Biographies résumées des parrains des promotions de l'Ecole Militaire de l'air (EMA)

 

 

(source : annuaire de l'association des anciens élèves de l'Ecole Militaire de l'air)

Promotion 1945-1946 (?): Commandant Raoul Ménard

(© AEMA)
Raoul Ménard est né le 1er juin 1909 à Fontenelle-en-Brie (Aisne). Breveté pilote en 1929, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1934. Instructeur au Centre d’instruction du Bombardement, il est affecté en Afrique du Nord le 25 juin 1940 au Groupe de bombardement 2/33. Commandant en second du Groupe de bombardement 1/22 « Maroc » sur Maurauder en septembre 1944, il participe à la destruction d’objectifs ennemis en France et en Allemagne. Le 22 janvier 1945, il attaque avec son groupe le pont de Neuenburg fortement défendu. Touché par un obus de DCA, il trouve une mort héroïque en restant aux commandes de son avion en flamme pour permettre l’évacuation de son équipage. Le commandant Ménard était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec deux citations.

Son nom a été donné à la Base aérienne 709 de Cognac.

 


Promotion 1947 : Capitaine Alphonse Béraud



(© AEMA)
Alphonse Béraud est né le 16 octobre 1912 à Lyon (Rhône).
Engagé dans l’aviation le 2 décembre 1930, il est breveté pilote en 1935 et il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1938.
Affecté au Groupe aérien d’observation 2/506, il effectue des reconnaissances de l’ennemi pendant la Bataille de France qui lui valent deux citations. En 1943, commandant d’avion sur Halifax au Squadron 346, il reprend le combat. Le 4 novembre 1944, il est porté disparu au cours de sa 26e mission de bombardement sur l’Allemagne. Le capitaine Béraud était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec sept citations.


Promotion 1948 : Capitaine Joseph Jallier



(© AEMA)
Joseph Jallier est né le 16 mars 1912 à Montel-de-Gelat (Loire).Engagé dans l’aviation le 17 juillet 1931, il est breveté pilote en 1934 et il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1937. Il débute la guerre au Groupe de chasse 2/1 avant d’être muté en Afrique du Nord en décembre 1939. Il reprend le combat en novembre 1942 comme commandant d’escadrille au Groupe de chasse 2/3, en effectuant des missions de « coastal command » sur P 39 Airacobra puis en participant, sur P 47 Thunderbolt, aux opérations menées, à partir de la Corse, contre les forces ennemies en Italie et en Provence. Le 31 juillet 1944, il est abattu par la Flak lors de l’attaque du terrain d’Orange. Le capitaine Jaillier était titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec palme


Promotion 1949 : Capitaine Adrien Astier



(© AEMA)
Adrien Astier est né le 17 février 1908 à Taverny (Val-d’Oise).
Engagé dans l’aviation en 1926, il est breveté pilote en 1930 et il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1931. Affecté à la 8ème Escadre de chasse
en juin 1936, il participe à la Bataille de France et, le 11 mai 1940, il est tué en combat aérien. Le Capitaine Astier était titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec palme.


Promotion 1950 : Capitaine Hubert Petit de Mirbeck



(© AEMA)
Hubert Petit de Mirbeck est né le 7 février 1907 à Vouziers (Ardennes). Breveté pilote en 1926, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1930. Commandant de l’Escadrille de chasse de nuit 2/13
, équipée de Potez 63, il participe à la Bataille de France. Le 17 mai 1940, il est abattu lors d’un engagement contre des engins motorisés ennemis. Le capitaine Petit de Mirbeck était titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec palme.


Promotion 1951 : Commandant René Mouchotte



(© AEMA)
René Mouchotte est né le 21 août 1914 à Saint-Mandé (Val-de-Marne). Titulaire du brevet de pilote, il est appelé au service militaire le 22 octobre 1935 et obtient le brevet de pilote militaire en février 1937. Rappelé à l’activité en septembre 1939, moniteur au Centre d’instruction de chasse d’Oran en mai 1940, il rejoint Gibraltar et s’engage dans les Forces aériennes françaises libres le 13 juillet 1940. Il est versé immédiatement dans la Royal Air Force et participe à 323 missions de guerre au cours desquelles il obtient quatre victoires aériennes officielles (plus trois probables) et compte également à son palmarès douze bateaux endommagés ou coulés.
Commandant du Squadron 341 « Alsace », il disparaît le 27 août 1943 en combat aérien au-dessus de Saint-Omer. Le commandant Mouchotte était chevalier de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec cinq citations et décoré de la Distinguished flying cross.
Son nom a été donné à la Base aérienne 103 de Cambrai.


