement.

Aéronautique GAF

La VI° A. devient armée française de Belgique le 15/10, avec le GAF depuis le 28/10/18, ce dernier rapidement dissout le 18/11/18, date à laquelle l'armée reprend son appelation de "sixième armée".

Reconnaissance GAF

 BR 238 (VI° A.) (28/10>18/11).

Aéronautique GAN

Re-baptisé GAC le 6/7/18.

28/1: 4 GC, 3 GB. 21/2: 3 esc., 2 Gr. 22/3: 3 esc., 3 Gr. 30/3: 1 GC, 1 GB. x/4: 1 GB. 25/5: 1 GC. 24/6: 1 esc. [AFGG].

Groupe d'exploration et de reconnaissance (GER)

 

Aéronautique GAR

Région Somme, puis 21/7 > Aisne, poussée vers la Meuse.

Groupe d'exploration et de reconnaissance (GER)

Formé le 5/11, dissout le 17/11 quand l'EM du GAR est déplacé en Lorraine ?

BR 202 (AL/I° A.): 5-17/11.

Bombardement

EB n° 14 (GQG) : GB 8 et 10.

Chasse

GC 16 avec la III° A.

Aéronautique GAC

Formé le 6/7/18 à partir du GAN.

17/7: 1 Esc., 1 Gpmt, 1 Gr. (Div. Aé. > 20/7: 4 Esc., 1 Gpmt, 9th Brig. RAF). 14/8: 1 EB. 11/9: 1 EB (Div. Aé./GQG dans son secteur). 13/10: 1 Esc., 1 Gpmt, 1 Gr. (Div. Aé. 20/10 >: 4 Esc.). 3/11: 2 Esc., Div. Aé. 7-9/11/18: 1 Esc.

Groupe d'exploration et de reconnaissance (GER)

Formé le 5/11/18, dissoute entre le 11/11 et le 21/11 (date de dissolution des GAR/C/E).

BR 45 (5/11>19/11), BR 220 (5/11>(11-21)/11).

Division aérienne

(9/11 > GAE).

 

GC 13, 15, 17, 18, 19, 20.

GB 3, 4, 5, 6, 9.

Bombardement

EB n° 11: GB 1, 2, 7, 18, 51.

Chasse

GC 11 avec la X° A.

Aéronautique GAE

28/1: 1 GC, 4 GB. 21/2: 1 Esc., 3 Gr. 30/3: 1 GC. 25/5: 1 GC, (RAF). 24/6: 8th Brig./RAF. 17/7: 8th Brig./RAF., US/AEF. 14/8: 1 GB. 11/9: 1 GB, 8th Brig./RAF, US/AEF. 13/10: 1 GB, 8th Brig./RAF. 9/11: Div. 1é. (4 Esc.).

Groupe d'exploration et de reconnaissance (GER)

Formé le 5/11, dissout le 21/11 lorsque les GAR/C/E sont remplacés par les nouveaux groupes d'armée baptisés du nom de leur commandant en chef ?

BR 2181 (ex II° A.) (5/11>11-21/11), BR 221 (ex VII° A.) (5/11>11-21/11).

(1) Donnée avec le GAC par SHAA (source ?), mais le secteur n'est pas cohérent.

Division aérienne

Passe au GAE le 9/11, puis au GA Fayolle en fin d'année, probablement sous les ordres de la VII° A. (nombreuses informations dans les CCC 4T/18 et 1T/19:alloc. des esc. du GC 13: SPA 15, 65, 84 et 88).

1ère brigade = EC n° 1 (GC 15, GC 18, CG 19) et EB n° 12 (GB 5, GB 6, GB 9).

2e brigade = EC n° 2 (GC 13, GC 17, GC 20) et EB n° 13 (GB 2, GB 3, GB 4).

Bombardement

Un groupement de 2 GB (dont un italien), 8e Brigade RAF.

GA Castelnau

Formé le 21/11 à partir du GAE, en charge des unités stationnées en Haute-Alsace et en Lorraine (IV° A./Selestat et II° A./Mulhouse). L'EM de la VII° A. est relevé par celui de la II° A. le 16/11 et installe son QG à Saint Avold le 20/11, en charge des troupes stationnées en Lorraine (GA Fayolle).

BR 245/reco (21/11>).

GA Fayolle

Formé le 21/11 à partir du GAR qui comprend depuis le 18/11 les VIII° A. et X° A. prévues pur l'occupation de l'Allemagne; il est rejoint par la VII° A. regroupant toutes les troupes stationnées en Lorraine.

Division aérienne

Passe au GAE le 9/11, puis au GA Fayolle en fin d'année, probablement sous les ordres de la VII° A. (nombreuses informations dans les CCC 4T/18 et 1T/19:alloc. des esc. du GC 13: SPA 15, 65, 84 et 88).

1ère brigade = EC n° 1 (GC 15, GC 18, CG 19) et EB n° 12 (GB 5, GB 6, GB 9).

2e brigade = EC n° 2 (GC 13, GC 17, GC 20) et EB n° 13 (GB 2, GB 3, GB 4).

GA Maistre

Formé le 21/11 à partir du GAC: I° A. et V° A. sur les frontières, avec la III° A. en arrière.

 

I° A.
1/1-23/3

Lorraine (GAE).

23/3-17/7

Offensive allemandes. 26/3 > Somme (GAR).

17/7-1/9

Contre-offensive alliée. Somme; 21/7 > Aisne (GAR).

1/9-11/11

Aisne > Ardennes (GAR).

11/11-31/12

Armistice. Ardennes (GAR). 17/11 > GAC (devient GA Maistre le 21/11), occupant le SE des Ardennes et la région de Mouzon, plus la région au sud de la Meuse à partir du 28/11.

Armée: SPA 102/ch., BR 201/reco, BR 2671 (>28/11), BR 228 (25/11>), SAL 262 (28/11>+18/12), SPAbi 36/47e DI (17/11 > 31e CA/III° A.), BR 283/67e DI (16/11 > III° A.), BR 219 (21/11>), BR 237 (13/11>31/12/diss.), SPA 57 (21/12>), BR 231 (28/11>), SPAbi 285 (fin/12>), BR 206**/ex AL (15-25/11>31/12/diss.), BR 210**/ex ALGP (25-28/11>), BR 232**/ex AL (28/11>), BR 228**/ex AL (28/11>), V 293/reco nuit.

AL: BR 213 (>9/12), BR 233, SAL 204, BR 203 (>18/11), SAL 230 (28/11>), BR 208 (25/11>), , BR 214 (25/11>31/12/diss.).

 

8e CA [28/11 > III° A.]: SPAbi 54 (>28/11), SAL 71 (>28/11), SAL 2621 (>28/11), SPAbi 21/37e DI (>22/11), BR 283/67e DI (>10/11),

15e CA [17/11 > III° A.] SAL 13 (>17/11), SAL 270 (>17/11),

20e CA [17/11 > aéro 20e CA/III° A.]: BR 35 (>17/11), SAL 70 (>17/11), SAL 253 (>17/11),

31e CA: [16/11 > III° A.] BR 44 (>16/11), BR 275 (>16/11).

36e CA [28/11 > III° A.]: SAL 74 [>28/11], SPAbi 276 [>28/11].

 

16e CA [18-28/11, retour III° A.].

 

4e CA [V° A. > 28/11]: SAL 40 (28/11>), BR 2673 (11-28/11>), SPAbi 140 (28/11>).

5e CA [V° A. > 28/11]: SPAbi 2 (28/11>), SAL 105 (28/11>),

9e CA [IV° A. > 28/11; 24/12 > secteur VII° A.]: SAL 33 (28/11>24/12), BR 257 (28/11>24/12), SAL 256 (28/11>24/12).

13e CA [V° A. > 28/11; 24/12 > secteur VII° A.]: SPAbi 64 (28/11>24/12), SAL 19 (28/11>24/12),

Aéro 21e CA [?? > 28/11]: SAL 27 (28/11>), SAL 106 (28/11>), SAL 252 (28/11>).

(aéro) 18e CA [III° A. > 30/11; 3/12 aéro > II° A.]: SAL 6 (30/11> 3/12), SPAbi 268 (30/11> 3/12).

35e CA [III° A. > 11/12; 31/12 > VII° A.]: aéro 35e CA reste avec la III° A. puis passe avec VII° A. dès le 17/12.

34e CA [IV° A. > 20/12]: SAL 61 (20/12>), BR 271 (20/12>).

 

GC 14 [X° A. > 27/104]: SPA 75 (27/10>), SPA 80 (27/10>), SPA 83 (27/10>), SPA 86 (27/10>), SPA 166 (27/10>), SPA 171 (27/10>).

GC 21 [V° A. > >3/12]: SPA 98 [>3/12>], SPA 124 [20/12>], SPA 157 [>3/12>], SPA 163 [>3/12>], SPA 164 [13/11>>3/12], SPA 175 [>3/12>].

(1) Passe par la I° A. directement > après le 18/12/18 ?

(2) L'aéro 15e CA passe quelques jours plus tard en secteur VII° A., ne suivant plus le 15e CA qui part en Allemagne.

(3) Passe à la I° A. le 5/11, alors que le 4e CA ne semble le faire que le 28/11…

(4) X° A. retiré du front le 27/10 et envoyé en Lorraine.

(**) Peut-être affectée au CIACB à Herbisse ?

II° A.
1/1-23/3

Argonne (GAE).

23/3-17/7

Offensive allemandes. Argonne (GAE).

17/7-1/9

Contre-offensive alliée. Argonne (GAE; 30/8 > GAC).

1/9-11/11

Argonne (GAC). Pendant la bataille de Saint Mihiel, les 12-13/9, la II° A. a un rôle défensif. A partir du 22/9, la 1ère armée US a autorité sur les unités françaises du secteur tenu par la II° A.

27/10-11/11

Argonne (commandement tactique de la 1ère armée US).

3e CA: HF 1 (1>10/1).

11/11-31/12

En charge des unités françaises sont commandement américain, la II° A. est vidée de ses unités au début novembre, et son EM passe directement sous les ordres du GQG. Le 16/11, son EM se déplace au sud des Vosges, dans la région de Belfort, pour prendre le commandement des troupes de la VII° A. dont l'EM relevé part pour Saint Avold le 20/11 prendre le commandement des unités locales. GAE jusqu'au 21/11, devenant GA Castelnau ensuite.

Armée: SPA 23/ch., SPA 49/ch. (15/11>18/12), SAL 28 (fin/11>), BR 243/reco, SPAbi 284 (diss. 31/12), SPAbi 212 (13/11>), SPA 315/prot. Belfort (25/11>), BR 218 (2/12>), SPAbi 21 (29/12>), V 290/reco nuit, BR 221 (1/12>), BR 219 (>21/11), BR 220 (>11/11>), SPAbi 266 (2/12>31/12/diss.), RXI 242 (15/11>31/12/diss.), RXI 241/ch. (16/11-31/12/diss.).

Prot. Besançon [VII° A. > 6/11 ?] SPA 412 (16/11>).

Artillerie lourde: SAL 286 (23/11>), BR 205 (repos ?; >25/11), BR 216 (>24/11), BR 236 (>25/11), BR 226, BR 229 (>1/12), BR 208 (>16/11), BR 214 (>16/11).

1e CA [VII° A. > 16/11; 1/12 aéro > VII° A.]: SAL 17 (16/11>1/12), SPAbi 53 (16/11>1/12), SPAbi 255 (16/11>1/12), SPAbi 266/87e DI (23/11>2/12).

17e CA [retour/1e armée US]: SAL 56 (>16/11), BR 281 (>16/11).

2e CAC [retour/1e armée US]: SAL 47 (>20/11), SAL 277 (>20/11).

aéro 18e CA [I° A.> 3/12]: SAL 6 (3/12>), SPAbi 268 (3/12>).

III° A.
1/1-23/3

Picardie. 18/1 > Somme (repos).

23/3-17/7

Offensives allemandes. Picardie (GAR).

CA: HF 1 (33e CA) 28/3-8/5.

17/7-31/8

Contre-offensive alliée. Picardie (GAR);21/7 > Aisne (GAR).

1/9-11/11

Aisne (GAR). 14/9 > Marne (rés.GQG; 23/10 > GAC). 27/10 > Aisne/Ardennes (GAR).

11/11-31/12

Ardennes (GAR). 17/11 > GAC (GA Maistre le 21/11), en deuxième ligne derrière les V° et I° A. (région Oise-Aisne).

Armée: SPAbi 21 (22/11>19/12), SPAbi 36 (47e DI; 17e CA/… >22/12), BR 283/67e DI (I° A. >16/11), SPA 79/ch., BR 202 (17/11>), BR 209, SAL 24, BR 279 (14/12>), BR 217, BR 227/dét. service géographique ?, BR 45/reco (19/11>), BR 220/reco ((11-21)/11>).

AL: BR 203 (18/11>), BR 234.

18e CA [30/11 > I° A.]: SAL 6 (>30/11), SPAbi 268 (>30/11).

35e CA [11/12 > I° A.; aéro 35e CA: 17/12 > VII° A.]: SAL 10 (>17/12), BR 282 (>17/12).

2e CA ital. [aéro 17/11 > V° A.] SAL 16 (>17/11),

 

16e CA [I° A. > 14-28/11]: SAL 50, BR 274.

31e CA [I° A. > 16/11; 30/12 > secteur VII° A.] BR 44 (16/11>30/12), BR 275 (16/11>30/12), SPAbi 36 (47e DI; 17/11>22/12).

15e CA [I° A. > 17/11; 26/12 aéro > VII° A.]: SAL 13 (17/11>26/12), SAL 270 (17/11> 26/12),

Aéro 17e CA [VII° A. > 12/12]: SAL 56 (12/12>), BR 281 (12/12>).

Aéro 20e CA [20e CA/I° A. > 17/11]: BR 35 (17/11>), SAL 70 (17/11>), SAL 253 (17/11>),

8e CA [I° A. > 28/11]: SPAbi 54 (28/11>), SAL 71 (28/11>), SAL 262 (+18/12>).

36e CA [I° A. > 28/11]: SAL 74 [28/11>], SPAbi 276 [28/11>].

IV° A.
1/1-23/3

Champagne (GAN).

Armée: N/MS 156 (ch.)

CA: HF 1 (33e CA) 12/3>.

23/3-17/7

Offensives allemandes. Champagne (GAN; 6/7 > GAC).

Armée: MS/SPA 156 (ch.)

CA: HF 1 (33e CA) >28/3.

17/7-1/9

Contre-offensive alliée. Champagne (GAC).

Armée: SPA 156 (ch.)

1/9-11/11

Champagne (GAC).

Armée: SPA 156 (ch.)

11/11-31/12

Champagne/Ardennes (GAC). Elle est retirée du front le 13/11, ses troupes passent à la V° A., et son EM > GAE (21/11 = GA Castelnau), prenant le commandement des unités occupant la Basse-Alsace. Parc aéronautique n° 4 à Neuhof, détachement à Niedermorschwiller.

Armée: BR 237, SPA 156/ch. (>13/11; 9/12>), BR 207/reco (>13/11; 24/11>), BR 237 (>13/11), V 291/reco nuit (5/12>).

AL: SPAbi 212 (>13/11), BR 213 (9/12>), BR 210/ALGP (>13/11), BR 232 (>13/11).

 

6e CA [VIII° A. > 1/12]: SAL 5 (1/12>), BR 7 (1/12>), BR 141 (1/12>).

9e CA [28/11 > I° A.]: SAL 33 (>28/11), BR 257 (>28/11), SAL 256 (>28/11), SPAbi 265/48e DI (>18/11).

10e CA [VII° A. > 18/11]: SAL 32 (18/11>), SAL 59 (18/11>), SPAbi 261 (18/11>), SAL 52/38e DI (18/11>).

11e CA [20/11 (aéro) > V° A.]: SAL 8 (>20/11), SAL 55 (>20/11), SAL 251 (>20/11).

14e CA [13/11 > V° A.]: SPAbi 20 (>13/11), SPAbi 60 (>13/11), SAL 263 (>13/11).

38e CA [aéro en secteur V° A. 13/11>déb./12]: 39, 273, 266/87e DI (>22/11).

 

GC 21 [13/11 > V° A.]: SPA 98 [>13/11], SPA 157 [>13/11], SPA 163 [>13/11], SPA 164 [>13/11], SPA 175 [> 13/11].

