ClFAS 328 "Aquitaine"

 (texte extrait du livre "L'Arméee de l'air, des avions et des hommes", Lcl Henri Guyot, éditions ADDIM, septembre 1992).



Le 1er janvier 1957, est créé à Cognac le centre d'instruction du bombardement (CIB 328), dont la vocation est la sélection et l'instruction des équipages sur B 26 et sur Vautour.
A la fin de 1958, le CIB se rattache à la 92e brigade de bombardement qui rassemble les escadrons de Vautour II B. La 92e brigade et le CIB quittent la base de Cognac en mars 1961 et s'installent à Bordeaux-Mérignac. L'arrêt des stages de transformation des pilotes sur B 26 précède la création d'une escadrille "Radar", destinée à la formation des futurs navigateurs de Mirage IV A.
En 1964 sont créées les Forces aériennes stratégiques. La 92e brigade devient la 92e EB, et le CIB, devenu centre d'instruction des Forces aériennes stratégiques (CIFAS 328), abandonne la formation des équipages de Vautour pour se consacrer uniquement à celle des personnels des escadrons de Mirage IV (équipages et mécaniciens). Le parc aérien du CIFAS est transformé, le premier escadron conserve ses B 26 (dont six ont été équipés du radar APQ 13), le second est doté de Mirage IV A et de Nord 2501 SNB.
Les B 26 quittent le CIFAS et l'Armée de l'air en avril 1967. L'accoutumance au vol basse altitude, pour laquelle ces avions étaient utilisés, se fera désormais sur T 33 jusqu'en 1969. Dès lors, la mission de base du CIFAS va constamment évoluer avec en particulier l'expérimentation et la mise en oeuvre de la version reconnaissance du Mirage IV A en 1971 et des équipements de contre-mesures électroniques en 1972. A partir de 1974, l'instruction et l'entraînement des pilotes de Mirage IV s'effectuent sur Mirage III B à double commande. En octobre 1976, le CIFAS est renforcé en vue de prendre la suite du COTAM, pour assurer le support logistique des unités de Mirage IV et de Boeing C 135 F. Pour cela, il reçoit un lot de Nord 2501 "Cargo" et un complément d'équipages.
Réorganisé le 15 juillet 1978, le CIFAS 328, qui inclut l'ensemble technique d'instruction spécialisée (ETIS), se compose de l'escadron de reconnaissance et d'instruction ERI 1/328 sur Mirage IV, de l'Escadron d'entraînement EE 2/328 sur Mirage III B, et de l'escadron de transport et d'instruction ETI 3/328 sur Nord 2501 "Cargo", Nord 2501 SNB et T 33.
Après la dissolution de la 92e EB, en septembre 1978, le CIFAS 328 reçoit la garde du drapeau de la 25e escadre de bombardement, prend l'appellation "Aquitaine" et perpétue les traditions du GB I/25. En juillet 1982, les T 33 sont remplacés par des CM 170 Fouga Magister. Le 1er juin 1983, deux Alphajet sont affectés à l'EE 2/328. Ils sont destinés à apporter un complément d'instruction aux navigateurs ab initio issus de Toulouse. Le 1er octobre 1983 a lieu la deuxième restructuration des Forces aériennes stratégiques. Les activités de la division instruction de l'ETI 3/328 prennent fin le 30 juin 1985, et les Nord 2501 SNB sont retirés du service.
Le Mirage IV P arrive au CIFAS le 5 mai 1986, le Mystère XX P le 20 juin, ce dernier étant équipé du système de navigation et de bombardement du IV P pour l'entraînement des équipages. L'ETI 3/328 est dissous en juillet 1986, et les Nord 2501 "Cargo" sont retirés du service, les CM 170 sont alors rattachés à l'EE 2/328.
En décembre 1986, l'EB 2/94 "Marne", doté de six Mirage IV A, passe sous la coupe du CIFAS 328. Le 1er juillet 1988, l'EB 2/94 "Marne" est dissous, consacrant la fin de la vie opérationnelle du Mirage IV A. Seuls deux d'entre eux sont maintenus à l'ERI 1/328. Enfin, le 1er janvier 1990, les deux CM 170 affectés à l'EE 2/328 sont reversés à Châteaudun.
Le 6 septembre 1991, le CIFAS 328 ferme ses portes, le 11, le Mirage IV A effectue son dernier vol dans l'Armée de l'air. Dès lors, l'ERI 1/328 et l'EE 2/328 fusionnent pour former un escadron renforcé ERI 1/328 rattaché à la 91e EB, qui est dissous à Bordeaux le 30 juin 1992.

Liste des commandants du CIB et du CIFAS 328
Liste des commandants de l'ERI 1/328
Liste des commandants de l'EE 2/328


Le CIFAS 328 était l'héritier des traditions du GB I/25 "Tunisie". La 25e escadre de bombardement, créée le 1er janvier 1936, se compose de deux groupes : le GB I/25 et le GB II/25, soit quatre escadrilles dont trois perpétuent les traditions, insignes et appellations de flottilles de la Marine. La deuxième escadrille du GB 1/25, créée en même temps que l'escadre, n'hérite d'aucune tradition. Equipé de Farman 168 Goliath puis de Bloch 200 et de LeO 257, le GB I/25 est dissous le 31 août 1940, puis reconstitué le 1er septembre pour participer en particulier à la campagne de Syrie.
Après le débarquement allié en AFN, le GB I/25 ne reprend du service qu'à partir du 17 janvier 1943, en assurant du transport de munitions sous commandement américain. Tunis libéré, le GB I/25 part pour l'Angleterre. Il sera désormais connu sous l'anonymat britannique de Squadron 347 et sous le rappel évocateur du Groupe "Tunisie". Le 7 octobre 1943, le groupe débarque à Liverpool. A l'issue de sa formation, il rejoint sa base d'opérations à Elvington, dans la banlieue de York. Il est équipé d'Halifax, et sa première mission est déclenchée le 27 juin 1944. Au prix d'immenses sacrifices, durant neuf mois, le Squadron 347 participe aux bombardements incessants sur l'Allemagne. Le GB I/25 est définitivement dissous le 1er août 1955, après sa participation à la campagne d'Indochine.



Insigne du GB 1/25 "Tunisie".
Le CIFAS 328 était l'héritier des traditions de ce groupe de bombardement.