Le commandant René Mouchotte était aussi le parrain de la BA 103 de Cambrai-Epinoy


Promotion 1952 : Commandant Jean Mahé



(© AEMA)
Jean Mahé est né le 2 juin 1917 à Nantes (Loire-Atlantique). Issu de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr — promotion 1937 — il est breveté pilote en février 1940. Il rejoint les Forces aériennes françaises libres le 1er juillet 1940. Affecté au Groupe de bombardement «Bretagne» en formation au Tchad, il prend part à toutes les campagnes du Groupe : Fezzan, Tunisie, Sicile, Sardaigne, Italie, France, Allemagne. Totalisant 390 heures de vol en missions de guerre, il meurt en service commandé le 2 décembre 1946 à Belfort. Le commandant Mahé était chevalier de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec six citations et décoré de la Silver star américaine.

Son nom, associé à ceux de ses deux frères Claude et Yves morts en service aérien commandé respectivement en 1952 et 1962, a été donné à la Base aérienne 921 de Taverny.



Promotion 1953 : Général Pelletier d'Oisy



(© AEMA)
Georges Pelletier d’Oisy est né le 9 mars 1892 à Auch (Gers). Il s’engage au 3ème Régiment de Dragons à Nantes le 23 mai 1910 et, volontaire pour l’aviation, il est breveté pilote en juin 1913.
Pilote de chasse pendant la guerre 14/18 qu’il termine avec le grade de lieutenant, il est classé « As » avec cinq victoires aériennes homologuées. Pionnier de l’aviation, il s’illustre en effectuant des raids aériens, dont un Paris-Tokyo via l’Indochine en 1924, et en ouvrant de nombreuses liaisons en AOF, AEF et au Sahara. Commandant de l’air en AOF en 1938, il est affecté ensuite au Groupement de transport n° 15 qui assure le ravitaillement des troupes du Levant de 1941 jusqu’à son départ en congé du personnel navigant en 1943. Il meurt à Marrakech le 10 mai 1953. Le général Pelletier d’Oisy était commandeur de la Légion d’honneur, Médaillé militaire, titulaire de la Croix de guerre 14/18 avec palmes et de nombreuses décorations étrangères.

Son nom a été donné à la place d’armes des Ecoles d’officiers de Salon-de-Provence.



Promotion 1954 : Capitaine Jean Maridor



(© AEMA)
Jean Maridor est né le 24 novembre 1920 au Havre (Seine- Maritime). Titulaire du brevet de pilote, il s’engage le 1er septembre 1939 et obtient le brevet de pilote militaire en février 1940. Fin juin 1940, il rejoint les Forces aériennes françaises libres et il est versé aussitôt dans la Royal Air Force, d’abord au Squadron 615 sur Hurricane, jusqu’en février 1942, puis au Squadron 91 sur Spitfire, dont il prendra le commandement. Lors de ses missions, il remporte neuf victoires aériennes, coule vingt-deux bateaux, détruit plus de cent véhicules et, au cours de l’été 1944, détruit en quelques jours dix V1 lancés contre Londres. Le 3 août 1944, il trouve la mort en détruisant un V1. Le capitaine Maridor était commandeur de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, titulaire de la Croix de guerre 39-45 avec palmes, de la Distinguished flying cross et de la Croix de guerre tchécoslovaque.




Promotion 1955 : Colonel Albert Chambonnet



(© AEMA)
Albert Chambonnet est né le 4 octobre 1903 à Bessèges (Gard). Engagé dans l’aviation le 12 avril 1922, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1932 dans le corps des officiers mécaniciens. Dés juin 1940, il se met au service de la Résistance et organise les premiers parachutages. Chef régional F.F.I en 1943, ayant 60 000 hommes sous ses ordres, il est promu colonel en 1944. Arrêté par la Gestapo, il est fusillé le 27 juillet 1944 à Lyon. Le colonel Chambonnet était chevalier de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération et titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec palme. Son nom a été donné à la Base aérienne 278 d’Ambérieu.


Promotion 1956 : Capitaine Charles Nungesser



(© AEMA)
Charles Nungesser est né le 15 mars 1892 à Paris. Pilote d’avion dès 1910, il s’engage le 20 août 1914 au 2e Régiment de Hussard. Volontaire pour l’aviation, il est breveté pilote militaire en mars 1915. Pilote de chasse, il termine la guerre 14/18 avec le grade de lieutenant et il est l’un des grands « As » avec 45 victoires aériennes homologuées
. Après un temps consacré aux meetings aériens, il conçoit le grand projet de la traversée de l’Atlantique dans le sens France- Amérique. Le 8 mai 1927, avec comme navigateur le capitaine Coli ancien commandant de la SPA 92, il s’envole du Bourget aux commandes de « l’Oiseau blanc » et disparaît après avoir quitté le continent à Etretat. Le capitaine Nungesser était officier de la Légion d’honneur, Médaillé militaire, titulaire de la Croix de guerre 14/18 avec cinq citations et de nombreuses autres décorations françaises et étrangères.