V° A.
1/1-23/3

Champagne/Reims (GAN).

23/3-17/7

Offensives allemandes. Champagne/Reims (GAN; 6/7 = GAC). 29/3 > Picardie (rés. GQG). 29/5 > Aisne/Champagne (GAN; 6/7 = GAC).

17/7-1/9

Contre-offensive alliée. Aisne/Champagne (GAC).

1/9-11/11

Champagne/Ardennes (GAC).

11/11-31/12

Ardennes (GAC).Elle récupère le 13/11 toutes les troupes de la IV° A. retirée du front. (GAC = GA Maistre le 21/11). Elle occupe les Ardennes occidentales; le secteur au sud/Meuse > I° A. le 28/11.

Armée: BR 210 (fin/11>), SAL 16/ex 2e CA it. (17/11>), BR 235/ex 2e CA it. (17/11>), V 296 (20/12>), SPA 156 (13/11>9/12), BR 207/reco (13/11>24/11), V 291/reco nuit (5/11>5/12), SPA 76/ch., BR 206/ex AL (15/11>25-28/11), BR 210/ex ALGP (13/11>28/11), BR 232/ex AL (13/11>28/11), BR 222/reco, V 296/reco nuit (20/12).

Aviation divisionnaire: SPAbi 285 (>fin/12).

AL: BR 223 (>28/11), BR 231 (>28/11), SAL 230 (>28/11).

1e CC [14/11 > X° A.]: SAL 30 (>13/11), SPAbi 63 (>13/11).

4e CA [28/11 > I° A.]2: SAL 40 (>28/11), BR 267 (>5/11), SPAbi 140 (>28/11).

5e CA [28/11 > I° A.]2: SPAbi 2 (>28/11), SAL 105 (>28/11).

11e CA1 [IV° A (aéro) > 20/11]: SAL 8 (20/11>), SAL 55 (20/11>), SAL 251 (20/11>), SPAbi 265/48e DI3 (20/11>mi/12).

13e CA [28/11 > I° A.]2: SPAbi 64 (>28/11), SAL 19 (>28/11).

14e CA [IV° A. > 13/11; 7/12 > VII° A.]: SPAbi 20 (13/11>7/12), SPAbi 60 (13/11>7/12), SAL 263 (13/11>7/12),

21e CA: SAL 27 (>28/11), SAL 106 (>28/11), SAL 252 (>28/11) [aéro > I° A.].

Aéro 38e CA [secteur V° A. 13/11>déb./12 puis retour IV° A.]: 39, 273.

 

GC 16: SPA 78, SPA 112, SPA 150, SPA 151, SPA 168, SPA 176.

GC 21 [IV° A. > 13/11; >3/12 > I° A.]: SPA 98 [13/11>>3/12], SPA 157 [13/11>>3/12], SPA 163 [13/11>>3/12], SPA 164 [13/11>>3/12], SPA 175 [13/11>>3/12].

(1) Chargé de la garde-frontière. Les trois esc. 8, 55 et 251 sont stationnées près de Sedan: cohérent (transfert à la V° A. le 20/11).

(2) Passe de la V° A. à la I° A. (HG lien à revoir) le 28/11, quand cette dernière prend le contrôle de la zone au sud de la Meuse (le 4e CA n'a pas fait mouvement avec le reste de la V° A. dans les jours précédents).

(3) La 48e DI est affectée le 18/11 au 13e CA et le 19/11 au 4e CA, mais la SPAbi 265 ne bouge pas de la ferme de Scay.

VI °A./AFB
1/1-23/3

Oise/Aisne (GAN).

23/3-17/7

Offensives allemandes. Aisne (GAN). 2/6 > Marne (GAN; 6/7 = GAC; 21/7 > GAR).

17/7-1/9

Contre-offensive alliée. Marne (GAR).

1/9-11/11

Marne (GAR). 7/9 > Flandres (GAC > GQG). 15/10 = armée française de Belgique/armée française de Flandres (GAF).

11/11-31/12

Armée française de Belgique (GAF, dissout le 18/11). 18/11 = VI° A.

Section photo-aérienne n° 16. Parc aéronautique n° 2 à Hervélé (près de Louvain). G.R. à Dunkerque.

Armée: SPA 62/ch., BR 238/reco (18/11>), SAL 225 (17/11>), SAL 14/46e DI.

AL: SAL 225 (>17/11)

7e CA: SPAbi 34, SAL 72, SAL 259.

30e CA: SAL 18, SPAbi 278.

34e CA [20/12 > I° A.]: SAL 61 (>20/12), BR 271 (>20/12).

2e CC [14/12 > III° A.]: BR 279 (>14/12).

GC 23: SPA 82, SPA 158, SPA 160, SPA 161, SPA 170.

VII° A.
1/1-23/3

Vosges (GAE).

CA: HF 1 (33e CA) >12/3.

23/3-17/7

Offensives allemandes. Vosges (GAE).

CA: HF 1 (33e CA) 8/5>.

17/7-1/9

Contre-offensive alliée. Vosges (GAE).

CA: HF 1 (33e CA).

1/9-27/10

Vosges (GAE).

CA: HF 1 (33e CA) >6/10.

11/11-31/12

Vosges (GAE). Le 16/11, l'EM de la VII° A. cède la place à celui de la II° A. et part pour la Lorraine pour prendre le commandement des unités en arrière des armées sur le Rhin à partir du 25/11 avec le GA Fayolle.

Les 1e CA, 10e CA, 1e CA et la 38e DI reste dans la région. Une partie des esc. reste dans les Vosges et en Alsace sud avec la II° A. (BR 9, SPAbi 42, BR 43, ), le reste part pour la Lorraine (SPA 49, ).

Armée: SPA 49 (ch.) (>15/11; 18/12>), RXI 242 (>15/11), SPAbi 265 (mi/12>), SAL 28 (VII° A. > fin/11), SPA 315 (prot. Belfort; 25/11 > II° A.), BR 245/reco (>21/11), SAL 58 (25/11>31/12 diss.), RXI 241/ch. (>16/11), SPA 314/ch. (<21/11>31/12/diss.), BR 218 (21/11>2/12), BR 221 (21/11>1/12).

Prot. Besançon [16/11 > II° A. ?] SPA 412 (>16/11).

Infanterie: SAL 52/38e DI (>18/11).

Artillerie lourde: SAL 286 (>23/11), BR 208 (16/11>25/11), BR 214 (16/11>25/11).

1e CA [18/11 > II° A. (aéro 1/12> VII° A.)]: SAL 17 (><31/12), SPAbi 53 (><31/12), SPAbi 255 (><31/12).

3e CA [X° A. > 7/12]: SAL 4 (7/12>), SAL 280 (7/12>).

Aéro 9e CA (I° A. > 24/12 secteur VII° A.): SAL 33 (24/12>), BR 257 (24/12>), SAL 256 (24/12>).

10e CA [18/11 > IV° A.]: SAL 32 (>18/11), SAL 59 (>18/11), SPAbi 261 (>18/11).

Aéro 13e CA (I° A. > 24/12 secteur VII° A.): SPAbi 64 (24/12>), SAL 19 (24/12>).

14e CA: [V° A. > 7/12; 24/12 = aéro 14e CA]: SPAbi 20 (7/12>), SPAbi 60 (7/12>), SAL 263 (7/12>).

Aéro 15e CA (III° A. > >26/12): SAL 13 (>26/12>), SAL 270 (>26/12>).

Aéro 17e CA [II° A. 16/11; 12/12 > III° A.]: SAL 56 (16/11>12/12), BR 281 (16/11>12/12).

Aéro 35e CA [III° A. > 17/12; 35e CA retrouve la VII° A. le 31/12]: SAL 10 (17/12>), BR 282 (17/12>).

2e CAC [II° A. > 20/11: 27/11 > X° A.]: SAL 47 (20/11>27/11), SAL 277 (20/11>27/11).

 

GC 11 [VII° A. > 22/11]: SPA 12 (22/11>), SPA 31 (22/11>), SPA 154 (22/11>), SPA 165 (22/11>), SPA 172 (22/11>).

VIII° A.
1/1-23/3

Lorraine (GAE).

23/3-17/7

Offensives allemandes. Lorraine (GAE).

17/7-1/9

Contre-offensive alliée. Lorraine (GAE).

1/9-11/11

Lorraine (GAE).

CA: HF 1 (33e CA) 1-10/11.

11/11-31/12

Lorraine (GAE). 18/11 > GAR, en même temps que la X° A (21/11 = GA Fayolle). Elle occupe la rive du Rhin vers le nord.

Armée: SPA 90/ch, SPA 314/ch. (><21/11), BR 244/reco, V 292/reco nuit.

Artillerie lourde: BR 228 (>25/11), BR 206 (> 15/11).

6e CA [1/12 > IV° A.]: SAL 5 (>1/12), BR 7 (>1/12), BR 141 (>1/12), SAL 58/73e DI (>25/11).

1e CAC [X° A. > 4/12]: SOP 51 (4/12>), BR 260 (4/12>).

GC 12: SPA 3, SPA 26, SPA 67, SPA 103, SPA 167, SPA 173.

IX° A.
17/7-1/9

Contre-offensive alliée. Formée le 17/7 (GAC) Marne/Aisne. Retirée du front le 25/7, dissoute le 7/8.

X° A.
1/1-23/3

Italie (FFI).

23/3-17/7

Offensives allemandes en France. Italie (FFI). 26/3 > Picardie/Somme (ré./GQG). 13/5 > Artois (GAR). 2/6 > Aisne (rés./GQG; 6/7 > GAR).

17/7-1/9

Aisne (GAR).

1/9-11/11

Aisne (GAR). 6/11 > Lorraine (GAE).

CA: HF 1 (33e CA) 10/11>. BR 272 (33e CA) 10/11>.

11/11-31/12

Lorraine/réserve (GAE), stationnée autour de Nancy en préparation d'une offensive vers Saint Avold. 18/11 > GAR (21/11 = GA Fayolle), pour occuper la rive du Rhin en Alsace. Tête de pont de Mainz en 12/19.

Armée: BR 104 (<27/12>), SPA 69/ch., SPA 314/ch. (<21/11>), BR 224/reco, V 294/reco nuit, SPAbi 47 (27/11>).

1e CC [V° A. > 14/11]: SAL 30 (13/11>), SPAbi 63 (13/11>).

aéro 1e CA [VII° A. > <31/12]: SAL 17 (<31/12>), SPAbi 53 (<31/12 >), SPAbi 255 (<31/12>).

3e CA [7/12 > VII° A.]: SAL 4 (>7/12), SAL 280 (>7/12).

32e CA [1/1/19 > VIII° A.]: SAL 41, SAL 122, SPAbi 258, BR 104 (1e DM) (><27/12).

1e CAC [4/12 > VIII° A.]: SOP 51 (>4/12), BR 260 (>4/12).

2e CAC [VII° A. > 27/11]: SAL 47 (27/11>), SAL 277 (27/11>).

GC 11 [22/11 > VII° A.]: SPA 12 (>22/11), SPA 31 (>22/11), SPA 154 (>22/11), SPA 165 (>22/11), SPA 172 (>22/11),

Camp retranché de Paris
Groupe des escadrilles de protection du CRP

N 461 (>20/12), N 462, esc. 463, V 468 (>10/12), esc. postale/BR 472 (x/x>), SPA 57 (dét. GC 11 5/11>21/12), SPA 124 (dét. GC 21 4/11-20/12).

1ère armée US

Les troupes françaises sous commandement américain (1ère  armée US) dépendant administrativement de la II° armée. A l'approche du 11/11, elles sont transférées à d'autres armées et la II° A. n'est plus qu'un EM (les 17e CA et 2e CAC sont aussi sous commandement américain). Après le 11/11, les escadrilles détachées rejoignent la II° A. ?

1/9-11/11

Lorraine > Argonne (II° A.).

Groupement Chaudel: HF 1 (33e CA) 6/10-1/11.

2e CAC: voir II° A.

DA du Nord
1/1-23/3

Le 36e CA est retiré du front le 10/2 et part dans l'Oise à partir du 25/3 avec la I° A., devenant un CA comme les autres. Il ne reste dans la région que les troupes de la RF de Dunkerque (?).

23/3-fin/6

Le 36e CA est renvoyé dans les Flandres où il forme le 19/4 le DA du Nord avec quelques divisions supplémentaires, reprenant les attributions du commandement supérieur du Nord (CSN), aux ordres du GQGA. Fin 6/18, il part sur la Marne en réserve du GQG, devenant IX° A. le 6/7/18.

fin/6-31/12

Comme au printemps, il ne reste dans la région que les troupes de la RF de Dunkerque (?).

Prot. Dunkerque: SPA 313.

Centre d'instruction d'aviation de chasse et de bombardement

Relève directement du G.Q.G., sur le terrain de Champfleury-la Perthe. Créé le 16/5/18 et dissous le 28/4/19. A sa création , il comprenait les 16e, 17e et 18e Compagnies d'Ouvriers d'Aviation [J. Fournier, 4/2007].

BR 205 (25/11>), BR 216 (24/11>), BR 236 (26/11>), BR 229 (1/12>), VR 200

Les esc. suivantes y sont peut-être également affectées (Herbisse): BR 210, BR 206, BR 228 et BR 232.

Centre d'instruction d'aviation de chasse de nuit

Les résultats positifs obtenus lors d'essais de guidage d'avions de chasse par des projecteurs réalisés à Pars les Romilly conduisent à la création le 1/11/1918 d'un centre d'instruction pour l'aviation de chasse de nuit qui doit en même temps former des pilotes stagiaires, poursuivre les essais et continuer à participer à l'entraînement de l'école de DCA de Pont sur Seine.

Esc. 200 (1/11>).

Centre d'instruction de reconnaissance de nuit à longue portée

Formée le 5/9/18; formation à la dépose d'agents derrière les lignes ennemies. La VR 200 passe ensuite au CIACB pour être dissoute.

VR 200 (30/11 > diss.).

Forces françaises en Italie

La X° A. rentre en France à partir du 26/3, et tous les éléments français en Italie relèvent du commandement des FFI, sur les ordres du général commandant le 12e CA. Ce dernier, comme les autres unités françaises, passe sous le commandement de la 12e armée italienne le 14/10/18.

Le 15/6, les autrichiens tentent de traverser le Piave, mais c'est un échec. Il ne se passe pratiquement plus rien jusqu'au 24/10 quand les italiens lancent un assaut qui se termine par la victoire de Vittorio Veneto. Un armistice est signé le 4/11.

Aéro/AFGG: (fin juin): 1 N, 1 AR, 1 SAL. (7-8): 1 AR et  1 SAL. (9): 2 SAL).

Aérodromes: Ghedi, Verona, Nové, Castello di Godego, Castellogamberto. Les avions arrivent démontés par voie ferrée à Milan, sont assemblés à Brescia pour rejoignent le parc aéronautique à Verona.

Aviation de la X° A.:

SPA 69, N 82 (Ni 24 bis et Ni 27), plus la N 561 qui lui est rattachée,

AR 14, AR 22 (12e CA), AR 44 (31e CA) et AR 254 (12e CA),

SOP 36, SOP 206, SOP 214 et SOP 221.

La AR 175 vient remplacer la SOP 206 en 2-3/1918. Le déclenchement du Kaiserschlacht au printemps entraîne le retour en France de la X° A. qui ne laisse sur place que le 12e CA avec se AR 22 et AR 254 (transformées sur Salmson en mai) basées à Nové, soit 38 avions.

Aviation de Corps d'Armées

On se rappellera qu'en temps de paix, le corps d'armée est l'unité de plus grande taille constituée. Le 16/4/1913, un arrêté inspiré par les travaux de la commission supérieure de l'AM a modifié l'organisation de l'Inspection permanente, en plaçant sous les ordres des gouverneurs militaires ou des commandant de corps d'armée les unités stationnées sur leur territoire [Etév./vc p 98].

Une fois les armées constituées après la mobilisation, les escadrilles leurs sont affectées, essentiellement pour des missions de reconnaissance. Cependant, dès les derniers jours d'août, de nombreux détachements sont affectées temporairement (souvent pour la journée, les avions rejoignant le soir le terrain de leur escadrille) à l'artillerie des corps d'armée. Le 5/9, une directive ordonne de scinder un certain nombre d'escadrilles en deux sections, l'un pour l'artillerie des CA, l'autre restant au service de l'armée pour les reconnaissance.

