Actualités Armée de l'air 28 (2018)


Dax (18/07/2018)

Hommage à l’As Maurice Boyau

Mise à jour : 20/09/2018 - Direction : Armée de l'air
Dimanche 16 septembre 2018, la ville de Dax a rendu hommage à l’aviateur Maurice Boyau. C’est tout naturellement que la base aérienne (BA) 118 de Mont-de-Marsan a participé à l’événement, auquel l’école d’aviation légère de l’Armée de terre (EALAT) s’est également associé.

Le colonel Cédric Gaudillière, commandant de la BA 118, le colonel Xavier Dorange, commandant l’EALAT de Dax, le commandant Hélène Soumillon, commandant la compagnie de gendarmerie de Dax et des représentants départementaux étaient présents..
Né le 8 mai 1988 à Mustapha en Algérie, Maurice Boyau est un as de l’aviation française. Il est crédité de 35 victoires durant la Première Guerre mondiale. Il a excellé dans la reconnaissance photographique en monoplace, le bombardement à faible altitude et l’attaque des troupes à terre. Il est mort pour la France le 16 septembre 1918 à Mars-la-Tour.

Dax - Hommage à l’As Maurice Boyau


Autres photos

Sources : Armée de l'air
Droits : ©Armée de l'air


BA 105 "Commandant Viot" - Evreux (19/09/2018)

Hommage au capitaine Bellenger sur la base aérienne 105 d'Evreux

Mise à jour : 24/09/2018 - Direction : Armée de l'air
Mercredi 19 septembre 2018, des membres de la famille Bellenger se sont rendus sur la base aérienne 105 d’Évreux sur les pas de leur grand-père, arrière-grand-père ou grand-oncle à l’occasion du 140e anniversaire de la naissance de Georges Bellenger.

La famille Bellenger a été accueillie au musée de la base aérienne 105 d’Évreux, où passionnés d’aviation et anciens militaires ont retracé l’histoire de Georges Bellenger, Ébroïcien et créateur du brevet de pilote militaire.
Ils ont ensuite assisté à la présentation et à la visite d’un Casa CN-235 par deux jeunes pilotes de transport.
"Georges Bellenger est né à Evreux en 1878, il commence sa carrière militaire en 1900 à sa sortie de l’École polytechnique. En 1905, il est nommé lieutenant et rejoint le 5e bataillon d’artillerie à pied à Verdun. Il obtient son brevet civil de pilote d’aérostat le 3 octobre 1907.
En 1910, le général Gallieni le promeut capitaine. L’état-major le désigne pour être membre de la commission de création du brevet de pilote militaire. Il refuse l'attribution du premier "macaron" et obtient le n°3 après avoir attribué les n°1 et 2 à deux de ses élèves.
Le 13 mars 1913, au cours d’une cérémonie, la station d’aviation d’Évreux reçoit son nom de baptême. Le capitaine Bellenger se voit donc honoré de son vivant par l’attribution de son patronyme à la première station d’aviation de la République française. La "halte Bellenger" était née.
Georges Bellenger décède à Saint-Germain-en-Laye le 22 décembre 1977 dans sa centième année et est inhumé dans le caveau familial à Évreux. La carrière purement aéronautique de celui qui reste le père du brevet de pilote militaire n’aura en fin de compte duré que huit ans !"

Adjudant-chef Guillaume, L’aviateur Normand
Le 16 juin 2018, lors du meeting de l’air d’Évreux, Guy Lefrand, maire d’Évreux, et le le colonel David Desjardins, commandant de la base aérienne 105 d’Évreux, ont baptisé un hangar de maintenance "Halte aérienne Bellenger" en hommage à cet aviateur pionner et innovateur. Le visage de George Bellenger figurait sur les affiches de promotion du meeting 2018 en souvenir de ces 105 années d’innovation et de mise en réseau à Évreux.

Hommage au capitaine Bellenger sur la base aérienne 105 d'Evreux


Hommage au capitaine Bellenger sur la base aérienne 105 d'Evreux


Sources : Armée de l'air
Droits : ©Armée de l'air



EPAA 315 - BA 709 Cognac (09/10/2018)

Le Pilatus PC-21 fait son entrée dans l'histoire de l'Armée de l'air

Mise à jour : 03/10/2018 - Auteur : ©Adjudant Barbara Le Prat - Direction : Armée de l'air
Mardi 2 octobre 2018, le général Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’air (CEMAA), s’est rendu sur la base aérienne 709 "Commandant Ménard" de Cognac-Châteaubernard afin de marquer les débuts officiels du nouvel avion d’instruction de l’Armée de l’air : le Pilatus PC-21.