Promotion 1957 : Lieutenant-colonel Georges Canépa



(© AEMA)
Georges Canépa est né le 8 juillet 1913 à Beausoleil (Alpes- Maritimes). Engagé dans l’aviation le 19 août 1931, il est breveté mécanicien avion en 1933. Sergent-chef, affecté à Alger, il rejoint Gibraltar le 7 juillet 1940 pour s’engager dans les Forces aériennes françaises libres. Dès octobre, il participe aux opérations de ralliement du Cameroun et du Gabon puis, en janvier 1941, à l’attaque de Koufra par la colonne Leclerc. Breveté mitrailleur en avion en février 1942, il est nommé sous-lieutenant observateur en décembre. Affecté au Groupe de bombardement « Bretagne »
en cours de création il prend part à toutes les campagnes du Groupe : Fezzan, Tunisie, Sicile, Sardaigne, Italie, France, Allemagne. Breveté pilote en 1946, il fait carrière dans l’aviation de transport. Commandant de l’Escadre d’hélicoptères n° 3 de Boufarik, il meurt au combat le 3 septembre 1957 près de Médéa. Le lieutenant-colonel Canépa était commandeur de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec huit citations, de la Croix de la valeur militaire avec palmes, de la Distinguished flying cross, de l’US Air Medal et de nombreuses autres décorations françaises et étrangères


Promotion 1958 : Colonel Léon Faye



(© AEMA)
Léon Faye est né le 10 juin 1899 à Vergt (Dordogne). Enfant de troupe, le 10 juin 1916 il s’engage pour la durée de la guerre et combat comme artilleur. Il est nommé sous-lieutenant au feu. A partir de 1924, il participe aux opérations du Maroc et, après avoir été détaché dans l’aviation militaire comme observateur, il est breveté pilote en juillet 1929. En avril 1940, il est commandant du Groupe de reconnaissance 1/52
. Dès l’armistice, il rejoint la Résistance et devient le chef du réseau « Alliance ». Arrêté sur trahison le 16 septembre 1943, il est torturé, condamné à mort en juin 1944 et transféré à la prison de Schwabishall puis à celle de Sonnenburg. Le 30 janvier 1945, il est massacré par les SS avec tous les autres prisonniers. Le colonel Faye était commandeur de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre 14/18, de la Croix de guerre TOE avec neuf citations, de la Croix de guerre 39/45, de la Distinguished flying cross et de nombreuses autres décorations françaises et étrangères.


Promotion 1959 : Colonel Félix Brunet



(© AEMA)
Félix Brunet est né le 1er janvier 1913 à Loos (Nord). Engagé dans l’aviation, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1937 et il est breveté pilote en juillet 1938. Avec le Groupe de chasse 2/5 « Lafayette »
, il participe aux campagnes de Tunisie, d’Italie, de France et d’Allemagne en obtenant deux victoires aériennes homologuées (plus deux probables). En 1946, il est volontaire pour l’Extrême-Orient où il restera neuf ans et où il accomplira 1773 missions de guerre. A son retour, il prend part à la guerre d’Algérie comme commandant d’Escadre d’hélicoptères puis comme chef d’un Poste de commandement Air et effectue 950 missions de maintien de l’ordre. Il décède le 5 décembre 1959 à Colomb-Béchar. Le colonel Brunet était grand officier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec dix citations, de la Croix de guerre TOE avec douze citations, de la Croix de la valeur militaire avec trois citations et de nombreuses autres décorations françaises et étrangères.

Son nom a été donné à la Base aérienne 217 de Brétigny.


Promotion 1960 : Lieutenant Pierre Houzé



(© AEMA)
Pierre Houzé est né le 16 [juin] 1911 à Paris. Titulaire du brevet de pilote, il s’engage dans l’aviation le 30 août 1929 et obtient le brevet de pilote militaire. Il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1936. Affecté à la 5ème Escadre de chasse
sur Curtis H 75, il participe à la Bataille de France et obtient trois victoires aériennes homologuées (plus une probable). Abattu en combat aérien le 6 juin 1940, il saute en parachute de son avion en feu [et tombe au milieu des combats qui font rage au sol. Une patrouille allemande s'avance vers lui. Houzé refuse de se rendre et tire sur les allemands. Il tombe sous leurs balles.] Le lieutenant Houzé était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec quatre citations.