A la fin de l'année 1914 sont mentionnées des "escadrilles de corps d'armée" dont l'emploi et l'organisation sont précisés par une lettre du MG du 13/12/14 qui modifie l'instruction du 27/11/1912 concernant l'organisation des unités de l'AM. Il y est précisé que "…des escadrilles de CA peuvent être mises à la disposition des commandant des CA par le général commandant l'armée" - ce n'est pas encore systématique; certains appareils sont directement affectés à l'artillerie. Les missions sont ordonnées par le général commandant le corps d'armée ou le général commandant l'artillerie du CA. Les problèmes liés au stationnement des escadrilles restent du ressort du commandant de l'armée.

Après quelques échanges d'affectation en début d'année 1915, les escadrilles restent affectées au mêmes CA. Une instruction sur l'aviation des corps d'armée est publiée le 2/5/15, qui établit qu'il est constitué systématiquement une escadrille pour chaque CA, placée sous l'autorité de son chef d'EM; celui-ci fixe le nombre d'appareils affectés à l'artillerie du corps, dont le chef d'EM règle l'emploi). Elle est stationnée autant que faire se peut à proximité du QG du corps. Par contre, les questions techniques restent de la responsabilité du chef du service aéronautique de l'armée

Par convention, les corps auxquels sont affectées ces escadrilles sont éventuellement notés entre parenthèses pour 1914, puis CA/A. par la suite, dès 1/1915, bien que cette affectation ne soit pérennisée que par l'instruction du 2/5.

 

Malgré cette affectation organique, on trouve très souvent un décalage entre la date de passage du CA d'une armée à l'autre, et celle du transfert de l'aéronautique du même CA à la nouvelle armée: il y a donc probablement une forme d'autorité de l'aéronautique d'armée sur ces escadrilles

 

CA

1915

1916

1917

1918

1

53

53

53

AL: 217

17, 53, 255

AL: 217

2

 

11

11

11, 269

3

4

4

4

4, 42, 280

4

40

40

40

40, 140, 267

5

2

2

2

2, 105, 250 

6

7

7

7

5, 7, 141

7

46

72

34, 72

34, 72, 259

8

5

71

71

54, 71, 262

9

33

33

33

33, 257

10

32

32

32

32, 261

11

8

8

8

8, 55, 251

12

22, 5

22

22

22, 254

13

19

19

19

19, 64, 264

14

20

20

20, (209)

20, 50, 263

15

13

13

13

13, 270

16

50

50

50

50, 274

17

56

56

56

56, 281

18

6

6

6

6, 16, 263, 268

20

35

35

35

35, 70, 253

21

 

27

27, 106b

27, 106b, 252

30

54

18

18

18, 278

31

17

44

44

44, 275

32

41

41

41

41, 122, 258

33

1

1

1

1, 272

34

 

61

61

61, 271

35

10

10

10, (209)

10, 282

36

52

 

74, 276

74 , 276

37

30

30

30

30 (diss. 1/18)

38

39

39

39

39, 273

39

 

 

(diss. 12/17)

 

40

 

 

 

221

1 CAC

 

51

51

51, 260

2 CAC

47

47

47

47, 277

1 CC2

 

63

63

30, 63

2 CC2

 

 

24

24, 279

3 CC2

-

-

-

-

(1) D.A. Belgique > 36e CA le 22/5/15.

(2) Note AFGG p 916: "… ce n'est qu'à partir de 1917 que l'on trouve, pour l'aviation, des affectations organiques régulières, avant cette époque, l'escadrille affectée au C.C. varie souvent et est presque constamment employée en dehors du C.C.".

Reconnaissance

En 1914, l'aéronautique part en guerre en pensant répartir les missions de reconnaissances entre les aéroplanes pour les explorations proches, et les dirigeables pour pénétrer plus profondément en Allemagne, ce que l'expérience prouve être pratiquement irréalisable. Les reconnaissances sont de ce fait réalisées par toutes les escadrilles, chacune pour son armée de rattachement. Au début septembre 1914, elles sont scindées en deux sections, dont l'une reste à la disposition de l'EM de l'armée, en particulier pour ces explorations.

 

A partir du printemps 1915, après la création des escadrilles organiques de corps d'armée, ce sont les escadrilles d'armée qui sont chargées des reconnaissances "lointaines", sans qu'on observe de réelle spécialisation; celle-ci semble venir de la maîtrise progressive des prises de vue aériennes.

 

En 1918, on voit apparaître de réelles escadrilles de reconnaissance dans chaque armée1, souvent des escadrilles d'artillerie lourde reconverties, plus une auprès de la division aérienne (BR 220). Lorsque ses unités passent sous contrôle du commandement américain, il semble que la II° A. détache ses deux escadrilles (BR 243 et V 290) auprès du GQG (retour le 11/11). Le 28/10, la BR 238 (VI °A.) est détachée auprès du GAF, jusqu'à sa dissolution le 18/11.

(1) Ce sont dans une très large part des unités de Breguet XIV, dont le plafond d'utilisation (6000 m) le rend très difficile à intercepter.

 

A partir de la fin de l'été 1918, six détachements de nuit sur Voisin sont créées progressivement dans un certain nombre d'armée, rapidement transformés en de véritables escadrilles chargées de missions de reconnaissance de nuit:

fin/8: V 290 (II° A.), 26/10: V 293 (I° A.) et V 294 (X° A.), 5/11: V 291 (IV° A.) et V 292 (VIII° A), et le 20/12: V 296 (V° A.).

Le 5/11, apparaissent également des groupes d'exploration et de reconnaissance (GER) attachés au trois principaux groupes d'armée (le quatrième, le GA Flandres, se voit détachée la BR 238 de la VI° A., on l'a vu), lesquels GER sont rapidement dissouts dans les jours qui suivent la signature de l'Armistice (seules les esc. du GER/GAC conserve une spécialisation de reconnaissance):

GER/GAC: BR 45 (reco I° A.) et BR 220 (reco DAé) (11-19/11 > reco III° A.).

GER/GAR: BR 202 (AL/I° A.) (11/11 > III° A.).

GER/GAE: BR 218 (II° A.) et BR 221 (reco VII° A.) (28/11-2/12 > II° A.).

 

Dans le premiers jours de février 1919, deux groupe(ment)s d'exploration aérienne (GEA) voient le jour, prélude à la formation d'un nombre plus important de groupes de reconnaissance (GR), dont la création est décidée en même temps que celle de groupes d'observation (GO) avec les escadrilles de corps d'armée [note 1163 de l'aéro GQG du 12/2/19 sur la constitution de GO et GR].

GEA/X° A.: BR 224 et V 294, devenant GR 103 après le 19/3.

GEA/gpt Génain ("sous couvert III° A." en Belgique): BR 222 et V 296, dont l'esc. Voisin rejoint le GR 105 avant que le GEA ne disparaisse avec la dissolution de la BR 222.

 

GR 101 (IV° A.): BR 207 et V 291 (reco IV° A., disparaissant le 22/8 après la dissolution de sa dernière esc.

GR 102 (IV° A.): BR 243 et V 290 (reco II° A. dissoute le 5/2). Il passe au GA n°5 le 20/8 avant que la IV° A. ne soit dissoute (EM en réserve du GQG le 18/8).

GR 103 (X° A.): BR 224 et V 294 (GEA/X° A.), passant GA n° 4 le 26/4 au Bourget.

GR 104 (VIII° A.): BR 244 et V 292 (reco VIII° A.), passant à l'AFR le 12/101.

GR 105 (III° A.): BR 220 (reco III° A.) et V 296 (GEA/gpt Génain), passant au GA n° 3.

GR 106 (I° A.): BR 210 et V 293 (reco I° A.), pasant au GA n° 1.

GR 107 (VI° A.): BR 238 (reco VI° A.). Apparu un plus tard que les autres (>19/3), il est dissout dès le 12/4 (la BR 238 devient esc. réduite à l'école d'Istres).

Les escadrilles de reconnaisance de nuit V 290 à V 296 quittent toutes les différents GR en avril, survivant jusqu'au début de l'été comme esc. réduites isolées dans diverses dépôts ou écoles; il n'est pas certain qu'elles aient alors encore des avions, étant passée par Courban puis le dépôt du personnel technique de l'aéronautique – sans aérodrome –  à Villemaur sur Vanne.

 

Un OB des unités d'occupation en Allemagne au 1/4/20 mentionne toujours le GR 104, composé de la 6e esc. du 2e RO – ex BR 244 et de la Section photo n° 18. Le même OB mentionne également l'existence perpétuée de plusieurs GO. Il est donc possible que ces GR aient survécu quelques temps au sein des régiments d'observation nouvellement créés en janvier 1920, chacun composé d'une escadrille et d'une section photo.

Aviation Divisionnaire et Régimentaire

Infanterie

Certaines division d'infanterie reçoivent en 1918 une escadrille en affectation. Jusque là, on a pu rencontrer l'affectation temporaire d'une escadrille d'armée dans le secteur d'une DI, ses missions étant toujours coordonnées par l'EM de l'armée (d'après A. Denis, ce sont essentiellement des Divisions de montagne dans des secteurs calmes).

Après l'Armistice, ces affectations restent actives jusqu'au début de 1919 (voir note du 1/1/19).

1914

73e DI: MF 5, C 17.

 

 

1918

37e DI

??? 21 6/18 > 9-10/18 (non mentionné par AFGG).

38e DI

52 2/1918 >

45e DI

288 1/3/18

46e DI (A)

14 4/18 >

48e DI

265 2/18 >

52e DI

287 3/18 > (non mentionné par AFGG).

62e DI

285 3/18 >

66e DI

289 4/18 >

67e DI

283 3/18 >

87e DI

266 2/18 >

161e DI

9 2/18 >

DM/1e DM

104 2/18 >

Artillerie

Première note de service organisant la coopération entre aviation et artillerie dès le 14/9/1914: les esc. sont scindées en deux, trois avions pour l'artillerie de CA, les trois autres pour l'armée.

1/. Organisation de l'Artillerie lourde

En 1914, l'armée française compte 5 régiments d'artillerie lourde (calibre > 100 mm): 1e à 5e RAL; ils sont dissous en 1915 et remplacés par les suivants.

A partir de 1915, des régiments d'artillerie lourde sont affectés aux corps d'armée, 101e à 138e RAL, plus les  310e à 338e RAL ultérieurement, mais seuls quelques groupes de ces régiments sont en fait partie constituante de l'artillerie organique de ces corps d'armée, tandis que les autres groupes sont en réserve d'armée. En 1917, certains groupes deviennent des groupes d'artillerie lourde organiques des divisions d'infanterie.

Le plus souvent, il est créé à l'échelon des CA ou des armée des "groupements d'artillerie lourde" comprenant des groupes de diverses provenance placés sous un même commandement.

Compte tenu de leur équipement, seuls les régiments d'artillerie lourde à tracteurs (81e à 90e RALT, plus les 281e à 290e après 10/1917, créés par dédoublement des premiers, équipés des nouveaux 155 mm long (?) ont vocation à être employés groupés. Toutefois, quand la situation sur le front le permet, les régiments sont plus généralement regroupés, comme ce sera souvent le cas d'octobre 1917 à mars 1918 puis à l'automne 1918.

A partir de 1918, près de la moitié de l'artillerie lourde constituera la "réserve générale d'artillerie" où le G.Q.G "puise" des groupes et les attribue en fonction des besoins.

 

En plus des 38 premiers régiments, l'AL (hippomobile) compte les 407, 409, 412 à 414, 416 à 418, 420, 421, 451 à 454, 456 RAL. Il y a aussi les RAL (col.): 141 à 143, 221, 223, 232, 342 et 343 RALC.

AL à grande puissance: 70e à 78e RALGP, puis 171e à 174e RALGP.

 

2/. Aviation

Thébault, Louis (Cne)  Escadrille 210  1925  Jouve et Cie  (esc. 210)

Des sections d'artillerie lourde sont constituées au début 1916, parrainées par une autre escadrille d'observation, avant qu'elles ne prennent assez rapidement leur indépendance, au mois de septembre si on en croit l'exemple de la VI° A. Après avoir suivi initialement un RAL – ce qui apparaît sur le JMO VI° A. en avril, elles semblent affectées à une armée et attachées à l'AL d'un CA au gré des opérations: à l'occasion du transfert du 30e CA à la X° A. le 28/6/1916, le JM de la VI° A. précise que "… les AL 201 et 215 sont maintenues à l'armée et affectées au 35e CA".

A partir de la fin 1917, une escadrille d'A.L. à 10 avions est affectée à chaque régiment d'artillerie lourde dans vingt corps d'armée, ainsi qu'à chacun des dix régiments d'artillerie lourde tractée1 et 4 escadrilles à 14 avions pour l'artillerie lourde à grande portée. De surcroît, 23 ballons d'A.L. sont affectés à usage de l'artillerie lourde.

Cette organisation ne restera pas longtemps en place, [elle est modifiée en mars 1918]: à la fin de la guerre, 24 escadrilles sont classées "escadrilles d'artillerie":

10 escadrilles à 10 appareils affectées aux 10 régiments d'artillerie lourde à tracteurs armés de canons longs (81e à 90e RALT).

10 escadrilles à 10 appareils affectées à 10 régiments d'artillerie lourdeéquipés de 155 L (série 481-490, ex 281-290 issues du dédoublement des 81-90 ?).

4 escadrilles à 15 appareils affectées à l'artillerie lourde à grande portée.

Les ballons ne sont plus affectés en propre à l'artillerie mais des ballons reçoivent ponctuellement la mission d'oeuvrer au profit de l'A.L. au cours des grandes offensives.

(1) Aucune mention dans les CCC…

3/. Tableaux d'organisation de l'artillerie

Les tableaux publiés par le G.Q.G donnent la liste des escadrilles d'artillerie, tableaux valables jusqu'à changement dans l'organisation. Ce sont des documents d'une vingtaine de pages détaillant la composition exacte de l'artillerie à une date donnée, conservés dans les cartons d'archives du G.Q.G, Groupes d'Armées, Armées, Grands Etats-Majors d'Artillerie (1er et 3e Bureaux).

[…] Ces escadrilles d'artillerie, au moins sur le papier, ont la mission prioritaire d'observer et de régler les tirs. Les escadrilles de Corps d'Armée reçoivent la mission du contrôle des tirs de l'artillerie (avec bien d'autres missions assignées par le Corps d'Armée).

["ALVF", pages 14-18 2/2013].

 

Ce qui précède donne une cohérence partielle à ce qu'on trouve dans SHAA. La lecture du JMO de la SOP 217 pour 1917, quand elle est détachée auprès de la IV° A. en Champagne semble donner une image différente pour certains cas, car à aucun moment, le JMO ne mentionne le nom d'un quelconque RAL; seuls sont nommés des groupes d'artillerie (?), identifiés par le nom de leur commandant, ou bien l'appellation générique "artillerie lourde du 4e CA". Il semblerait donc que la SOP 217 soit plutôt affectée à l'ensemble de l'AL d'un CA.

Cette affectation ne l'empêche pas de réaliser des missions d'observation ou de reconnaissance; pour preuve la citation de l'escadrille à l'ordre d'une division d'infanterie.

Voir aussi l'esc. 225, dont les CCC sont exceptionnellement précis et détaillés, mais ne mentionnent qu'une affectation au 338e RAL en 4/1918, alors que les 105e et 414e RAL cités par le SHAA [sources ?] n'apparaissent pas…

 

Groupes et Groupements

Premiers Groupes de Bombardement dès 11/1914. Les premiers regroupements de combat apparaissent au début 1916, en tirant les leçons des combats au dessus de Verdun et de la Somme.

 

En passant en revue les Groupes de combat, le GC 11 et le GC 12 semblent rattachés à des Armées, mais une page du CCC 2T/1917 (st.) de la N 67 laisse perplexe: en 6/1917, le GC 13 est rattaché "provisoirement à la III° A., alors qu'il l'était jusque-là au GAN…

Camp retranché de Paris

Ferry, Vital  "Les débuts de l'aviation postale en France"  in TU 189  1/2000

 

Un premier groupement dit "Aviation du CRP" est organisé le 30/8/14. Il est constitué de trois esc. existantes, plus un certain nombre d'esc. de "circonstance". Il est dissout le 16/9/14 lorsque la menace s'éloigne (ce que deviennent le plus grand nombre de ces escadrilles n'est pas connu; sont-elles fusionnées le 10/10/14 dans GEPCRP ?).