Avec cette acquisition, la France devient la 2e nation européenne après la Suisse à recevoir cet appareil aux multiples facettes et ouvre un nouveau chapitre de l’histoire des écoles du personnel naviguant. À terme, ces nouveaux avions d’instruction de l’Armée de l’air remplaceront les TB 30 Epsilon de Cognac et les Alphajet de Tours.
Grâce à ses qualités manœuvrières (-4, +8G) et à son avionique de dernière génération, le PC-21 va permettre la modernisation de la formation des équipages chasse. Les fonctionnalités du système PC-21 comme la simulation embarquée et la qualité du simulateur autorisent une refonte profonde du cursus de formation, vers un programme plus représentatif des opérations actuelles, rationnalisé et permettant l’acquisition du pilotage basique et l’apprentissage d’un système moderne (du pilotage vers le management d’un système d’armes).
Au total, 17 monoturbopropulseurs Pilatus PC-21 et leurs simulateurs seront livrés à l’Armée de l’air au début de l’année 2019. Ils seront stationnés à l’école de pilotage de l’Armée de l’air (EPAA) "Général Jarry", qui formera annuellement les futurs stagiaires au profit de l’aviation de chasse, soit 30 pilotes et dix navigateurs officiers système d’armes de l’Armée de l’air, dix pilotes pour la Marine nationale ainsi que dix moniteurs de simulateur.
Pour sa première visite officielle sur la base aérienne 709, le CEMAA souhaitait rencontrer les différents acteurs de la mise en œuvre du système de formation modernisée des équipages chasse et échanger avec les aviateurs charentais.
Accueilli à sa descente d’avion par le colonel Arnaud Gary, commandant la base de Cognac, c’est au cœur du bâtiment simulateurs baptisé "Major Laurent Pauc" que le général Lavigne a commencé sa visite, avant de s’essayer à un vol de simulation, immortalisé par les nombreux journalistes présents.
Clef de voûte du système de formation des équipages de chasse sur PC-21, le bâtiment simulateurs mis à disposition de l’Armée de l’air par la société Babcock abrite deux simulateurs de missions (FMS - Full mission simulator) et trois entraîneurs de vol (PTT - Part Task Trainer), outils à la pointe de la technologie qui opèrent en réseau et offrent un réalisme saisissant.
Une exposition statique commentée par les premiers instructeurs pilotes de l’EPAA, formés en Suisse et une évolution dynamique du Pilatus PC-21 ont également permis d’apprécier les multiples capacités et la manœuvrabilité de l’aéronef.
"Au sein de l’école de pilotage de l’Armée de l’air, vous formez les futurs équipages de combat et vous faites perdurer notre expertise aéronautique. Ces fondations leurs seront indispensables pour acquérir en unité un bon niveau opérationnel. Ensemble, nous transmettons à nos stagiaires, nos savoirs, nos savoir-faire et notre savoir-être. Préparer solidement l’avenir, c’est explorer les nouvelles potentialités qu’offre le PC-21 dans l’Armée de l’air. Un formidable outil de formation, un système s’appuyant pleinement sur la simulation au sol et embarquée, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives. Cette entrée en service est un symbole fort de la politique d’innovation de l’Armée de l’air", a ainsi déclaré le général Philippe Lavigne lors de son allocution devant les autorités civiles et militaires et le personnel de l’emprise, avant de remercier l’ensemble des acteurs ayant contribué au projet PC-21.
Le CEMAA a poursuivi sa visite avec un passage à l’EPAA où il a notamment pu échanger avec le personnel civil et militaire, dont les représentants des différentes catégories d’aviateurs de la base. La journée s’est achevée à l’escadron de drones 1/33 "Belfort", seconde unité de la base aérienne, qui monte en puissance avec la réception prévue en 2019 de six drones General Atomics MQ-9 Reaper supplémentaires et des effectifs qui vont sensiblement augmenter d’ici 2020.
"Préparer l’avenir sur cette base aérienne, c’est aussi faire monter en puissance notre capacité drones au sein de la future escadre de surveillance, de reconnaissance et bientôt d’attaque", a conclu le général Philippe Lavigne.
Ce sont là de beaux défis qui attendent le personnel de la base aérienne 709 "Commandant Ménard".

Le Pilatus PC-21 fait son entrée dans l'histoire de l'Armée de l'air



Le Pilatus PC-21 fait son entrée dans l'histoire de l'Armée de l'air


Le Pilatus PC-21 fait son entrée dans l'histoire de l'Armée de l'air


Le Pilatus PC-21 fait son entrée dans l'histoire de l'Armée de l'air

Sources : Armée de l'air
Droits : ©Armée de l'air