Promotion 1961 : Capitaine Georges Madon



(© AEMA)
Georges Madon est né le 28 juillet 1892 à Bizerte (Tunisie). Breveté pilote en 1911, il s’engage au 1er régiment de Génie à Versailles en 1912 et obtient son brevet de pilote militaire en juillet 1913. En 1914, dès le début des hostilités, il effectue de nombreuses missions de reconnaissance et de réglage d’artillerie. En avril 1915, après avoir atterri en Suisse, il est fait prisonnier et réussit à s’évader en décembre. Il reprend le combat à l’Escadrille de chasse n° 38
sur SPAD. Il termine la guerre avec le grade de lieutenant et il est l’un des grands « As » avec 41 victoires aériennes homologuées. Il se tue en Tunisie, le 11 novembre 1924, au cours d’une exhibition aérienne, lors de la célébration de l’armistice et de l’inauguration d’un monument dédié à Roland Garros. Le capitaine Madon était chevalier de la Légion d’honneur, Médaillé militaire, titulaire de la Croix de guerre 14/18 avec vingt citations et de nombreuses décorations étrangères. Son nom a été donné à la Base aérienne 702 d’Avord.


Promotion 1962 : Capitaine Louis Aubel



(© AEMA)
Louis Aubel est né le 15 septembre 1918 à Aisey (Haute-Saône). Engagé dans l’Armée de l’air le 14 octobre 1936, il est breveté mécanicien en juillet 1937 et il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1942 dans le corps des officiers mécaniciens. Il sert d’abord dans les Forces françaises de l’intérieur et en décembre 1945 il est breveté pilote aux Etats-Unis. En 1949, il fait un tour d’opérations en Indochine avec le Groupe de transport 2/62
et revient en 1953 sur ce théâtre d’opérations avec le Groupe de bombardement 1/19 Gascogne équipé de B 26. Il disparaît au cours d’une mission sur Dien Bien Phu le 14 mars 1954. Le capitaine Aubel était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de guerre TOE avec trois citations.


Promotion 1963 : Commandant Michel Tardy



(© AEMA)
Michel Tardy est né le 13 août 1914 à Faverges (Isère). Appelé au service militaire le 19 octobre 1936, officier de réserve en situation d’activité, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1939 et breveté pilote. De 1952 à 1954, affecté en Indochine, il se distingue au commandement du 23e Groupe aérien d’observation d’artillerie
. Il participe ensuite à la guerre d’Algérie où, commandant en second de l’Escadre d’hélicoptères n° 3, il effectue de nombreuses missions d’assaut, d’appui feu et d’évacuation sanitaire. Il est abattu le 25 février 1960 lors d’une opération dans la région de Batna. Le commandant Tardy était officier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre TOE avec six citations et de la Croix de la valeur militaire avec deux citations.


Promotion 1964 : Capitaine Maurice Amarger



(© AEMA)
Maurice Amarger est né le 24 janvier 1911 à Isserville-les-Issers (Algérie). Engagé dans l’aviation en 1931, il est breveté pilote en juillet 1934 et il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1938. Il participe à la Bataille de France avec le Groupe de reconnaissance 2/22
. En 1943, affecté dans un Groupe de bombardement en Algérie, il est volontaire pour rejoindre le Groupe de chasse « Normandie- Niémen » combattant sur le front russe. Il obtient huit victoires aériennes (plus une probable). Il meurt pour la France à Meknès le 19 mars 1946. Le capitaine Amarger était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec neuf citations.


Promotion 1965 : Capitaine Roland Garros



(© AEMA)
Roland Garros est né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis (La Réunion). Pionnier de l’aviation, il réussit la première traversée de la Méditerranée sur un monoplace Morane-Saulnier en 1913. Engagé volontaire le 4 août 1914, affecté à la SPA 26
, il dote en 1915 son Morane d’un dispositif de tir à travers l’hélice et obtient trois victoires aériennes. Fait prisonnier le 18 avril 1915, il s’évade le 17 février 1918 et reprend le combat, obtenant une quatrième victoire aérienne. Il est abattu le 5 octobre 1918 dans la région de Vouziers (Ardennes). Le capitaine Roland Garros était officier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de guerre 14/18 avec quatre citations. Son nom a été donné à la Base aérienne 181 de Saint-Denis de la Réunion.