MF 25 : 1/9 Toussus [8/9 > III° A.].

Esc. REP: 30/8 Toussus, 4/9 = REP 27: >Toussus, 10/9 Dammartin1 [13/9 > Gournay en Bray/GDT].

HF 28: 1/9 Issy & Saint Cyr2 [17-18/9 > Salouel/GDT].

Esc. HF: 30/8 Bois d'Arcy [16/9 > ????; éléments 1/10 > HF 33 Tours3].

Esc. MF: 30/8 Bois d'Arcy, 15/9 Issy [16/9 > ????].

Esc. Caudron: 30/8 Saint Cyr [16/9 > ????].

Esc. Deperdussin: 30/8 Saint Cyr [16/9 > ????].

Esc. Nieuport: 30/8 Bois d'Arcy [16/9 > ????].

Esc. Voisin: 30/8 Issy & Bois d'Arcy, 14/9 = V 29 [15/9> Voisinlieu; 18/9 > Fagnières/IX° A.].

Esc. Blériot: 30/8 Saint Cyr [19/9 = BL 30: >Saint Cyr, 25/9> Vauciennes/VI° A.].

(1) Source A. Denis ?

(2) Source SHAA ?

(3) Le CCC 3T/1914 de la HF 33 commence à Issy le 8/10… [source SHAA ?].

 

Un Groupe des esc. de protection du CRP1 est re-créé le 10/10/14. Le Bourget est utilisé comme aérodrome principal, avec de nombreux terrains auxiliaires: Remy, Vincennes, Longchamps (Paris), Le Mesnil-Amelot, Conflans Sainte Honorine, Chauconin/La Conge, Bruyères sur Oise, Tournan, Méru, Senlis/Chamant, Nanteuil le Haudouin, Lizy sur Ourcq, Coulommiers/Montanglaust, Magny en Vexin, Clermont de l'Oise/Breuil le Sec et Gouillons [source SHAA ?].

Le 1/5/15, il est transformé en trois escadrilles N 95, V 96 et V 97, et un parc de matériel. A partir du 1/6/15, chaque esc. s'administre elle-même. D'autres esc. suivent par la suite (une douzaine à la fin 1918).

Il existe en 8/1915 une section d'avions canons du CRP, ainsi qu'une autre à la RGA, la première peut-être sur le terrain de la Vidamée, l'autre au Bourget

(1) Si le SHAA écrit que le GE/CRP est dissout en 9/1918, les CCC de la N 462 prouve qu'il existe encore au début 1919.

 

Esc.

1/5/15

1T/19161

1/6/172

11/11/18

N 95

N 350

N 351

MF 93

F 353

Esc. 94

F 354

V 96

V 97

SPA 124

Esc. 352

N 471

EP/BR 472

SPA 57

N 95…………………………………

 

 

                       1/9/15 MF 93 ……………

 

      22/5/15 Esc. 94 …………………….

 

V 96 …………………………………….

V 97 …………………………………….

….2T/16 N 395 ……………………………………

                                           3/17 N 350 ……………

                                           3/17 N 351 ……………

F 393 ………………………………………………

                                                    1/4/17 F 353 ……

Esc./F 394 …………………………………………

                                            3/17 F 354 ……………

….2T/16 V 396 ……………………………………

………3T/16 V/Esc.  397 …………………………

                                        

                                           3/17 Esc. 352 …………

N 461……………………..

N 462……………………..

N/Esc. 463 ……………….

Esc./AR 464 .…....19/10/18.

F 465 ………….…19/10/18.

Esc. 466 ...…….…19/10/18.

Esc./F 467 ...…..…19/10/18.

Esc. 468V 468 ....10/12/18.

Esc. 469 ...…….…19/10/18.

                    4/11  SPA 124…….

Esc. 470 ………....19/10/18.

10/5/18 N 471 …18/7/18.

    1918  EP/BR 472 …..……….

                      5/11  SPA 57…….

……..20/12/18.

………….déb/19.

………………….1919.

 

 

 

 

 

 

……..20/12/18

 

 

…………….21/6/19.

…….....21/12/18.

(1) Les CCC montre des changements de dénomination jusqu'au 3T/1916 (erreurs de transcription ?).

(2) SHAA donne le 1/7/17 pour le changement général de numérotation des esc., mais les CCC donnent le 1/6/17…

Aviation postale

Ferry, Vital  "Les débuts de l'aviation postale en France"  in TU n° 189  1/2000  (Fer.)

Un arrêté est publié le 6/2/17 pour la constitution d'une commission de l'aéronautique civile… services des Postes, qui devient rapidement par décret du 15/6/17 une commission interministérielle de l'aéronautique civile, aux compétences plus étendues.

Le 15/8/17, le cdt d'Aiguillon est chargé d'étudier l'organisation d'un réseau postal, et le 31/12/17 un arrêté interministérielle règle son exploitation, en utilisant provisoirement des moyens militaires. En 3/18, la commission propose la création de deux première lignes expérimentales au départ de Paris, l'une vers Saint Nazaire, port de débarquement des troupes américaines, l'autre vers Marseille et Nice pour accélérer les liaisons vers la Corse et l'AFN. L'exploitation vers Saint Nazaire débute en 6/18, mais les crédits tardent à venir et l'administration des Postes utilisera également en 1919 les lignes organisées par le GQG pour le ravitaillement du nord de la France, ainsi que celles mises en place par le ministère de la guerre, vers l'Est de la France, Bordeaux et Londres.

Les avions utilisés sont initialement des appareils retirés du front, d'abord des Letord 1 A.3, puis des Breguet XIV A.2 (en 1919, les avions seront progressivement pris parmi les stocks d'avions neufs). Les personnels sont réparties en Paris (Invalides) et Le Bourget, sur lequel terrain l'aviation postale dispose d'une baraque Adrian et de deux Bessonneau à partir de l'été 1918. Des détachements sont envoyés aux extrémités de lignes. En 1918, deux lignes sont ouvertes:

Paris à Saint-Nazaire (17/8/18-31/12/18, reprise en 3/19): Un seul puis quatre pilotes effectuent les liaisons depuis Le Bourget et le terrain d'Escoubac avec échange des sacs de poste à l'escale de Pontlieu, près du Mans. Le 14/12/18, des Br XIV sont livrés pour remplacer les Letord; ceux-ci ne tenant sur un moteur, le Breguet est finalement deux fois plus fiable avec un seul propulseur… La ligne est interrompue le 31/12/18 après un total de 158 rotations et ses pilotes sont affectés à la liaisons vers Bruxelles (ligne GQG); elle reprendra en 3/19.

 

En marge des projets de la commission, une liaison entre Marseille et la Corse avait été envisagée en 6/17, mais les hydravions prévus sont retardés et il est décidé d'exploiter une liaison plus courte au départ de Nice. Quelques allers et retours sont réalisés entre le 16/9/18 et le 10/11/18 avec des bimoteurs Borel-Odier et des monomoteurs FBA ou DD, mais la fiabilité des moteurs est un handicap important pour la régularité de la ligne, qui est abandonnée lorsque la menace des sous-marins disparaît avec l'Armistice.

 

Par ailleurs, une escadrille postale 472 est formée en 1918 au sein de du GEP/CRP, mais elle ne semble n'être qu'au service de l'armée…

Escadrilles françaises de Roumanie

Les accompagnent la Mission militaire dirigée par le Général Berthelot. Les escadrilles sont rassemblées en trois groupes, le 3e étant supprimé au bout d'un certain temps.

N 1, F 2, N 3, F 4, F 5, F 6, F 7 et BM 8 dès 1/16. Les F 9, N 10, N 10 bis et N 11 sont créées le 9/6/17, suivies par la C 12. Toutes sont dissoutes en 12/17, le contingent français quittant la Roumanie en 2/1918.

Combat

Un premier (?) "groupe provisoire chargé de la chasse des avions ennemis" est formé le 21/5 avec les MF 16, MS 15 et N 57 de la X° A. Le JMO de l'aéro de la X° A. évoque ce groupe jusqu'au 4-5/7/15, ne parle plus que "d'escadrilles de chasse", une notion qui disparaît à son tour le 23/8/15.

Le 1/6/15, le JMO aéro X° A. mentionne même que le Cap. de Rose vient prendre le commandement des trois groupes de bombardement (GB 102, 103 et 104) et du groupe des escadrilles de chasse, première "escadre informelle", dont l'existence doit cependant être assez éphémère car on ne trouve aucune mention de son existence par la suite; les GB partent pour la Lorraine à la mi juillet…

 

Voir en 1915, les sections d'avions-canons, attachés pour la plupart à des escadrilles de bombardement.

 

Les premières leçons des engagements survenus au-dessus de Verdun sont rapidement tirées et dès le 21/5/16, une nouvelle organisation de l'aviation aux armées est promulguée. Elle donne une place privilégiée à la notion de supériorité aérienne. Un groupe Brocard apparaît avec la VI° A. dans la Somme à la fin 6/1916, conduisant le 5/8/16 à la création du "groupe de chasse de Cachy".

En juillet, le commandant Le Révérend établit un projet d'organisation pour un Groupe de Combat, texte définitivement adopté le 10 octobre, mis en application dans les semaines qui suivent.

 Initialement, ils appartiennent à la Réserve Générale, attribués par le GQG aux Armées en fonction des besoins. En 5/1918, un certain nombre sont regroupés en deux Escadres de combat au sein de la division aérienne (EC 1 : GC 15, 18, 19 ; EC 2 : GC 13, 17, 20).

Groupe Brocard/groupe de Nieuport, groupe de chasse de Cachy

Rassemblement d'escadrilles de chasse attachées à la VI° A. sur le terrain de Cachy.

Le SHAA mentionne un "Groupe de Cachy" en 4/1916 pour la N 3, et un "Groupe d'escadrilles de combat de la Somme" en fin/1916 pour la N 3 et en 4/1916 pour la N 103, mais un "groupe de chasse de Cachy" n'apparaît pas avant le 5/8/16 (auparavant, on n'évoque qu'un "Groupe Brocard" à partir du 27/6/16 dans les ordres d'opérations, ainsi que parallèlement un "Groupe de Nieuport" à partir du 6/7/16 dans les comptes-rendus destinés à l'EM de la VI° A.).

Dans la pratique, la réalité d'un "groupement" ne correspond pas à grand-chose avant la fin 6/1916: la N 3 est la seule à faire de la chasse jusqu'à la fin mai – ou plutôt du combat, car on trouve de nombreuses misions "d'interdiction" réalisées par les G IV des esc. de la VI° A. L'esc. 62 n'est transformée sur Nieuport que le 25/5, et elles sont rejointes par la N 26 le 16/6/16, puis la N 103 le 19/6/16. Il est donc beaucoup plus cohérent de prendre comme référence la fin du mois de juin, quand le "groupe Brocard" compte 4 escadrilles. Officiellement – jusqu'au 5/8/1916, ces esc. ne sont que des escadrille de chasse d'armées.

Le "groupe de chasse de Cachy", formé le 5/8/16, dépend de la VI° A. du point de vue de l'administration, de la surveillance technique et de la discipline, mais opérationnellement, il est aux ordres du GAN sur le front des VI° et X° A. armées (quid des esc. de chasse de la X° A. ?): chasse contre les avions et les ballons, mais aussi reconnaissance à longue portée et photographie en complément des esc. d'armée [aéro/VI° A. p 86]. Il continue à être nommé "groupe (de) Nieuport"…

En 11/1916, elles sont affectées au GC 12 et GC 13 qui eux ont une existence officielle, sauf la N 62 qui reste une esc. de chasse d'armée.

 

N 3:     (2/16) …………………………1/11/16 > GC 12.

N 26:            16/6/16 ……………...….1/11/16 > GC 12.

N 371:              1-8/7/16 ……………....1/11/16 > GC 13.

N 621:        (25/5/16) ………………….reste avec la VI° A.

N 65:                  5/8/16 ..……………..1/11/16 > GC 13.

N 73:                   15/8/16 …………….1/11/16 > GC 12.

N 103:         19/6/16 …………………..1/11/16 > GC 12.

N 124 :                                 23/10/16 à Cachy : intégrée au Groupe ? 1/11/16 >> GC 13.

(1) Lors de la constitution du groupe de Cachy le 5/8/16, la N 37 semble rester initialement affectée directement à la VI° A. Cependant, les documents suivants ne font référence qu'au lieu de stationnement et aucune mission particulière ne lui est affectée; elle est intégrée au GC 13 le 1/11/16. Par contre, la N 62 se voit affectée des missions particulières à partir de la fin 9/1915; elle quitte le groupe de Cachy le 29/9 et restera avec la VI° A. au moment de la constitution des groupes de combat n° 12 et 13.

Groupe de Combat Le Révérend

Créé en 10/1916 (avec la II° A. en Argonne), il devient rapidement le GC 11.

N 12, SPA 57, N 112, N 31 (?) : 10/16 >> GC 11, sauf la N 112 qui rejoint le GC 13.

Détachements de chasse

Décision du GQG n° 19.362 au début 1917, qui crée des détachements de chasse de 4 avions avec 4 pilotes dont un officier [reçue le 23/1/1917 à la VII° A., elle doit être antérieure de quelques jours; réf. JMO VII° A.].

n° 501 à la F 59, n° 502 à la C 34, n° 503 à la C 61, n° 504 à la F 45, n° 505 à la F 58, n° 506 à la C 222, n° 507 à la F 223, n° 508 à la F 1, n° 510 à la F 44, n°511 à la C 4, n°512 à la F 22, n° 513 à la C 56, n° 514 à la F 71, n° 515 à la MF 29, n° 517 à la C 13, n° 518 à la C 18, n° 519 à la F 44 [quid des 509 et 516 ?].

Elles fusionnent au cours de l'été suivant pour donner naissance aux escadrilles suivantes: N 90 = 504 + 507, N 91 = 505 + 506, N 92 = 502 + 503, N 93 = 501 + 516, N 94 = 512 + 513 + 514, N 95 = 517 + 518, N 96 = 510, N 97 = 511 + 519 [508, 509 et 515 ?] [CTP].

Groupe(ment) Provisoire de Bonneuil

Créé dans le courant 6/1917 à la ferme de Bonneuil (avant le 1/7), et attaché à la III° A. Il est dissout le 19/1/1918 quand la III° A. est retirée du Front, les escadrilles prévues pour rester avec la III° A. sont détachées à la VI° A. en attendant.

N 67 :   6/17…………………11/17 > SPA 67……1/1918>> GC 12.

N 79 :               17/7/17..………………….…..…..1/1918>> III° A.

N/SPA 153:   8/7/17……………………………….1/1918 >> GC 18.

N 154 :                       23/9/17…………………….1/1918 >> GC 11.

N 158 :                                                                 1/1918 >> III° A.

Groupe de Combat de la Noblette

Créé en 6/1918 avec la IV° A., devient très rapidement le GC 22 (CCC 3T/1918 SPA 92 mentionne déjà le GC 22 le 4/6/18...).

SPA 38, SPA 87, SPA 92, SPA 152.

Groupes de combat

GC 11

GC 12

GC 13

GC 14

GC 15

GC 16

GC 17

GC 18

GC 19

GC 20

GC 21

GC 22

GC 23

GC 24

 

 

GC 11

Créé le 1/11/161 partir du Groupe de Combat le Révérend et affecté à diverses Armées2.

(1) CCC 4T/1916b (13/10/16 >) est le premier à citer le GC 11 pour la N 31, mais il ne précise pas que le GC 11 est créé le 13/10: 1/11/16 est cohérent…

(2) Une mention de l'EC 2 par SHAA pour la SPA 154 est certainement une erreur: la seule mention pour toutes les esc. du GC 11.

1916

[x/11 II° A.] Argonne Vadelaincourt/Lemmes/Froidos.

1917

[x/2 V° A.] Aisne1 Lhéry [x/7 I° A.] Flandres Bergues [17/9 VI° A.; x/12 V° A.2] Oise/Aisne Beugneux, Tillé Aisne Arcy Ste Rest., Villeneuve le V., La Ferté Gaucher, Villeseneux, Trécon.

(1) Si le GC 11 passe à la V° A. le 30/1/17, les esc. 12 et 57 ne rejoignent pas Lhéry avant le début 4/1917.

(2) Les CCC 1T/1918/alloc. des SPA 31 et SPA 48 signalent "31/12/17 … V° A.". Beugneux est la limite des secteurs des deux Armées, il n'est pas impossible qu'un transfert de courte durée ait eu lieu.

1918

[2/1 VI° A.] Aisne Arcy Ste Rest., Villeneuve le V., La Ferté Gaucher, Villeseneux, Trécon, [24/9 IV° A.] Champagne Francheville, Mourmelon [6/11 X° A.] Lorraine Ochey, Pont St Vincent.

 

N 12:       11/16 ………………………….5/17 SPA ………………………………………………………………………………..

N 31:       11/16 …………………………………………9/17 SPA …………………………………………………………………

N 57:       11/16 ………………………………………………………………1/18 SPA ..………….10/18 > prot. CRP.

N 48:          12/16 …………………..…………………………………………1/18> GC 18 (EC n° 1).

SPA 154:                                                                                                     1/18.…………..………………………………….....

SPA 165:                                                                                                                                9/18……………………………….

SPA 172:                                                                                                                                            11/18……………………..

 

GC 12 Cigognes

Créé le 1/11/16 à partir des escadrilles du groupe Brocard de la VI° A.

Affectations (les dates de débuts d'affectation sont les premières trouvées dans les CCC des différentes escadrilles):

1/11/16 VI° A.> 12/12/16 X° A. Somme Cachy; 28/1/17 VIII° A. Lorraine Manoncourt; 26/3/17 VI° A.> >27/4/17 X° A. Aisne ferme de la Bonne Maison; 10/7/17 I° A. Flandres Coudekerque-Branche/Bergues, Bergues, Saint Pol sur Mer, Bergues; 9/12/17 VI° A. Aisne Maison-Neuve; 12/1/18 II° A. Argonne Beauzée sur Aire; 5/3/18 V° A. Champagne Lhéry; 24/3/18 III° A.; < 1/4/18 I° A. Oise* Mesnil-Saint-Georges, Raray, Hétomesnil1, Sacy le Grand>, Hétomesnil; 15/7/18 V° A. Aisne* Trécon, Herbisse>; 29/7/18 I° A. Oise* Hétomesnil; 28/8/18 II° A. Argonne* Lisle en Barrois; 18/9/18 IV° A. Champagne La Noblette, Hauviné; 11/11/18 VIII° A. Lorraine.

(1) 18/4/18: protection des esc. de CA sur la Somme ? [source ?].

(*) Affectations du 24/3 au 18/9 (CCC/alloc. SPA 3/26): Le 27/3, la V° A. est retirée du front de l'Aisne et placée en réserve dans la région de Beauvais après le déclenchement du Kaiserschlacht le 21, le GC 12 passe alors à la III° A. (alloc. 27/3), puis <1/4 à la I° A. (alloc. 1/4). Le 30/6, on trouve une mention "V° A.", mais suivi dès le 2/7 d'un "I° A.": transfert reporté le 15/7 (?) lors de la dernière offensive allemande autour de Reims. Il repart ensuite dans l'Oise à la fin du mois. Il arrive en Argonne le 10/9, mais on a une alloc. II° A. dès le 28/8.

 

Chavagnes (de), Georges  Quatre escadrilles de Cigognes, de Guynemer à Fonck  1919

Guttman, Jon  Groupe de Combat n° 12 les Cigognes  Osprey Pub. 2004  [B] (12)

 

N 3 :         11/16 ……………………………………..10/17  SPA ………………………………………………………………….

N 26:        11/16 ……………………………………..10/17 SPA ……………………………………………………….................

N 73 :       11/16 ………………….1/17 SPA ………………………2/18 > GC 19.

N 103 :     11/16 ……………………………4/17 SPA ……………………………………………………………………..............

C 46 :          12/16 (prot. ?) ………………………7/17> GP Bonneuil.

SPA 67 :                                                                                12/17………..………………………………………………………

SPA 167 :                                                                                                                                   9/18……………………………

SPA 173 :                                                                                                                                                           11/18……........

GC 13

Créé le 1/11/16 à partir d'une partie du groupe de Cachy (lien?)qui est alors dissout (le reste forme le GC 12). Des quatre escadrilles initiales, on n'a conservé que le CCC 4T/1918 de la seule 124, ce qui ne simplifie pas la confirmation de la date de création du GC… Les bientôt six escadrilles restent ensemble à Cachy attachée à la III° A., puis Ravenel jusqu'à la fin 3/1917 –peut-être au repos, loin du front, puis commence une période de séparation : les 65 et 15 passe par le GDE (repos ?), avant de rejoindre la ferme de la Bonne Maison (Fismes) puis Chaudun avec la VI° A. Les 84 et 67 rejoignent Bonneuil – toujours avec la III° A.; la première participera à la formation du groupe locale en juin, tandis que la 84 rejoint le reste du groupe à Chaudun le 6/6. A partir de ce moment, toutes les escadrilles du GC 13 se déplaceront de concert.

1/11/16 : III° A. ou GAN ? (voir N 67); fin/3/17 : III° A./VI° A.: déb/6/17 : VI° A.; 7/17 : I° A.; 8/17 : II° A.; fin/9/17 : VI° A.; 12/17 : IV° A.; 10/2/18 : intègre l'escadre de combat n° 2, avec la quelle il sera affecté parfois à des armées, parfois à des groupes d'armées.

 

N 37 :       1/11/16 ………………7/3/17 >> GC 15.

N 65 :       1/11/16 ………………….6/17 > SPA 65 …………………………………………………………………………

N 67:    11/16 …………………7/17 > Groupt prov. de Bonneuil 12/17> GC 12.

N 112 :                         2/17……19/3/17 >> GC 15.

N 124:  11/16 ………………………………………………12/17 SPA > repos (?) ………2/18 > 103rd Sqn USAAS.

N 84 :                      6/1/17 ……………………………………………………………..10/3/18 > SPA 84 ………………....

N 15 :                           27/1/17 ………………………………10/17 > SPA 15 ………………………..................................

N 88 :                                                             18/7/17 ….25/9/17 > SPA 88 ………………...............................................

GC 14

Créé en 3/1917.

1918: >VI° A./Oise; 23/3 (avant 5/4) > III° A. même secteur; 15/4/ > X° A. Somme; 5/5 > DAN/Flandres; 31/5 > X° A./Oise; …

N 80 :     3/17 …………………..10/17 > SPA 80 ……………………………………………………………………………

SPA 75 :        12/4/17………………………………………………………………………………………………………….

N 83 :                    5/17 ……………………..fin/17 > SPA 83 ..……………………………………………………………..

N 86 :            6/4/17 ………………………………………1/18> SPA 86 …………………………………………………..

SPA 166 :                                                                                                              16/8/18 ………………………………..

SPA 171 :                                                                                                                              22/9/18…….. (prévu GC 24).

GC 15

Créé en 3/1917. Affecté à l'escadre de combat n° 1 le 10/2/18, au sein du Groupement Ménard (Div. Aér. le 15/5/18), puis de la 1ère Brigade de la Div. Aér. le 24/6/18.

1917

1918.

… [EC 1/gpt Villeneuve/GAN] Champagne 10/2 Villeneuve les V. [EC 1/gpt Ménard/GAN] Somme 30/3 Le Plessis-B. Aisne 6/4 Palesne Somme 13/4 Montagne-Fayel [15/5 EC 1/DAé1] Somme >Montagne-Fayel, 29/5 … 9/11 […/GAE; 21/11 …/GA Cast. (VII° A)] Champagne >Melette Lorraine 15/11 Gondreville, 8/12 Azelot.

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

 

N 37:   7/3/17 …..5/17 > SPA 37…………………………………………………………………………............................

N 85:   8/3/17 ……………………………3T/17 > SPA 85 ……………10/2/18 >> GC 19/EC n° 1.

N 112:  9/3/17 ……………………11/17 > SPA 112 ……………10/1/18 >> GC 16.

N 78:   19/3/17 ………………………….12/17 > SPA 78 ……...20/1/18 >> GC 16.

SPA 81:        17/4/17………………………………………………………………………..................................................

N 93:                       26/7/17 ……………………………………………………………….............25/11/18 > SPA 93….....

N 85:                             29/8/17 …………………………………....

N 92/                             8/17 ……………………………………………14/5/18 > SPA 92 …5/6/18 >> Gr.de la Noblette > ?

SPA 97:                                                 15/12/17…………………………………………………………………………….

C 46:                                                                                         10/2/18 (prot. EC 1) > C 46 …..24/7/18 >> Prot. EB 13.

 

GC 16

Créé en 1/1918 (les premières esc. sont affectées le 10/1, venant du GC 15), affecté à la réserve générale.

20/1/1918 VII° A. (?), 23/4/18 III° A., 8/9/18 I° A. US, 11/11/18 VII° A. VII° A.(HG lien à revoir)

SPA 112, SPA 150 et SPA 151 10/1/18 …………………………………………………………………………………

SPA 78                                        20/1/18 ………………………………………………………………………………

SPA 1561                                                                          20/5/18 ……………………………………………………

SPA 168                                                                                               24/9/18………………………………………

(1) toutefois, l'esc. reste à Melette > 1/11/18, puis rejoint Cauroy, terrains sans rapport avec ceux du GC 16…

GC 17

Créé en 1/1918. Avec l'Escadre de combat  n° 2 en 2/1918.

… [10/2 > …/EC 2] … [15/5 > …/DAé1] 31/10 Marson, 10-12/11 Frolois.

 

SPA 91 : 1/18……………………………………………………………………………

N 100 :           2/18 …………………..15/3/18 > SPA 100 …………………………….

N 89 :             5/2/18 …………………13/3/18 > SPA 89 ……………………………..

SPA 77 :   1 ou 2/18 ……………………………………………………………………..

GC 18

Créé le 20/1/1918, initialement avec la IV° A. (ou GAR ?). Affecté à l'Escadre de combat n° 1 le 10/2/18, au sein du Groupement Ménard (Div. Aér. le 15/5/18), puis de la 1ère Brigade de la Div. Aér. le 24/6/18.

1918

[IV° A.] Champagne 20-21/1 Villeneuve les Vertus [10/2/18 > Gpmt de Villeneuve/GAN] >Villeneuve les Vertus [26/3/18 = Gpmt Ménard/GAN] Oise 24/3 Le Plessis-B., 7/4 Palesne Somme 13/4 Montagne [15/5 > …/…/Div. Aér.1] Oise 29/5 Nanteuil le H., 13/6 Mauregard Argonne 6/7 Brabant le Roy Champagne 18/7 Gourgançon, 24/7 Baye Oise 8/8/ Tillé, 25/8 Nanteuil le H. Lorraine 8/9 Autrey Champagne 24/9 Cernon, 1/11 La Noblette Lorraine 11-18/11 Malzéville/Neunkirchen.

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

 

SPA 94 :   20/1/18 ………………………………………………………………………

SPA 153 : 20/1/18 ………………………………………………………………………

N 48 :       22/1/18 ………2/18 > SPA 48 ……………………………………………....

SPA 155 :     fin/1/18 ……………………………………………………………………

GC 19

Créé en 1/1918, et affecté à l'Escadre de combat n° 1 le 10/2/18, au sein du Groupement Ménard (Div. Aér. le 15/5/18), puis de la 1ère Brigade de la Div. Aér. le 24/6/18.

1918

… [Gpmt de Villeneuve/GAN] Champagne 10/2 Villeneuve les V. Somme 30/3 Le Plessis-B. Aisne 7/4 Palesne Somme 13/4 Airaines [15/5 > …/…/DAé1] Somme >Airaines, 29/5 …

SPA 73 : [8/2/18 > GC 19 (10/2 > EC 1/GAR)] >Beauzée sur Aire Champagne 13-14/2 Villeseneux, Oise 28/3 Le Plessis-B., 7/4 Palesne Somme 13/4 Airaines Oise 29-30/5 Vérines, 2/6 Le Plessis-B., 15/6 Marly la Ville Champagne 5/7 Villers en Lieu, 14/7 Rancourt sur Ornain>, 18/7 Herbisse, 23/7 Pierre-Morain, 7/8 Chauconin> Oise 8/8 Fouquerolles, 25/8 Vérines Lorraine 6-8/9 Ochey Champagne 23/9 Trécon, 30/10 ferme d'Alger Lorraine 11/11 Gondreville, 8-10/12 Azelot.

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

 

SPA 73 : 8/2/18………………………………………………………………………

SPA 85 : 10/2/18 ……………………………………………………………………...

SPA 95 : 26/2/18 …………………………………………………………………….

SPA 96 : 17/2/18 …………………………………………………………………….

GC 20

Créé le 1/3/18 avec l'Escadre de combat  n° 2. Le SHAA mentionne les esc. SPA 90 : (ch. X° A.) et SPA 49 (ch. VII° A.) avec le GC 20 en "1918", mais les quatre esc. du GC 20 restent ensembles jusqu'à leur dissolution en 1919 sur des terrains que ne fréquentent jamais ces deux esc. Probablement une erreur… ou une affectation temporaire.

[9/11 > …/GAE] Lorraine (10-11)/11 Frolois.

SPA 68 , N/SPA 99, SPA 159, SPA 162 : 1/3/18……………………………………….

GC 21

Créé en 3/1918.

Aff.:

SPA 98 : 3/18 …………………………………………………………………………………………….

N  157 :  3/18 ………………5/5/18 > SPA 157…………………………………………………………

SPA 124 :      4/4/18 ………………………………………..29/10/18 : prot. C.R. Paris.

SPA 163 :              6/5/18…………………………………………………………………………………

SPA 164 :                                                              18/9/18 ……………………………………………..

SPA 175 :                                                                                             6/11/18……………………….

GC 22

Créé le 5/6/18 (?) à partir duGC de la Noblette rassemblé la veille (GC 22 mentionné par le CCC 3T/1918 de la SPA 93 dès le 4/6/18…).

5/6/18 : IV° A.; 19/8/18 : VI° A.; 6/9/18 : V° A.; 22/10 : IV° A.

SPA 38 :   4/6/18………………………………………….

SPA 87 :   4/6/18………………………………………….

SPA 92 :   4/6/18………………………………………….

SPA 152 : 4/6/18………………………………………….

SPA 169 :                7/9/18……………………………….

GC 23

Créé le 1/9/18. Le groupe est rassemblé sur le terrain d'Auvillers, puis affecté à la VI° A en Flandre. VI° A. (HG lien à revoir)

Voir date de stationnement au Parcq: incohérence dans le CCC de la SPA 158.

SPA 82, SPA 158, SPA 160, SPA 161  : 1/9/18……………………………………………..

SPA 170 :                         (Capelle) …...7/9/18 [Rumbecke (B.)] ……………...

GC 24

Prévu au moment de l'Armistice, devait rassembler les SPA 168, 171, 172 et 173.

Bombardement

Les premiers Groupes de bombardement apparaissent dès 11/1914; ils sont généralement affectés par le GQG à une armée. Au début 1918, ils sont rassemblés en trois escadres de bombardement (plus une quatrième en 8/1918), dont deux (12e et 13e) passent sous le contrôle de la division aérienne en 5/1918.

Le groupes de bombardement sont re-baptisés GB 101 à 104 à partir du 1/4/1915 (par DM – voir JMO GB 2; les escadrilles changent également de dénomination), qui semble être la dénomination provisoire des GB 1 à 4 [JMO aéronautique de la X° Armée - CTP, 2009; voir CCC 2T/1915 de la VB 106].

 

Après la création éphémère de l'Escadre Michelin du 20/9/15 au 5/2/16, les avions sont rassemblés au sein des esc. BM 118 et BM 119 du GB 5. Que fait la BM 120 ?

 

Le 10/2/18, les groupes de bombardement sont rassemblés dans quatre groupements, certains au sein d'escadres, organisation qui préfigure celle de la Div. Aér. créée le 15/5/18. Les groupements laissent la place à deux brigades au sein de la Div. Aér. et à des EB indépendantes.

Le GB 10 est créé le 5/6/1918, initialement sous la dénomination groupe de bombardement Colcomb (du nom de son commandant); dès le 15/6/18, il constitue avec le GB 8 le groupement de nuit Laurens (du nom du commandant du GB 8), qui devient EB n° 14 le 20/8/18.