Roland Garros était aussi le parrain de la BA 156 de Bizerte Sidi-Ahmed


Promotion 1966 : Capitaine Maurice Noguès



(© AEMA)
Maurice Nogués est né le 31 octobre 1889 à Rennes (Ille-et- Vilaine). Il est breveté pilote en 1909. Engagé volontaire le 22 août 1914, il participe à la guerre 14/18 comme pilote de bombardement. A partir de 1922, pionnier de l’aviation commerciale française, il ouvre les premières liaisons aériennes vers les principales villes européennes et vers le Moyen-Orient. En 1931, il effectue le premier voyage régulier Paris-Saïgon. Directeur général adjoint d’Air France, il trouve la mort le 15 janvier 1934 dans l’accident de l’avion Emeraude qui s’écrase à Corbigny (Nièvre), au retour d’un voyage Paris-Saïgon-Paris. Le capitaine Nogués était officier de la Légion d’honneur, Médaillé militaire, titulaire de la Croix de guerre 14/18 avec citations et cité à l’ordre de la Nation.


Promotion 1967 : Capitaine Daniel Fustier


(© AEMA)
Daniel Fustier est né le 27 avril 1927 à Colmar (Haut-Rhin). Engagé dans l’Armée de l’air en 1944, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1949 et il est breveté pilote en 1952. Il effectue en 1953 un tour d’opérations en Indochine avec le Groupe de bombardement 1/19 « Gascogne »
sur B 26. Breveté chef de patrouille de reconnaissance, il rejoint les unités d’hélicoptères en Algérie — Escadron d’hélicoptères 2/38 et 3/22 — où, de 1956 à 1961, il effectue de nombreuses missions d’assaut, d’appui feu et d’évacuation sanitaire. Au retour d’une mission d’appui feu, son hélicoptère H 34 se brise alors qu’il se prépare à atterrir. Grièvement brulé, il meurt quelques jours plus tard le 25 septembre 1961. Le capitaine Fustier était officier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre TOE avec deux citations et de la Croix de la valeur militaire avec cinq citations.


Promotion 1968 : Lieutenant-colonel André Naudy



(© AEMA)
André Naudy est né le 19 juillet 1904 à Meyrueis (Lozère). Engagé dans l’aviation en 1924, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1928 et il est breveté pilote en 1929. Il participe à la Bataille de France au commandement d’une escadrille à la 3e Escadre puis à la 7e Escadre et obtient cinq victoires aériennes
. Résistant de la première heure, recherché par la Gestapo, il prend le maquis dans le Tarn. Commandant de la zone « C », il participe aux combats de la libération d’Albi en août 1944. Affecté au cabinet du ministre de l’Air, il trouve la mort en service commandé le 18 avril 1946, sur P 47. Le lieutenant-colonel Naudy était officier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec palmes.


Promotion 1969 : Commandant Henri Lagache



(© AEMA)
Henri Lagache est né le 20 novembre 1918 à Blaye (Gironde). Engagé dans l’Armée de l’air en novembre 1938, il est breveté pilote en mai 1939 et il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1944. Affecté à l’Escadron de chasse 1/7
, il participe à la fin des opérations contre l’Allemagne. Passé dans le transport, il fait campagne en Indochine avec les groupes « Béarn » et « Franche-Comté ». En 1956 chef du Poste de commandement Air de Tizi-Ouzou, il est grièvement blessé en dirigeant une opération combinée à bord d’un hélicoptère PC volant et meurt quelques jours plus tard, le 3 septembre 1956. Le commandant Lagache était officier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec une citation, de la Croix de guerre TOE avec trois citations et de la Croix de la valeur militaire avec palme.


Promotion 1970 : Commandant Christian Martell



(© AEMA)
Pierre Montet — dit Chistian Martell — est né le 14 mars 1914 à Saint-Etienne (Loire). Engagé dans l’Armée de l’air en août 1936, il est breveté pilote en 1937. Moniteur de voltige aérienne, il est affecté en avril 1940 au Groupe de chasse 2/5 à Casablanca
. En essayant de rejoindre Gibraltar, il est arrêté en Espagne, remis aux autorités françaises et emprisonné. Libéré en 1941, il entre dans la Résistance et change de nom pour protéger sa famille. En avril 1942, il réussit à gagner l’Angleterre où il s’engage dans les Forces aériennes françaises libres. Fin 1942, il est parachuté en France où il organise plusieurs réseaux de renseignement. De retour en Angleterre, en janvier 1943, affecté au Squadron 341 « Alsace », il obtient six victoires aériennes homologuées (plus six probables et trois avions endommagés). Le 30 août 1945, au cours d’un exercice aérien à Ouston (Angleterre), son avion s’écrase en flammes. Le commandant Martell était officier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec douze palmes, de la Distinguished flying cross et de l’US Air Medal.