Sections d'avions-canons

Des Sections d'avions-canons (SAC) sont créées au début 1915 avec des Voisin équipés d'un canon de 37 mm, dont la mission principale est la destruction des Drachens, même si quelques coups au but heureux atteindront des avions en vol; elles sont presque toutes rattachées à des escadrilles de bombardement Voisin. Peu d'informations disponibles, les éléments qui suivent ont essentiellement été établis en reconstituant le parcours des équipages et personnels en subsistance auprès des différentes escadrilles.

Curieusement, la numérotation des sections n'apparaît que rarement dans les CCC - la plupart du temps à propos des S.A.C. d'origine ou de destination, mais on les trouve plutôt dans les fiches matricule, soit sous la forme "S.A.C. n° x", soit sous la forme "xe S.A.C.". Si on peut imaginer que la décision de les créer soit prise à une seule date en 5/1915, leur numérotation ne suit aucun ordre, ni chronologie, ni géographique. Les sections ne se déplacent pas, ou peu - elles changent éventuellement d'escadrille de rattachement, mais elles sont plutôt dissoutes et leurs effectifs dispersées.

 

Destinés à chasser les ballons, il n'est pas surprenant de trouver les sections d'avions-canons dans l'organisation de grandes offensives; les premières mentions apparaissent dans le JMO de la X° armée, le 11/5, avant même l'arrivée en masse des personnels: les premiers avions sont peut-être utilisés par des pilotes locaux avec des "canonniers" arrivant des escadrilles du CRP (les "canonniers pointeurs" arriveront par la suite presque exclusivement de la Marine). Les deux sections n° 4 et n° 2 sont en détachements auprès de la VB 109 pour la première, et de la VB 108 PUIS de la VB 107 pour l'autre, apparemment sur le même terrain de Bruay, avec peut-être un premier bref stationnement à "Brias" (ferme de Neuville).

Après le transfert du GB 103 en Lorraine au début juillet, les deux sections sont progressivement dispersées, en partie dans une nouvelle section n° 5 attachée à la VB 113, mais aussi vers de nouvelles sections n° 6 et n° 7 en Artois pour la X° A., ainsi que les n° 8 et n° 9 formées en Champagne pour la IV° A. en prévision de l'offensive projetée dans la région en septembre. Quand, le GB 103 repartant en Artois au début septembre, la 5e section est transférée à la VB 101 (GB 101), restant à Malzéville avec les n° 1 et n° 3. La dernière est attachée à la VB 110 (GB 104) depuis le 15/8, mais dont seuls un pilote et un mécanicien (Delmas et Giraud) apparaissent dans le CCC 3T/contrôle de cette escadrille; elle suit son escadrille en Champagne, puis est dispersée le 16/10, tandis que la 5e section survit à Malzéville jusqu'au 1/12, quand ses effectifs sont partagés entre la VB 110 (devenant "VC" au début 1916) et la VC 111 (qui prend cette désignation dès la mi-novembre si on en croit l'ouvrage du SHAA). La section n° 1 est attachée à la VB 104 (GB 102) du 1/9 au 21/9, puis à la VB 114 jusqu'au 23/10 pour servir à la constitution des SAC n° 10 et n° 11 avec la II° A. (en subsistance auprès de la C 61 puis la N 23).

En Artois, les mentions d'avions-canons disparaissent avec le départs du GB 103, elles réapparaissent à la fin août, mais c'est à Brias/Neuville, dans les effectifs d'une escadrille d'armée - la MF 16, qu'il faut aller chercher deux nouvelles sections n° 6 et n° 7 : la première est avérée dans les fiches matricule, la deuxième est seulement mentionnée par le SHAA, mais le nombre de personnels en subsistance auprès de la MF 16 est cohérent avec l'existence d'une deuxième section…

 

En cette fin d'année 1915, il a certainement été décidé de former des escadrilles entières de "Voisin canons", malgré les résultats médiocres obtenus dans la chasse aux drachens… Les deux sections de la X° A. (n° 6 et n° 7) sont absorbées par la VB 113 le 25/9, qui devient VC 113 quatre jours plus tard. Les sections n° 8 et n° 9 rejoignent quant à elles la VC 111 au début décembre, laquelle avait déjà accueillie une partie des effectifs des la 5e section quelques jours auparavant, on l'a vu. Si ces apports ne peuvent pas être considérés comme la formation de nouvelles escadrilles, il y a un renouvellement presque complet des personnels à l'occasion de l'absorption des SAC.

 

Un seul document a été exhumé pour l'instant [CTP], qui concerne la dissolution du groupe de bombardement n° 4 au début décembre - il est daté du 21/11, dont les escadrilles 110, 111 et 113 doivent recevoir les effectifs pilotes et mécaniciens des différentes SAC encore existantes. Pour ne pas simplifier le cas des SAC, les ordres donnés ne collent pas tout à fait à la réalité: la 110 doit recevoir les SAC 3 et 4, qui ont disparu depuis le début de l'automne (elles ont en partie rejoint la SAC 5 dispersée à son tour entre les esc. 110 et 111 - mais sans que les pilotes de la SAC 4 rejoignent tous la 110…). Le même document ne parle que de la SAC 10: a-t-elle déjà absorbé la n° 11 ?

Indirectement, ce document donne la raison de la disparition du GB 4 - pour former les escadrilles ce Voisin-canons, disparition de courte durée puisqu'un nouveau GB 4 est immédiatement formé à Belfort.

 

Au mois d'août, les CCC/contrôle de deux escadrilles mentionnent l'existence possible d'une section d'Avions canon attachée à la V 96 de protection du CRP et d'une autre section au sein même de la RGA. Si la première est surprenante car loin des drachens, la deuxième a très certainement un rôle de formation: les personnels prévus pour les S.A.C. sont régulièrement mentionnés dans les CCC/contrôle "partir aux avions-canons" en formation à la RGA…

 

Trois dernières sections n° 12, n° 13 et n° 14, sont formées en octobre avec le 36e CA (ex VIII° A.) en Flandre, en subsistance auprès de la MS 26, pour une période certainement courte puisqu'il a été décidé de dissoudre les précédentes; c'est effectivement le cas, car elles sont regroupées au sein d'une VC 116 dès le 1/2, seul cas d'escadrille réellement formée par la réunion de sections, clôturant un épisode complexe qui va toutefois se répéter quelques semaines plus tard avec les section d'artillerie lourde (S.A.L.) !

 

S.A.C. n° 1

3 pilotes et 3 pointeurs (2 pts partent pour les SAC 8/9 le 9/9).

[VB 104/GB 102/DAL] Lorraine 1/9 Malzéville [VB 1141/GB 101/DAL] Lorraine 21/9 Malzéville. 23/10 > SAC n° 10 et n° 11 (C 61/II° A.).

(1) Seul le CCC de la C 61 (SAC 10/11) mentionne l'arrivée des personnels en provenance de la VB 114, le CCC de cette dernière ne porte aucune allusion à cette période de subsistance !

S.A.C. n° 2

2 pilotes et 4 pointeurs.

[VB 108/GB 103/X° A.] Artois 29/5 Bruay [VB 107/GB 103/X° A.] Artois 11/6 Bruay […/DAL] Lorraine 18/7 Malzéville. Dispersée progressivement 6/7-9/8.

S.A.C. n° 3

1 seul pilote mentionné par les CCC de la VB 110…

[VB 110/GB 104/DAL] Lorraine 15/8 Malzéville […/IV° A.] Champagne 20/9 Matougues. Absorbée le 16/10 par la S.A.C. n° 51.

(1) La lettre du GQG du 21/11, décrivant le rassemblement des SAC au sein des escadrilles du GB 4 dissout, mentionne toujours la SAC n° 3, comme si elle avait été transférée à la VB 101, AVEC la SAC 5… (toutefois, les personnels de la SAC n° 4 décrite de la même manière sont transférés aux deux esc. 110 et 111: il y a donc eu des changements entre la diffusion de la lettre et la réalisation des ordres…).

S.A.C. n° 4

Première SAC formée. Les personnels apparaissent en subsistance auprès de la VB 109 le 16/5, mais le JMO aéro de la X° A. mentionne des avions-canons dès le 11/5: quelques missions réalisées par les pilotes locaux ?

[VB 109/GB 103/X° A.] Artois 18/5 Bruay […/DAL] Lorraine 16/7 Malzéville. Dispersée progressivement 6/8-1/91.

(1) La lettre du GQG du 21/11, décrivant le rassemblement des SAC au sein des escadrilles du GB 4 dissout, mentionne toujours la SAC n° 3, comme si elle avait été transférée à la VB 101, AVEC la SAC 5… (toutefois, les personnels de la SAC n° 4 sont transférés aux deux esc. 110 et 111: il y a donc eu des changements entre la diffusion de la lettre et la réalisation des ordres…).

S.A.C. n° 5

Si elle semble être la SAC à l'existence la plus longue, elle ne compte qu'un seul équipage pilote/pointeur pendant sa subsistance auprès de la VB 113, sauf le passage de sept (!) pointeurs les 25-26/7 vers la SAC n° 2 (VB 108). 3 pilotes et 3 pointeurs avec la VB 101. Absorption partielle de la SAC 4 le 1/9 et de toute la SAC 3 le 16/10.

[VB 113/GB 103/DAL] Lorraine 22/7 Malzéville [VB 101/GB 101/DAL] Lorraine 1/9 Malzéville. 1/12 > VB 110/II° A. et VC 111/GB 3/X° A. puis …/VI° A.

S.A.C. n° 6 et n° 7

4-5 pilotes et 4-5 pointeurs. Aucune mention d'une SAC n° 7 trouvée dans les fiches matricule ou les CCC; la seule source est le SHAA, mais le nombre de pilotes et de pointeurs (4-5) est une indication sérieuse de son existence.

[MF 16/X° A.] Artois 16/8 ferme de Neuville. Absorbées le 25/9 par la VB 113/GB 3/X° A. (VC 113 le 29/9).

S.A.C. n° 8 et n° 9

4 pilotes et 5 pointeurs.

[V 21/IV° A.] Champagne 9/9 Melette. Absorbée le 17/12 par la VC 111/GB 3/VI° A., après un court passage en subsistance à la VB 107 les 17-19/12 (ne concerne que les personnels sol ?).

S.A.C. n° 10 et n° 11

Constituée le 23/10 avec la II° A. en Champagne, principalement avec la S.A.C. n° 1. Au total, 4-5 pilotes et 3 pointeurs. La lettre du GQG du 21/11 ne mentionne que la SAC n° 10: a-t-elle absorbé la SAC n° 11 ? 4 ou 5 pilotes sont plutôt la marque de deux sections… Initialement en subsistance auprès de la C 61, elle passe à la N 23 le 1/11.

[C 61/II° A.] Champagne 23/10 Somme-Vesle [N 23/II° A.] Champagne 1/11 Somme-Vesle. 1/12 > VB 110.

S.A.C. n° 12 à n° 14

4 pilotes, ce qui est notoirement peu pour trois sections, et aucun pointeur… le travail est fait par des mécaniciens ?

[N 26/VIII° A.] Flandre 9-17/101 Saint Pol sur Mer. Fusionnées le 1/2/16 pour former la VC 116.

(1) Prévues le 9/10, la plus ancienne date de subsistance auprès de la N 26 est le 17/10.

S.A.C. RGA

Formée au Bourget au cours du 2T/1915 ? Une mention le 10/8/15 dans un CCC. Il est probable qu'elle assure la transformation des personnels sur ce type d'appareil…

S.A.C. CRP

En subsistance à La Vidamée avec la V 96 ? Un mention le 15/8/15 dans un CCC.

VB 107

Les personnels des S.A.C. n° 8 et n° 9 sont pris en subsistance les 17-19/12/15, avant de rejoindre la VC 111 (les pilotes semblent passer directement de la V 21 à la VC 111 ?).

VB 108

S.A.C. n° 2 en subsistance 29/5-11/6 à Bruay, puis transférée à la VB 107. Par la suite, l'escadrille semble accueillir régulièrement des personnels des avions-canons, sans qu'il soit possible d'identifier une S.A.C. malgré une mention "sections a.c." allant dans ce sens dans le CCC 3T: 9 pointeurs à Malzéville 26/7-31/8 avant d'être dispersés, puis deux pointeurs les 23-24/9. Le 1/11, on retrouve 3 pilotes qualifiés "avions-canons" à Humières, suivant l'escadrille à Esquennoy le 7/11 (GB 3/X° A. > …/VI° A.), puis dispersés le 29/11.

 

Groupes des bombardement

GB 1/101

GB 2/102

GB 3/103

GB 4/104

GB 5

GB 6

GB 7

GB 8

GB 9

GB 10

GB 18

GB 51

 

 

 

 

Rattachement aux groupe d'armée: seul le JMO du GB 1 précise qu'il est directement rattaché au GPE en 4/1915: signe d'un cas particulier ? Par ailleurs, SHAA ne mentionne qu'une seule fois ce type de rattachement en 1916, alors qu'il cite les rattachements des escadrilles à la fois à un GB et à une armée…

La note sur l'aéronautique rattachée aux Groupes d'Armées et au G.Q.G. en p 38 de AFGG semble indiquer que l'affectation d'un GB (ou d'un GC) à un groupe d'armée n'est généralisé qu'après 9/1916…

Le "JMO" du GB 3 évoque un commandement unique pour les quatre GB de Malzéville au début 8/1915: source ?

Voir pour JMO GB 4.

Groupe de Bombardement n°1

Journal de marche en opérations du GB 1 [SHD].

 

Un Premier groupe de bombardement" est créé le 23/11/14 "par décision du général commandant en chef des armées"; ses escadrilles sont détachées en groupe ou plus rarement seules auprès des armées. Les escadrilles changent de numéros le 4/3 (VB 101, 102 et 103), mais le nom "GB 1" semblent conservé…

Au début 1916, les pilotes des VB 102, 103 et 112 partent au GDE pour se transformer sur Nieuport, en prévision de l'arrivée de Ni 15 de bombardement léger, mais l'échec de ce modèle conduit au passage des trois escadrilles à la chasse en juin (voir N 103).

Au même moment, les missions de nuit sont de plus en plus nombreuses pour échapper à la chasse allemande; divers terrains auxiliaires sont aménagés à cet effet: Lixières, Lemmes, Dieulouard. Il est regroupé avec les autres groupes de bombardement (2, 3 et 4) en 7/1916. Rattaché à l'EB n° 11 (bombardement de nuit) le 20/2/1918.

 

VB 1 : 23/11/14 …...> VB 101 …….................……………………………………11/16 (?) > GB 2.

VB 2 : 23/11/14 ……> VB 102 ……....……………............…………6/16> N 102 (ch. II° A.)

VB 3 : 23/11/14 ……> VB 103 …………………...................…........6/16 > N 103 (ch. VI° A.)

VP 114 :                                                          22/10/15 ……………………………………31/7/18 > F 114…….......................

VB 112 :                                                   GB 4 > 4/11/15 ..….……..11/6/16 > N 112 (ch. II° A.)

VC 110 :                                                                            19/4/16 …………………………………….…9/7/18 > F 110 ……..

CEP 115 :                                                                              GB 2 > 30/4/16……………3/17 > (Parc 101/10)

F 130 :                                                                                                                      9/3/17 … 4/17 > GB 4.

SOP 111 :                                                                                                                  8/4/17 …10/17 > BR 111 ... 2/18 > GB 6.

BR 108 :                                                                                                                                    1/10/17 ………..2/18  > GB 6.

PS 127:                                                                                                                                      11/17…11/17 > GB 5.

VR 25 :                25/2/18……………………………………………………………………………………(5-6/18  dét. GB 2)…...

V 116 :                              29/5/18 …………5/6/18 > GB Colcomb (> GB 10).

VB 133 :                                                                                              1-20/8/18 > GB 10 (création EB 14).

VB 135 :                                                                                                (2/8/18 ?) ………22/9/18 > GB 51.

VB 137 :                                                                                                   27/8/18 ………..8/10/18 > GB 51.

 

1914

23/11 GQG (VB 1 et 2 en Flandres avec VIII° A., VB 3 en cours de formation). St Pol sur Mer.

(VB 1 + 2) 15/12 VB 1 et 2 avec X° A. Artois1, puis 20/12 avec GQG (?) Artois2. Herlin le Sec.

(VB 3) 15/12 VB 3 "garde aérienne GQG" Oise. La Vidamée.

(1) Les VB 1 et 2 sont attachées à l'armée de Saint Pol (X° A.) le 18/12 - à la disposition de son artillerie et pour des missions de reconnaissances, provisoirement. Les avions répartis en deux groupes: 1er groupe = VB 2 + REP 27 (aéro X° A.), PC à Petit Sains et 2e groupe = VB 1 + HF 29 (aéro X° A.), plus deux avions de la VB 2 en renfort, PC à Haute Avesne.

(2) Sa "liberté d'action lui est rendu" le 20/12 pour ses missions de bombardement, toujours en Artois., attaquant ce même jours des objectifs pour la II° A.

1915

(VB 1 + 2) 6/11 IV° A. Champagne. Mourmelon. 18/1 I° A. Argonne. Verdun.

(VB 3) > "garde aérienne GQG" Oise. La Vidamée. 12/1 I° A. Lorraine. Croix de Metz.

7/2 IV° A. Champagne. Melette (1er rassemblement complet du groupe).

22/3 DAL Lorraine. Malzéville.

2/4 directement GPE (détachements variés); 13/6 > GAE. Malzéville (bombardement Ludwigshafen le 27/5: de Goÿs prisonnier; raid sur Karlsruhe le 7/6: renfort de la V 21 détachée par la IV° A.; rassemblement à Malzéville avec GB 3 et 4 en juillet, aux ordres du GAE (donc le GB 2 reste aux ordres du DA Lorraine…).

1-2/10, puis 6-19/10 deux détachements de tout le groupe avec la IV° A. en Champagne. Matougues.

(1) Ordre le 27/12/14, mais le froid et le verglas empêche tout départ. Le lendemain, une tempête détruit ou endommage une partie des avions des VB 1 et VB 2 (A av. HS, 2 autres "très avariés, remis en état grâce aux pièces des deux premiers" [JMO GB 1]).

1916

>GAE.

1917

>GAE;

11/4 IV° A. Champagne;

2/8 II° A. Argonne (13/8 renfort du GC 13 pour assurer escorte de jour);

3/10 IV° A./GAC Champagne.

1918

Les esc. Voisin > II° A. Argonne et les esc. Breguet > IV° A. Champagne (20/2 les esc. Br > GB 6);

25/3 III° A. Oise;

9/6 IV° A. Champagne.

 

Groupe de Bombardement n° 2

GB 2 créé le 16/1/15 (GB 102 le 4/1/15 par DM, en même temps que les esc. deviennent VB 104 à 106, à nouveau GB 2 à la fin de l'année). EB n° 11 en 2/18.

Journal de marches et d'opérations du GB 2 [SHD/MH].

 

VB 4: 16/1/15 ………VB 104………………………………5/5/16> II° A.

VB 5: 16/1/15 ………VB 105………………………C 105…10/6/16 > II° A.

VB 6: 16/1/15……….VB 106.……………………….C 106 …14/6/16> VI° A.

VB 101:                                                                                                     11/16 (?) ………………10/7/18 > GB 10.

N 65:                                       1/12/15……25/2/16 > II° A.

C 66:                                       1/12/15………………………………...25/9/16 > VI° A.

CEP 115:                                 1/12/15……………1/5/16 > GB 1.

F/CEP 130:                                                                                                                1/8/17 > … 11/17 > CAP 130 …………

VR 25:                                                                                                                                                      5-6/18 dét. GB 1.

1915

17/1 place de Dunkerque1, puis VIII° A.1 Flandres. St Pol sur Mer.

6/5 X° A. Artois. Humières (5/6 avec le 33e CA, 7/6 avec le 21e CA - JMO GB 2).

25/6 DAL Lorraine2 Malzéville (6/8 détachement de chasse partagé avec les autres GB de Malzéville).

18/9 IV° A. Champagne. Matougues (20/9 départ des avions canons).

30/10 DAL Lorraine. Malzéville (28/11 récupération des équipages du GB 4 dissout).

(1) Le 13/3/1915, le général Foch "retient le groupe à sa disposition", ce qui semblerait prouver que ce n'est pas le cas systématiquement et qu'il est donc affecté à une unité du niveau d'une armée tout au plus.

(2) L'arrivée du GB 2 est mentionnée par le JMO du GB 1: "destiné à participer à des opérations de grande envergure", mais le même JMO ne mentionne rien de tel par la suite…

1916

 

1917

 

1918

 

Groupe de Bombardement n° 3

Créé le 24/2/1915. Des avions-canons n° 10 lui sont rattachés en 5/1915 (S.A.C. 10 ?), avant de rejoindre la VC 110.  Il est rattachée à l'EB n° 13 (Division Aérienne le 15/5/18).

XX  Journal de marche de l'escadrille 107 et du G.B. 3  (repris par CTP sur son site "Les As Oubliés…"). Des erreurs.

 

VB 107 : 24/2/15 ……………………………………..6/17 SOP …………………………..déb./18 BR ……………………………

VB 108 :   8/3/15 ……………………………………..6/17 SOP …10/17 BR> GB 1.

VB 109 :   7/3/15 ……………………………………………………………………………1/18> GB 8.

VC 111 :                    12/15 …………………2/17 > GB 1.

VC 113 :           (6-9/15)             <7/16 …………..5/17 BR ……………………………….1/18> GB 8.

V 116 :                                                                                                                                 2/18 > GB 8.

PS 125 :                                                             4/17……….…………………………….1/18 > GB 8.

PS 126 :                                                             4/17 ………………11/17 BR ……………………………………………..……..

PS 127 :                                                             4/17 …………..…..11/17 > GB 1.

PS 128 :                                                             4/17 ….…7/17 SOP…………………….1/18 BR ……………………………….

HD 174 :                                                                                                                                                11/18 ……………

1915

17/1 place de Dunkerque1, puis VIII° A.1 Flandres. St Pol sur Mer.

6/5 X° A. Artois. Humières (5/6 avec le 33e CA, 7/6 avec le 21e CA - JMO GB 2).

25/6 DAL Lorraine2 Malzéville (6/8 détachement de chasse partagé avec les autres GB de Malzéville).

18/9 IV° A. Champagne. Matougues (20/9 départ des avions canons).

30/10 DAL Lorraine. Malzéville (28/11 récupération des équipages du GB 4 dissout).

(1) Le 13/3/1915, le général Foch "retient le groupe à sa disposition", ce qui semblerait prouver que ce n'est pas le cas systématiquement et qu'il est donc affecté à une unité du niveau d'une armée tout au plus.

(2) L'arrivée du GB 2 est mentionnée par le JMO du GB 1: "destiné à participer à des opérations de grande envergure", mais le même JMO ne mentionne rien de tel par la suite…

1915

22/3 DAV/VII° A. Vosges. Belfort.

13/5 X° A. Artois Bruay (coop. GB 2).

16/7 DAL Lorraine. Malzéville.

3/9 X° A. Artois. Humières.

7/11 VI° A. Picardie. Esquennoy.

1916

[VI° A.1; 28/6 > X° A.] Somme-Picardie. Beaucoup de missions de DA avec les avions canons [JMO VI° A.].

(1) Missions d'escorte par la N 3 à partir du 16/4/1916; le groupe apparaît régulièrement dans les comptes-rendus d'activité de la VI° A. à partir du 25/4, jusqu'au 28/6 quand il est mentionné passer à la X° A. Début des vols de "barrage" le 17/5/16.

1917

[X° A.] Picardie, 5/2 [III° A.] Picardie1/Somme,

(3) Le 11/5/1917, restructuration des unités de bombardement; le GB 3 lâche la 111 mais récupère un groupe d'esc. Paul Schmitt: les 125, 126, 127 et 128. Les 108 et 109 sont détachées dans les Flandres pendant l'été (I° A.).

1918

[III° A.] … [10/2 > gpt Villome/GAN; 1/5 …/GAR] Picardie [15/5 > …/DAé1; 15/6 > EB 13/…] fin/5: Marne/Aisne, 15/6  Oise (depuis Méru), 14/7: Marne à l'E/Château-Thierry, 23/7 Aisne/Marne avec l'A. Mangin, 2/8 off. Aisne/Oise, 7/9: région St Dizier > off. US/St Mihiel, 20/9: off. F/US Auberive/Meuse, 24/9: Reims/Argonne, 23/10: > région Châlons pour off. Rethel Argonne 10/11 Martigny.

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

Groupe de Bombardement n° 4

A l'approche de l'offensive prévue par la X° A. en Artois à la fin 5/1915, la VB 111 est rassemblée avec la V 29 (esc. d'armée jusque là), pour former un "groupe provisoire V 29-V 111" le 9/5, devenant "groupe provisoire de bombardement" le 21/5 avec l'arrivée de la VB 110, rebaptisé GB 104 le 28/5 (la V 29 devient VB 112 pour l'occasion). Il part dans l'Est de la France au cours de l'été, pour être dissout le 28/11/15 [JMO GB 2] à Malzéville (cause ?), presque immédiatement réactivé à Belfort sous le commandement de Happe, composé de la MF 29 et de la C 61 (le JMO concerne ce deuxième GB 4).

A la fin 2/1917, il absorbe les escadrilles de l'éphémère Groupe de bombardement Michelin n° 6 formé au début du mois, lui-même issu de la 1e Division d'escadre de Breguet-Michelin créée le 10/2/16 après la dissolution de l'Escadre Michelin, et renommée 6e Groupe Breguet-Michelin en 7/1916.

Rattaché le 10/2/18 au groupement Féquant, avec la Div. Aér. le 15/5/18 (2e Brigade le 24/6/18), il forme le 15/6/18 l'EB n° 13 avec le GB 3.

(1) JMO aviation X° A., le groupe est encore baptisé "Groupe provisoire" le 4/5/15.

JMO 5/12/15-12/6/18.

 

V 29 :           9/5/15  = VB 112.………..11/15> GB 1.

VB 111 :       9/5/15 ……………VC ….11/15 > GB 3.

VB 110 :           21/5/15 ……..…VC …11/15 > IV° A.

 

MF 29 :                                                     12/15 .………………..SOP …………….BR …1/18 > GB 9.

C 61 :                                                        12/15 …….7/16 > 34e CA/VII° A.  

MF  123 :                                                          5/2/16 …SOP ………………………..BR ……..1/4/18 > GB 9.

SOP 131 :                                                                                                 2/6/17 ……………BR ………………………………

SOP 132 :                                                                                                 6/17 ……………...BR ………………………………

BM 120 :                                                                                      2/17…14/4/17 > GB 5.

BM 121 :                                                                                           1/3/17 ………….12/2/18 > GB 7.

F 130 :                                                                                                    4/17 …1/8/17 > GB 2.

SOP 129 :                                                                                                           4/8/17 ….BR …1/4/18 > GB 9.

VB 125 :                                                                                                                  24/1/18 ………..(5/18) > GB 8 (nuit).

SOP 134 :                                                                                                                1/18 ………..BR ………………………….

1915

22/4 X° A. Artois. Bruay. Ferme de Neuville. Croisette.

20/7 DAL Lorraine. Malzéville.

20/9 IV° A. Champagne. Matougues.

5/11 DAL Lorraine. Malzéville. 28/11. Dissol.

 

x/12 VII° A. Vosges. Belfort.

1916

> VII° A. Vosges.

Voir rattachements 10/16 à II° A. au lieu de VIII° A.

1917

 

1918

10/4 XXX protection Paris.

9/7 XXX Champagne.

24/7 XXX Aisne/Oise.

7/9 XXX Champagne.

10/11 GAE Lorraine.

Groupe de Bombardement (Michelin) n° 5

L'Escadre Michelin semble dissoute en 1/1916 et ses appareils répartis dans les trois premières escadrilles du GB(M) 5. Il est rattaché à l'EB n° 12 le 10/2/18. (1ère Brigade de la Division Aérienne après 5/18).

1918

… [10/2 > …/EB 12/GAN] Oise >Plessis-Belleville … [15/5 > …/DAé1] Lorraine 12-14/11 Neufchâteau.

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

1919

"Pont aérien" 8/2/19-29/4/19 avec le GB 9 vers le nord de la France.

 

BM 117 : 5/2/16 ………………….25/8/17 > BR 117…………………………………………………………………….

BM 118 : 5/2/16 …………………………12/17 > VR 118 …………2/18 >> GB 7.

BM 119 : 5/2/16 ……………………………….11/1/18 > VR 119 …12/2/18 >> GB 7.

BM 120 :                         14/4/17 …..1/9/17 > BR 120 ………………………………………………………………….

BM 121 : (2/16) ………1/3/17 >> GB 4.

PS 125 :                        3/17 …7/7/17 >> GB 3.

BR 127 :                                                                                    GB 1 > 11/17 ……………………………………

Groupe de bombardement (Michelin) n° 6

L'escadre Michelin semble dissoute en 1/16 et les appareils de la deuxième division (la seule qui ait reçu des avions…) répartis dans les trois premières escadrilles du GB(M) 5. Le GB(M) 6 hérite de la première division  qui n'a jamais reçu d'avions, destiné à réaliser des missions spéciales sous les ordres de Gouin: elle ne compte initialement qu'un parc n° 106, même si deux esc. BM 120 et BM 121 sont formées sur le papier [SHAA]. Elles ne semblent recevoir d'avions qu'à la fin de l'année en rejoignant le GB 41., puis au GB 4 le 1/3/17… Un nouveau GB 6 est créé le 20/2/18, au sein de l'EB n° 12.

(1) SHAA note la BM 120 au GBM 6 le 17/2/17, puis au GB 4 en 2/17 [source ?], et la BM 121 au GBM 5 le 29/1/16 [erreur de transcription pour GBM 6 ?],

1916

Premier stationnement stationnements mentionnés par SHAA en Lorraine en 11-12/1916: Malzéville, Ochey. Rattaché au GQG ou GAE ?

1917
1918

Les BR 66 et BR 111 sont au Plessis-Belleville jusqu'au 29/4 puis Fouilloy jusqu'au 30/5. La BR 108 reste au Plessis-Belleville ?.

1919

1-25/4: liaisons postales vers Briey et Longwy ?

 

BM 120 : 11/16…. 2/17 > GB 4.

BM 121 : 11/16……1/3/17 > GB 4.

 

BR 66 :   2/18 …………………………………………………………………………..

BR 108 : 2/18 …………………………………………………………………………..

BR 111 : 2/18 …………………………………………………………………………..

Groupe de Bombardement n° 7

Créé fin 1917 ou début 1918 (?), rattaché à l'EB n° 11 en 2/18. Bombardement de nuit.

VR 118 :  2/18 ……………………………10/10/18 > F 118 …………………………………

VR 119 :  12/2/18 …………………………10/10/18 > F 119 ………………………………...

BM 121 : 12/2/18 ………..5/5/18 > VR 121 …………2/11/18 > F 121………………………

VB 136 :                                          25/9/18 … (rapid.) >> GB 51.

Groupe de Bombardement n° 8

Bombardement de nuit, créé en 1/18. Le 15/6/18, il constitue avec le GB 10 le groupement de nuit Laurens (du nom du commandant du GB 8), qui devient EB n° 14 le 20/8/18.

Après 5/1918, les CCC des esc. 109 et 113 sont manquants pour les 2T et 3T: source SHAA ? Toutefois, on peut imaginer qu'elles suivent la VB 125 dont on dispose de tous les CCC.

VB 109, BR 113, VB 125 : 13/1/18 …………………………………………………………………..

V 116 :                                        12/2/18 ………1/4/18 >> GB 1.

Groupe de Bombardement n° 9

Créé (1)/1918 avec des esc. du G.B. 4, et rattaché à l'EB N° 12 en 2/18. (1ère Brigade de la Division Aérienne après 5/18).

 

1918

[15/5 > …/DAé1] … 4/18 (BR 29 au Plessis-Belleville, BR 123 au Plessis-Belleville jusqu'au 28 avril puis Caroix jusqu'au 1er juillet, BR 129 au Plessis-Belleville jusqu'au 29 avril puis Saint-Clair jusqu'au 1er mai) …

[9/11 > …/GAE; ; 21/11 = …/GA Cast. (VII° A.)] Lorraine Ochey.

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

1919

"Pont aérien" 8/2/19-29/4/19 avec le GB 5 vers le nord de la France.

 

BR 29 :   18/1/18 ………………………………………………………………………………….

BR 123 :                   3/2/18 ……………………………………………………………………….