Le commandant Christian Martell a donné son nom à l'Ecole de Chasse à Meknès puis à Tours

Il a donné également son nom au 3ème EIV "Christian Montet dit Martell" à Cognac ("Roumi")


Promotion 1971 : Lieutenant Pierre Le Gloan



(© AEMA)
Pierre Le Gloan est né le 6 janvier 1913 à Kergrist-Moëlou (Côtesd’Armor). Titulaire du brevet de pilote, il s’engage dans l’aviation le 8 décembre 1931 et il est breveté pilote militaire en août 1932. Avec la 6ème Escadre de chasse, il participe à la Bataille de France en obtenant onze victoires aériennes homologuées (plus deux probables)
, puis à la campagne de Syrie où il remporte sept victoires homologuées (plus une probable). En mai 1943 avec son groupe de chasse stationné près de Mostaganem (Algérie), il effectue des missions de « Coastal command ». Le 11 septembre 1943, il trouve la mort en décollant aux commandes de son P 39 Airacobra. Le lieutenant Le Gloan était titulaire de la Légion d’honneur, Médaillé militaire et titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec onze citations.


Promotion 1972 : Commandant Jean Tulasne



(© AEMA)
Jean Tulasne est né le 27 novembre 1912 à Nancy (Meurthe-et- Moselle). Issu de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr — promotion 1931 — il est breveté pilote en 1934. Commandant une escadrille du Groupe de chasse 1/7 à Rayak (Liban)
, il rejoint la 2e escadrille française libre le 5 décembre 1940 avec laquelle il participe à la campagne de Lybie. En 1942, il est en URSS pour constituer le Groupe de chasse "Normandie" — futur "Normandie-Niémen" — qui doit combattre sur le front russe et il en prend le commandement en mars 1943. Le 17 juillet 1943, il disparaît dans le secteur d’Orel. Le commandant Tulasne, qui avait remporté quatre victoires aériennes homologuées, était officier de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec sept citations et de l’ordre soviétique de la Guerre pour le salut de la patrie.

Son nom a été donné à la Base aérienne 705 de Tours.

Le commandant Jean Tulasne était le parrain de la BA 141 d'Oran la Sénia.


Promotion 1973 : Commandant Max Guedj



(© AEMA)
Max Guedj est né le 8 juin 1913 à Sousse (Tunisie). Titulaire du brevet de pilote, il est mobilisé en 1939 au 21e Régiment de zouaves à Meknès. Le 6 septembre 1940, il rejoint Londres et s’engage dans les Forces aériennes françaises libres. Il est breveté pilote militaire en juillet 1941 et il est affecté au 248e Squadron de la Royal Air Force qui effectue des missions de « Coastal command ». Fin 1944, il commande une escadrille britannique équipée de Mosquitos. Le 15 janvier 1945, il est abattu lors de l’attaque d’un pétrolier à Leirvik (Norvège). Le commandant Guedj était commandeur de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec six citations, de la Distinguished service order et de la Distinguished flying cross.


Le commandant Max Guedj était aussi le parrain de la BA 151 de Rabat-Salé


Promotion 1974 : Commandant Henri Arnaud



(© AEMA)
Henri Arnaud est né le 24 août 1907 à Paris. Ingénieur de l’Ecole centrale, il est appelé au service militaire dans l’aviation et il est breveté pilote en septembre 1930. En 1939, après avoir été membre de la « Patrouille d’Etampes »
, il commande l’Escadrille d’instruction au pilotage de Salon-de-Provence. Replié en Afrique du Nord, il reprend le combat en 1943 au commandement de la 4ème Escadre de chasse sur P 47 Thunderbolt et participe aux campagnes de Tunisie, de Corse, d’Italie et de France. Après avoir effectué 200 missions de guerre, il est abattu par la Flak à Altkirch (Haut-Rhin) le 12 septembre 1944. Le commandant Arnaud était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec palmes. Il est inhumé au Mont Valérien.

Le commandant Henri Arnaud a donné également son nom au 3ème EIV de l'Ecole de Chasse à Meknès puis à Tours


Promotion 1975 : Lieutenant François Le Meur



(© AEMA)
François Le Meur est né le 3 avril 1932 à Audierne (Finistère). Engagé dans l’Armée de l’air le 22 novembre 1951, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1954 et il est breveté pilote en 1957. Affecté à la 10e Escadre de chasse
, il rejoint en 1958 l’escadrille parrainée 6/72 à Kenchela (Algérie). Après avoir effectué 273 missions de guerre n° 2 il trouve la mort le 24 février 1959 en assurant la protection d’un pilote de son escadrille parachuté en zone rebelle. Le lieutenant Le Meur était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de la valeur militaire avec trois citations.