BR 129 :                                2/3/18 ………………………………………………………………

Groupe de Bombardement n° 10

Créé le 5/6/1918, sous la dénomination Groupe de bombardement Colcomb (du nom de son commandant). Dès le 15/6/18, il constitue avec le GB 8 le groupement de nuit Laurens (du nom du commandant du GB 8), qui devient EB n° 14 le 20/8/18. Baptisé GB n° 10 en 8/18 (?). Dissout en 4/191 ?

(1) Les V 116 et 133 sont dissoutes au début 4/19 et la VB 101 est indiquée par SHAA passer au GB 8 [rien dans CCC – source ?].

1918

[2/8 > …/gpt Laurens/GAR; 20/8 > …/EB 14/GAR] …

[<29/10 > …/GAC; 21/11 = …/GA Maistre (III° A.)] 9/11 Cerny les Buçy, 13/11 Sacy le Grand.

 

VB 101 : (5/6 GB Coulomb) …….……………………………………………………..

V 116 :    (5/6 GB Coulomb)……..………………………………………………………

VB 133 :                                       GB 1> 20/8/18………………………………………

V 468 :                      CRP > 6/6/18…..19/7/18 > CRP.

Groupe de bombardement n° 18

René  Martel évoque brièvement le GB 18 dans son livre "L'aviation française de bombardement": un groupe de bombardement constitué de 3 escadrilles italiennes de 4 Caproni chacune (12 avions !) à partir de 2/1918. 56 missions seront réalisées, larguant 164 tonnes de projectiles. Cette faible activité tient à l'emploi exclusif de matériel italien donc long à transférer, mais aussi au fait que les équipages arrivèrent sans expérience du vol de nuit…

Le groupe fut affecté à l'aéronautique des groupes d'armées. Une fois les équipages qualifiés, le groupe fut affecté au blocus du bassin ferrifère, puis il réalisa quelques missions sur Saint-Quentin avant de revenir en Lorraine pour lancer des raids sur Ludwigshafen.

[Bruno10/Pages 1418 9/2015].

Groupe de Bombardement n° 51

Créé le 24/9/18, et rattaché à l'EB n° 11. Bombardement de nuit, d'où le numéro différent.

VB 135 :                    22/9/18 …………………………………………………………………………

VB 136 :         GB 7 >> 25/9/18 ……………………………………………………………………...

VB 137 :                                8/10/18 ……………………………………………………………….

Escadres

Le 1/6/15, le JMO aéro X° A. mentionne même que le cap. de Rose vient prendre le commandement des trois groupes de bombardement (GB 102, 103 et 104) et du groupe des escadrilles de chasse, première "escadre informelle", dont l'existence doit cependant être assez éphémère car on ne trouve aucune mention de son existence par la suite; les GB partent pour la Lorraine à la mi juillet…

 

Une première Escadre Michelin est créée en 9/1915, mais dès 1/1916, elle est dissoute et transformée en GBM n° 5 et n° 6 (seul le premier recevant effectivement des avions).

La notion d'Escadre réapparaît au début 1918, avec la création le 10/2/18 d'Escadres des combat ou de bombardement. Le dispositif permet d'intervenir en masse, en particulier lors des offensives allemandes au printemps. Quatre Groupements apparaissent au même moment, rassemblant certaines de ces escadres, et préfigurant ce que sera la Division Aérienne créée le 15/5/18:

Groupement Ménard : EC n° 1 et EB n° 12.

Groupement Féquant : EC n° 2 et EB n °13.

Groupement Chabert : EB n° 11.

Groupement Villome : GB n° 2 et GB n° 18.

Escadre Michelin

Champeaux, Antoine Michelin et l’aviation de bombardement 1911-1918  (Mich.)

(1) Le texte est repris par plusieurs sites, bien entendu sans jamais vérifier, en particulier la date de capture de Dutertre…

SHD 2A 283/2 à /7  Parc escadre Michelin

SHD 1A 021/1, 1A 303/2  Escadre BM

SHD 1A 308/2 Groupe BM

SHD 1A 130/1, 1A 308/2  GBM 5

SHD 1A 308/2 Esc. 117, 118, 119

 

Au début 1915 (?), Michelin offre à l'aéronautique militaire de financer et produire à Clermont 100 avions Breguet-Michelin qui devront former une "escadre Michelin de bombardement". Le projet est rapidement accepté et le LV Charles Dutertre est nommé en 4/1915 à la tête de la nouvelle unité, dont le nom est peut-être moins formel qu'on l'imagine: les "Commandements de l'aéronavale" [ARDHAN] parle d'un "groupe des avions BM" en 4/1915 et une "escadre de bombardiers BM" le 1/9/15, mais la fiche d'Emile Gouin, qui doit commander la première division donne "BM esc." dès le 20/4/15…

De ces 100 avions, 25 doivent rester en réserve, le 75 autres répartis en 3 groupes ou divisions de 3 escadrilles.

Fin septembre, les avions déjà livrés sont rassemblés à Avord, puis à Plivot/Oiry (Épernay) le 20/9/15, sous le commandement de Dutertre. A la fin de novembre 1915, 47 avions ont été réceptionnés, 75 à la fin janvier 1916. C'est la Marine qui fournit les mécaniciens, qu'elle rappelle rapidement, posant de gros problèmes.

D'après l'auteur René Martel [Éric "Vieux Charles"/pages 1418], la première division - commandée par Gouin - ne compte aucun appareils au début de l'année 1916. CTP évoque le projet de "groupe Gouin" pour les missions spéciales, les deux ont peut-être un lien…

L'unité fait l'objet de nombreuses critiques sans la presse et au parlement et il semble décidé de transformer l'escadre en deux groupes de bombardement, les GBM 5 et GBM 6 (encore une fois, on trouve plusieurs dénominations: 6e GBM, GBM n° 6)1. Le premier est composé des esc. BM 117, 118, 119, tandis que le deuxième (missions spéciales ?), commandé par Gouin, doit compter les BM 120 et BM 121 créée sur le papier le 10/2, mais sans existence réelle avant plusieurs mois2.

Dutertre doit prendre alors le commandement du GBM 5, mais il est capturé au cours d'une mission le 8/3/15, c'est-à-dire après la dissolution de l'escadre.

(1) "Note du 4e bureau du Secrétariat d'État de l'Aéronautique militaire n° 4335 -4/12 du 5 février 1916, sur la dissolution des unités de l'Escadre BM et la création des GB 5 et 6 et des parcs 105 et 106" [SHAA, A 021/1, mentionné par Champeaux et CTP].

(2) Il ne compte initialement qu'un parc n° 106 [CTP].

Première division

Unité commandée par Gouin, mais sans avions… Après la dissolution de escadre Michelin, Gouin prend la tête d'un GB(M) n° 6 toujours aussi virtuel (projet de groupe missions spéciales ?), constitué des escadrilles (elle aussi théoriques) BM 120 et BM 121 formé le 10/2/15, mais qui n'apparaissent vraiment qu' à la fin de l'année, rapidement versée au GB 4.

Deuxième division

Semble la seule à avoir effectivement reçu des avions au sein de ses trois escadrilles qui deviennent (10/2/16 ?) les BM 117, BM 118 et BM 119 avec le GB(M) n° 5.

1ère esc., 2e esc., 3e esc. (GQG ?) mi/9/15 Avord Champagne 20/9/15 Plivot/Oiry. 1/1916: dissolution escadre Michelin > GB(M) n° 5.

Troisième division

Théoriquement prévue, aucune mention n'en sera jamais faite.

Escadre de Combat n° 1

Créée le 10/2/181 au sein du Groupement Ménard (avec l'EB n° 12), avec lequel elle rejoint la division aérienne lors de la création de celle-ci le 15/5/18, puis au sein de la 1ère Brigade le 24/6/18. Elle est formée des GC 15, GC 18 et GC 19 (un groupe de combat US est mentionné le 15/5…).

(1) AD donne le 7/3/18, mais peut-être une confusion la date avec l'ordre d'opérations n° 1, car quelques lignes plus haut, il décrit le Groupement Ménard comme une combinaison d'Escadres dès le 10/2…

[10/2 > gpt de Villeneuve/GAN] 10/2 Champagne/ secteur Suippes (Villeneuve les Vertus),

[26-30/3 > gpt Ménard/GAN] 26-30/3/18 Somme/secteur Amiens-Roye (Le Plessis-Belleville) 6/4 Aisne/secteur Noyon-Coucy (Palesne), 13/4 Somme (Montagne/Airaines/Hornoy)

[15/5 > …/DAé1] 29/5/18 Aisne/Oise (Raray/Nanteuil/Verrines2), …

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

(2) Parc n° 115 au Plessis-Belleville.

Escadre de Combat n° 2

Créée le 10/2/18 au sein du Groupement Féquant (avec l'EB n° 13), avec lequel elle rejoint la Division Aérienne lors de la création de celle-ci le 15/5/18, puis au sein de la 2e Brigade le 24/6/18.

Elle est formée des GC 13, GC 17 et GC 20.

Escadre de bombardement n° 11

Créée le 20/2/18, elle forme le Groupement Chabert, avec lequel elle rejoint la division aérienne lors de la création de celle-ci le 15/5/18. Le 24/6/18, elle quitte la div. aér. et reste aux ordres du GQG. Elle est formée initialement des GB 1 et GB 7, rejoints par le GB 2 le 24/6/18 et le GB 51 le 24/9/18 (bomb. de nuit).

Il faut également noter, au moins à partir de 4/18, le GB 18 italien, formé de 3 esc. de 4 Caproni (esc. n° 3, 14 et 15, plus 10 avions de réserves). Les équipages arrivent en France sans expérience du vol de nuit, mais réaliseront tout de même 56 missions (164 t de bombes) [Bruno10/P1418/9/2015].

Escadre de Bombardement n° 12

Créée le 10/2/18, intégrée au groupement de Villeneuve (avec l'EC n° 1), qui devient le groupement Ménard à la fin 3/18, et avec lequel elle rejoint la division aérienne lors de sa création le 15/5/18 (1ère brigade le 24/6/18). Elle est formée des GB 5 et GB 6, plus le GB 9 (1/4/18>). Escadrilles de Protection : R 239 le 15/7/18 et R 240 en 11/18.

[10/2 > gpt de Villeneuve/GAN] 10/2 Champagne/ secteur Suippes (Villeneuve les Vertus),

[26-30/3 > gpt Ménard/GAN] 26-30/3/18 Somme/secteur Amiens-Roye (??) 6/4 Aisne/secteur Noyon-Coucy (??), 13/4 Somme (Fouilloy),

[15/5 > …/DAé1] 29/5/18 Aisne/Oise (??), …

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

Escadre de bombardement n° 13

Créée le 15/6/181 avec les escadrilles des GB 3 et GB 4 (créés à la même date) rassemblées au sein du groupement Féquant depuis le 10/2/18 (avec l'EC n° 2) qui rejoint la division aérienne lors de la création de celle-ci le 15/5/18 (2e brigade le 24/6/18). Arrivée du GB 2 <19/3/19. Escadrilles de Protection : C 46 23/7/18, et C 246 au début 11/18.

(1) Voir documents dans Journal de marche de l'escadrille 107 et du G.B. 3 (p 29).

XX  Historique du 12e régiment d'aviation de bombardement  1920s

1918

… [15/5 > …/DAé1] 15/6 : N/Soissons, 14/7 : Marne à l'E/Château-Thierry, 24/7 : Aisne/Marne avec l'A. Mangin, 16/8 : off. Aisne/Oise, 7/9 région St Dizier > off. US/St Mihiel, 20/9 off. F/US Auberive/Meuse, 24/9 : Reims/Argonne (1e EB), 23/10 > région Châlons pour off. Rethel, 10/11 > Neufchâteau.

(1) 15/5 GQG, 25/5 GAR, 17/7 GAC, 20/7 GQG, 14/8 GAR, 11/9 GQG (secteur GAC), 20/10 GAC, 9/11 GAE, 21/11 = GA Castelnau, 25/11 = GA Fayolle.

 

Escadre de Bombardement n° 14

Créée le 20/8/18 à partir du groupement de nuit Laurens (GB 8 et GB 10), formé le 15/6/18.

 

Affectations: … [7/11/18 > I° A.] …

Division Aérienne

Lors de la création des Escadres de combat et de bombardement, le 10/2/18, quatre Groupements sont formés, préfigurant ce que sera la Division Aérienne qu'ils forment le 15/5/18. Les groupements Ménard et Féquant semblent céder la place aux deux brigades de la Div. Aé. vers le 24/6/18 [AFGG p 38: la Div. Aé. compte 5 Escadres à sa création, puis 4 Escadres à partir du 24/6…].

Prologue: les quatre Groupements

Groupement Ménard

Formé le 10/2/18 des Escadre de Combat n° 1 (GC 15, 18 et 19, plus la C 46) et Escadre de bombardement n° 12 (GB 5, GB 6. Renforcés par le GB 9 le 1/4/18). Il semble initialement baptisé "Groupe de Villeneuve" (rattaché au G.A.N.), devenant Groupement Ménard le 26-30/3 lors de son transfert vers la Picardie. Devient 1ère Brigade de la Div. Aér. le 24/6/18.

Groupement de Villeneuve [GAN] 10/2/18 Champagne (Villeneuve les V.),

Groupement Ménard [GAN] 26-30/3/18 Picardie secteur Amiens-Roye (Le Plessis-B.), 6/4 Aisne, secteur Noyon-Coucy – off. allemande (Palesne), 13/4/18 Somme (Montagne/Airaines/Hornoy) [15/5/18 > …/Div. Aér./…1] 29/5/18 Aisne/Oise (Raray/Nanteuil/Verrines2),

Groupement Féquant

Formé le 10/2/18 des Escadres de Combat n° 2 (GC 13, GC 17 et GC 20, plus BR 220) et des futures escadrilles de l'Escadre de bombardement n° 13 (GB 3 et GB 4). Devient 2e Brigade de la Div. Aér. le 24/6/18.

Groupement Féquant [GAN] … <18/4/18 Somme

Groupement Chabert

Formé le 10/2/18 avec l'Escadre de Bombardement n° 11 (GB 1 et GB 7). Il est rattaché à la Div. Aér. lors de la création de celle-ci le 15/5/18, mais la quitte le 24/6, à l'occasion de la formation des deux Brigades.

Groupement Villome

Formé le 10/2/18 avec les GB 2 et GB 18. Il est rattaché à la Div. Aér. lors de la création de celle-ci le 15/5/18, mais la quitte le 24/6, à l'occasion de la formation des deux Brigades.

La Division Aérienne

Une nouvelle doctrine de coopération dans laquelle des escadres mixtes de bombardiers appuyées par la chasse assurent les missions offensives, conduit le 15/5/18 à la création de la division aérienne, sous les ordres de général Duval.

Elle rassemble initialement cinq escadres plus le groupement Villome, formant en tout quatre groupements (baptisés du nom de leur commandant: Ménard, Féquant, Chabert et Villome), avant de prendre une forme un peu plus réduite le 24/6/18, organisée en deux brigades:

1ère brigade = EC n° 1 et EB n° 12,

2e brigade = EC n° 2 et EB n° 13,

plus un groupe de reconnaissance (BR 45 et BR 220). Elle dépend du GQG qui l'affecte à un groupe d'armée en fonction des besoins:

15/5: GQG, 25/5: GAR, 17/7: GAC, 20/7: GQG, 14/8: GAR, 11/9: GQG (secteur GAC), 20/10: GAC, 9/11: GAE, 21/11 = GA Castelnau (admin./VII° A.), puis dès le 25/11 au GA Fayolle (toujours administrée par la VII° A.). La VII° A. sera dissoute le 20/2, pour laquelle occasion la 1ère DAé passe peut-être directement sous les ordres du GQG (dans tous les cas effectif le 19/3/19).

En 11/1918, elle devient (première) division aérienne en prévision de la constitution d'une deuxième division, mais ce projet est abandonné après la signature de l'Armistice. L'organisation en deux brigade semble abandonnée dans les semaines qui suivent: l'ordre de bataille B du 19/3/19 ne les mentionne plus.

Elle est finalement dissoute en 5/19,et ses escadres étant réparties entre les deux armées d'occupation en Allemagne (VIII° A. et X° A.).

 

"Unités de l'aéronautique militaire, 1912-1920"

© Travaux de Pierre-François Mary (Mise à jour 16 mai 2016)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


(version 20160526)