Promotion 1976 : Capitaine Albert Littolf



(© AEMA)
Albert Littolff est né le 31 octobre 1911 à Cornimont (Vosges). Engagé dans l’aviation en 1931, il est breveté pilote en juillet 1932. Après avoir été membre de la « Patrouille de Dijon »
, il participe à la Bataille de France avec la 7e Escadre sur MS 406 et obtient six victoires aériennes homologuées (plus une probable). Le 25 juin 1940, il rejoint les Forces aériennes françaises libres en Angleterre avec un Dewoitine 520. Affecté au 1er groupe de chasse « Alsace », il participe aux campagnes de Grèce en 1941 et de Lybie en 1942, en remportant cinq victoires aériennes homologuées (plus un avion endommagé). Volontaire pour le Groupe de chasse « Normandie-Niémen », il combat sur le front russe et abat quatre avions ennemis. Il disparaît au combat dans la région d’Orel, le 16 juillet 1943. Le capitaine Littolff était chevalier de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, Médaillé militaire, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec quinze citations, de l’ordre soviétique de la Guerre pour le salut de la patrie et d’autres décorations étrangères.

Son nom a été donné à la Base aérienne 902 de Contrexéville
.

Promotion 1977 : Colonel Michel Boudier



(© AEMA)
Michel Boudier est né le 8 juin 1920 à Paris. Engagé dans l’Armée de l’air en 1938, il est breveté pilote en janvier 1940. En juin 1940, il rejoint les Forces aériennes françaises libres en Angleterre. En novembre 1941, il est affecté au Squadron 340 « Ile de France »
puis, en janvier 1943, il est commandant d’escadrille au Squadron 341 « Alsace » ; il obtient huit victoires aériennes homologuées (plus sept probables). Le 6 juillet 1944, il est abattu en Normandie, fait prisonnier par la Gestapo et condamné à mort. Envoyé dans les camps allemands de Nuremberg et Munich, il est libéré le 29 avril 1945. Après deux séjours en Indochine où il effectue 421 missions de guerre, il occupe de hauts postes en état-major. Il décède le 23 juin 1963. Le colonel Boudier était grand officier de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec douze citations, de la Croix de guerre TOE avec six citations, de la Distinguished flying cross et d’autres médailles françaises et étrangères.


Promotion 1978 : Colonel Frédéric Geille



(© AEMA)
Frédéric Geille est né le 19 novembre 1896 à Brest (Finistère). Engagé dans l’Infanterie en 1914, il combat en Argonne, à Verdun, en Champagne et sur la Somme. Au début de 1918, il est affecté à l’Escadrille Bréguet 7
comme observateur. En 1919, il participe aux opérations en Pologne et en 1920 il est breveté pilote. En 1935, après un stage en URSS, il obtient le certificat français de moniteur parachutiste n° 1. Il crée le Centre d’instruction de parachutisme de l’Armée de l’air et met sur pied deux groupes d’Infanterie de l’air . En 1938, il commande le Groupe de chasse 3/2 sur MS 406 avec lequel il participe à la Bataille de France puis, au commandement du Groupe de chasse 3/6 sur Dewoitine 520, aux opérations de Syrie. En 1943, il commande le 1er Régiment de chasseurs parachutistes et prend une part déterminante à la libération de la France. Il quitte le service actif le 28 mai 1945. Il décède le 21 juillet 1976. Le colonel Geille était commandeur de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre 14/18, de la Croix de guerre 39/45, de la Croix de guerre TOE et d’autres décorations étrangères.


Promotion 1979 : Lieutenant Maurice Ségala



(© AEMA)
Maurice Ségala est né le 5 mars 1928 à Gonesse (Val-d’Oise). Engagé dans l’Armée de l’air le 27 septembre 1949, il est breveté pilote en mai 1951. Après un séjour en Indochine avec le Groupe de chasse 1/21 Artois
, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1954. Affecté à la 4e Escadre de chasse, il rejoint en 1957 l’Escadrille parrainée 21/72 à Djelfa (Algérie). A son retour, affecté à la 10e Escadre, il trouve la mort en service commandé sur SM B2 le 6 avril 1960. Le lieutenant Ségala était chevalier de la Légion d’honneur, Médaillé militaire, titulaire de la Croix de guerre TOE avec quatre citations et de la Croix de la valeur militaire avec deux citations.


Promotion 1980 : Commandant Georges Goumin



(© AEMA)
Georges Goumin est né le 19 février 1905 à Orange (Vaucluse). Engagé dans l’aviation le 19 février 1923, il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1928 et il est breveté pilote en 1929. Après huit années de campagnes au Levant, il commande le Groupement d’instruction de Saint-Jean-d’Angély
. Il rejoint les Forces aériennes françaises libres en Angleterre en juin 1940. Après avoir participé aux opérations de Dakar, du Gabon et du Tchad, il met sur pied, début 1941, une escadrille de Glenn-Martin qu’il conduit au combat en Palestine et en Syrie. Il est tué en combat aérien le 15 juin 1941, lors des opérations de ravitaillement et d’évacuation des troupes alliées quittant la Crète. Le commandant Goumin était chevalier de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec palmes et d’autres décorations françaises et étrangères.


Promotion 1981 : Général Pierre Fleurquin



(© AEMA)
Pierre Fleurquin est né le 21 février 1905 à Lille (Nord). Licencié en droit, officier de réserve, pilote militaire en 1926, il entre à l’Ecole militaire de l’air en 1931. Chef de la Patrouille d’Etampes
puis commandant de l’Ecole des moniteurs de pilotage de Salon-de- Provence, il participe à la Bataille de France à la tête du Groupe de chasse 1/3 et obtient trois victoires aériennes. En 1942, commandant du Groupe de chasse 1/2, il amène son unité de Châteauroux à Meknés. En 1943 son Groupe est transféré en Angleterre. Au début de 1944, il commande le 329e Squadron sur Spitfire et prend une part active aux opérations de débarquement. Après un séjour en Indochine, il occupe de nombreux postes de responsabilité et, comme commandant de l’air en AOF, termine sa carrière le 21 février 1958. Il décède le 30 août 1971. Le général Fleurquin était grand officier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec quatre citations et de nombreuses autres décorations françaises et étrangères.


Promotion 1982 : Capitaine Pierre Lacordaire



(© AEMA)
Pierre Lacordaire est né le 30 septembre 1908. Breveté pilote en 1928, il s’engage dans l’aviation et il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1937. Il participe à la Bataille de France avec la 33e Escadre de grande reconnaissance qui se replie en Afrique du Nord à la fin des hostilités
. En 1943, il reprend le combat avec le Groupe de bombardement 1/19 « Gascogne » sur B 26 Marauder et participe aux campagnes de Sardaigne, d’Italie, de France et d’Allemagne. Le 16 décembre 1944, il est abattu par la Flak en attaquant le pont de Neuf-Brisach. Le capitaine Lacordaire était titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec quatre citations.


Promotion 1983 : Capitaine Georges Gérard





(© AEMA)
Georges Gérard est né le 14 juin 1916 à Saint-Dizier (Haute-Marne). Engagé dans l’Armée de l’air le 24 août 1935, il est breveté pilote en décembre 1935 et il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1939. il participe à la Bataille de France dans la zone d’opérations des Alpes avec le Groupe de chasse 2/4
sur Curtis H 75 et il obtient une victoire aérienne homologuée. Il reprend le combat en 1943 avec le Groupe de chasse 1/3 sur Spitfire et participe aux campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne en remportant une victoire aérienne homologuée. En 1947, il part pour l’Indochine comme commandant en second du Groupe de chasse 1/4 "Dauphiné". Il trouve la mort le 22 mars 1948 à Son Ca Li (Sud Annam) au cours d’une mission de guerre. Le capitaine Gérard était titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec quatre citations et de la Croix de guerre TOE avec une citation.

Insigne de la promotion (zoom)

Promotion 1984 : Sous-lieutenant Lucien Potier



(© AEMA)
Lucien Potier est né le 9 février 1907 à Sévry (Cher). Appelé au service militaire dans l’aviation le 10 mai 1927, il est breveté pilote en février 1928. Affecté au 37e Régiment d’aviation
, il fait campagne au Maroc puis il est admis à l’Ecole militaire de l’air en 1937. Il participe à la Bataille de France avec le Groupe de chasse 1/3 sur Morane 406 puis sur Dewoitine 520 et obtient une victoire aérienne homologuée. Le 14 mai 1940, il remporte une deuxième victoire mais il est grièvement blessé et meurt à l’issue de l’engagement. Le sous-lieutenant Potier était chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre 39/45 avec palmes et de la Croix de guerre TOE avec deux citations.